Ça bouge au pays des Vikings ! La Luftforsvaret vient de recevoir trois avions de combat multirôles Lockheed-Martin F-35A Lightning II, les premiers qui seront basés en Norvège. Pour autant cette petite force aérienne septentrionale possède déjà sept autres exemplaires, tous basés actuellement aux États-Unis y assurant des missions d’entraînement avancé et de transformation opérationnelle.

À terme ce sont cinquante-deux exemplaires du F-35A Lightning II, ainsi que quatre simulateurs de vol, qui équiperont l’aviation royale norvégienne. Leurs missions prioritaires seront la défense aérienne du pays, mais aussi les opérations d’attaque anti-navire et de reconnaissance tactique. À l’horizon 2022 ces chasseurs de dernière génération devront avoir totalement remplacé les vieillissants General Dynamics F-16A & B Fighting Falcon  en service depuis plus de trente-cinq ans !

Même si elle est absente de la majorité des grandes opérations aériennes dans le monde la Luftsforvaret se doit d’entretenir une flotte moderne et efficace. En effet son espace aérien est de plus en plus souvent l’objet de survol intempestif par des aéronefs n’ayant généralement rien à faire. Étrangement ils portent la plupart du temps les marquages de nationalité ou l’immatriculation civile de la fédération de Russie.
Les F-35A norvégiens risquent donc dans les années à venir de souvent endosser le rôle d’intercepteurs !

Pour autant actuellement il n’en est rien, ces nouveaux avions doivent s’acclimater à la rudesse du climat norvégien. Car c’est bien le premier pays «froid» à se doter de l’avion de Lockheed-Martin, un test grandeur nature au moment où l’avionneur pense encore pouvoir fournir le Canada. Pour autant cette livraison pourrait redonner du courage aux personnels de l’entreprise après les dernières révélations sur la corrosion de Lightning à Hill AFB. Il est à noter que la Norvège n’a nullement exiger que ses trois avions ne retournent en usine afin d’être inspectés.

Photos © Lockheed-Martin

11 COMMENTAIRES

    • Dutretre je fais partie des nombreux pourfendeurs du F-35, qui accumule les problèmes techniques et les surcouts, mais il faut quand même dire que c’est un avion qui a été produit à 250 exemplaires et qui est officiellement opérationnel ( Certes il ne s’agit que d’une déclaration formelle et en pratique si l’on y regarde de près ses capacité sont loin d’être d’opérationnelles ), alors que le F-57 n’est produit qu’à quelques exemplaires qui ne possèdent pas encore leur réacteur définitif. De surcroit si les infos sur Linghtning II sont souvent mauvaises, la communication à son sujet a le mérite d’être relativement transparente, alors que celle du Su-57 est inféodée au Kremelin et relève d’avantage de la propagande. Le fait que l’Inde ait fait part de son souhait de se retirer du programme T-50 de développement en commun avec les russes, ne laisse augurer rien de bon quand à l’avancement du programme.
      Par ailleurs, même si face à la menace russe les pays scandinaves ont pris conscience de la nécessité d’intensifier leur effort d’armement, pour sa protection la Norvège compte aussi et avant tout sur le parapluie de l’OTAN et en particulier des Etats Unis.

      • C’est peut-être justement parce-que la communication sur le F-35 est transparente que les spécialistes des avions militaires à la petite semaine sont aussi véhéments et se délectent de toute information négative sur le F-35. Les pays avec une communication moins transparente, comme la Russie, ont mis en place une campagne de dénigrement systématique du F-35 extrêmement tendancieuse. En Europe aussi ou il de bon ton d’être anti US voire pro Poutine, le F-35 est la cible idéale de commentaires négatifs plus politiques que techniques. De plus n’oublions pas que le F-35 fait de l’ombre à notre cher rafale, inadmissible.

        Le F-35 reste et restera encore longtemps très controversé. Cependant les avis souvent extrêmement élogieux des pilotes des pays qui on pu l’essayer me font très clairement pencher en faveur de Lockheed. Le F-35 est un système d’armes fantastique et est la pour rester. Ca ne m’étonnerait pas que dans une vingtaine d’années le F-35 sera reconnu comme le chasseur qui aura servi de modèle a tout ce qui va suivre.

        • szut, On est d’accord sur le Su-57, en revanche il faut bien avouer que rarement un avion de chasse n’aura autant prêté le flanc aux critiques que le F-35. La plus part des avis négatifs à l’encontre du Lightning émanent des Etat Unis eux même et non d’européen pro-Russe. Concernant l’avis des pilotes, on ne trouvera jamais une armée quelle qu’elle soit, qui autorise un de ses pilotes à émettre une critique négative à l’encontre de l’un de ses avions. L’éloge des pilotes n’est donc pas une référence. En revanche je vous rappelle, l’article de la revue Flight International, et de son pilote anglais Peter Collins, qui certes date de 2009, mais qui avait testé entre autre le F-35 et le Rafale et qui avait déclaré l’appareil de Dassault comme étant le meilleurs. L’article avait été repris sur ce même site. On ne peut pas les accuser de chauvinisme.

  1. La Norvège est susceptible d’être le seul pays satisfait du F-35, étant donné que la température ne risque pas de dépasser les 34°c, et que, en tant que pays membre de l’Opep, elle n’est pas à quelques milliards de dollars près…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom