C’est un pas de plus dans l’aventure technologique de l’avion de combat américain de nouvelle génération. Ce mercredi 6 décembre 2017 l’état-major de Heyl Ha’Avir a officiellement déclaré les neuf premiers exemplaires du Lockheed-Martin F-35I aptes aux opérations de combat. Des avions qui seront dans les semaines qui viennent suivis par six autres exemplaires, permettant ainsi fin 2018 d’avoir quinze chasseurs multirôles opérationnels.

Pour mémoire dans les rangs de Heyl Ha’Avir le Lockheed-Martin F-35I Lightning II porte la désignation d’Adir. Actuellement c’est le Tayeset 140, basé à Nevatim dans la moitié sud d’Israël, qui met en œuvre ces avions de combat nouvelle génération. Auparavant l’unité volait sur des chasseurs multirôles monoréacteurs General Dynamics F-16A & B Fighting Falcon, localement baptisés Netz.

C’est peu dire que d’avancer que le F-35I Adir était attendu en Israël. En effet dans ce pays le gros monoréacteur américain va servir d’avion d’attaque au sol et de pénétration plus que de chasseur. Il pourrait donc être prochainement engagé par les forces israéliennes dans des raids aérien en profondeur contre des cibles dans des pays ennemis de l’état hébreu à l’image de l’Iran par exemple.
C’est pourquoi les pilotes du Tayeset 140 se sont spécialisés dans le tir d’armes air-sol telles les bombes guidées GBU-31 et GBU-39.

Israël est donc le premier pays, en dehors des États-Unis, à déclarer opérationnel le Lockheed-Martin F-35 Lightning II. Au moment où l’avion demeure sous les feux des projecteurs et sous les coups de certains de ses détracteurs les plus féroces ce genre d’annonce a de quoi rassurer son constructeur autant que ses futurs acheteurs. Car quel que soit ce que l’on pense de l’action militaire d’Israël il est indéniable que ses pilotes savent depuis des décennies pousser leurs avions au maximum de leurs capacités !

Photo © Lockheed-Martin.

5 COMMENTAIRES

  1. Anecdote notable, l’un de ces F35 a été récemment endommagé par une collision aviaire (communiqué officiel du 16 octobre). Or le même jour, on apprenait par un communiqué tout aussi officiel qu’un raid d’opportunité avait été mené par « des appareils » (sans plus de précisions) israéliens sur une batterie SAM Syrienne les ayant pris pour cible lors d’un vol vers le Liban.

    Bon, la collision aviaire est tout à fait crédible, cela arrive sans arrêt et partout dans le monde, quant aux communiqués ils y a souvent un temps de latence avec le déroulement des faits.. Mais les spéculations allèrent tout de même bon train, certains arguant du fait que ces événements s’imbriquaient un peu trop bien pour être une simple coïncidence, et qu’un F35 endommagé par un SAM syrien aurait été une bien mauvaise publicité pour le dernier-né de Lockheed Martin.
    On n’en saura pas plus 😉 …

  2. Les israéliens bénéficiant d’importantes aides financières de la part des Etats Unis pour leurs achats d’armement, ils ne sont pas totalement souverains dans le choix de leur fournisseurs. Ils était fortement intéressés par une acquisition de F-15 supplémentaire, d’un model équivalent à celui vendu à l’Arabie Saoudite, mais les USA préféraient leur « refiler » le F-35.
    Outre ses nombreux défauts de jeunesse qu’on ne compte plus, et qui vont mettre des années à se résorber l’Etat Major israélien reproche au Lightning II les défausS structurels suivant : Son manque d’autonomie, sa capacité d’emport d’armement insuffisante, sa furtivité insuffisante au regard des inconvénients qu’elle engendre (couts et lourdeur de la maintenance), l’absence de model biplace (Ils ont proposé en vain aux USA de participer au développement d’un model biplace), la vulnérabilité aux cyber-attaques de sont système ALIS (Autonomic Logistics Information System) et son cout trop élevé qui réduit le nombre des appareils acquis.
    Ils étaient dans un premier temps intéressés par le F-35B, en raison de ses capacités à décoller et atterrir à la verticale, qui lui auraient permis de rester opérationnel au cas où les piste israélienne auraient été détruites. Mais la présence de la soufflante verticale détériore tellement les performance de l’appareil qu’ils se sont repliés sur le F-35A;

    • Collection classique de tous les ‘défauts’ reprochés au F-35. Ces affirmations sont tirées de sites de propaganda russes comme sputnik et sont bien évidemment toutes fausses.

      • Alors quand on parle de l’aviation russe on se fait taxé de propagande pro-américaine ou pro-atlantiste. Quand on parle du F-35, c’est la même chose on nous traite de « suppo » à la botte des russes.

        Sans être des journalistes, nous sommes totalement indépendant de nos opinions et tant pis si vous croyez que nous sommes des relais d’opinion pour messieurs Poutine ou Trump (selon votre camp)

  3. Très honoré d’avoir attiré l’attention de la redaction(?), mais vous vous trompez de cible, mon commentaire visait uniquement le texte de François. Je trouve d’ailleurs votre article bon et neutre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom