La colère gronde dans l’archipel nippon à l’encontre du corps des Marines. En quelques semaines ce sont trois hélicoptères, chacun d’un type différent, qui ont connu des incidents plus ou moins graves lors de missions opérationnelles ou de vols d’entraînement. De quoi même faire sortir le gouvernement japonais de sa légendaire retenue vis à vis des forces américaines prépositionnées.

Tout a commencé le 7 décembre 2017 quand un morceau de vitrage s’est détaché en vol d’un Sikorsky CH-53E Super Stallion pour tomber pile dans la cour de récréation d’une école élémentaire, blessant légèrement un garçonnet de 8 ans. Malgré des excuses officielles présentées par l’ambassade américaine et la prise en charge médicale de la victime par un l’US Marines Corps certaines voix ont commencé à se faire entendre dans l’île d’Okinawa. Il faut dire que c’est là que sont basés la majorité des aéronefs du corps.

Alors que la polémique semblait se désamorcer ce 8 janvier 2018 un hélicoptère d’assaut Bell UH-1Y Venom se posait en catastrophe au bord d’une autoroute causant un début d’embouteillage dans une région qui n’a déjà habituellement pas besoin de ça. D’autant que les services de la police japonaise ont surtout accéléré la circulation pour permettre l’arrivée des équipes techniques de l’US Marines Corps. L’hélicoptère est tout de même demeuré plus de quinze heures à cet endroit entraînant une fermeture partielle de cet axe majeur. D’autant que deux jours auparavant les médias locaux avaient rapporté l’atterrissage quelque peu chaotique d’un hélicoptère similaire à MCAS Futenma.

Dernier écueil en date, celui de ce Bell AH-1Z Viper qui s’est posé en urgence ce 23 janvier 2018 sur l’aéroport régional de l’île de Tonaki obligeant le contrôle aérien japonais à fermer ses accès durant plus de deux heures. Deux vols domestiques ont du être déroutés, faisant perdre plusieurs heures aux malheureux passagers. Le plus ahurissant c’est que le pilote américain ne s’est pas écrasé ni posé sur le tarmac ou le taxiway mais sur un hélipad clairement identifié comme tel.

Du coup, le sentiment anti-américain, et surtout anti-Marines, remonte en flèche dans l’île d’Okinawa. Cependant les autorités américaines et japonaises font tout pour le faire redescendre aussi vite car les deux pays auraient tout à perdre à un éventuel départ de la 3rd Marines Expeditionnary Force, celle-là même basée en permanence sur cette île nippone. Il faut dire que face à l’expansionnisme chinois dans la région et aux tirs de missiles balistiques nord-coréens l’US Marines Corps représente un bouclier efficace pour un Japon toujours aussi peu enclin à engager le combat contre un ennemi potentiel.

N’écartant aucune piste le Pentagone vient d’ordonner un audit de l’ensemble de la flotte d’avions et hélicoptères militaires américains stationnés au Japon. Par chance ces incidents n’ont pour l’instant causé aucun décès, la seule victime étant l’écolier en décembre 2017.

Photo © US Marines Corps.

21 COMMENTAIRES

  1. Il serait temps que les Etats-Unis quittent enfin le Japon et pas que. Car cela concerne également la Corée et l’Europe, ce qui revient à quitter l’OTAN qui, au demeurant devrait avoir disparu depuis longtemps.

    • Le Japon n’a pas d’armée, n’en veut pas, et n’en aura pas avant très longtemps.
      Donc à la merci des chinois et des russes qui convoitent certaines îles pour les richesses sous-marine.
      Le Japon sans l’armée US serait très vulnérable.

    • En fait l’OTAN n’a pas grand chose à voir avec cela, le Japon n’en est pas membre et ne se situe pas dans sa sphère d’influence. Après les accords de défense américano-japonais comme américano-coréens sont fort, d’autant plus au regard des menaces chinoises et nord-coréennes. Sans compter que la Russie zieute elle aussi l’archipel nippon depuis bien longtemps. Les forces d’autodéfense n’ont pas les moyens de tout traiter dans la région, c’est pourquoi on peut considérer l’opposition anti-américaine au Japon comme assez molle. Les Japonais savent ce qu’ils doivent aux Américains depuis la guerre froide !

      • Je sais bien que l’OTAN ne concerne pas le Japon mais uniquement le flanc Atlantique. Quant au Japon, l’exaspération de son peuple contre la présence US finira un jour par éclater en révolte beaucoup plus sérieuse. En Corée d’ailleurs les choses prennent le même chemin

  2. Bonsoir!
    Le Japon,pas d’armée????????
    je vous conseille d’aller taper forces d’auto-défenses japonaises dans n’importe quel moteur de recherche et vous serez surpris,je pense!

  3. La population japonaise est également exaspérée par la multiplication des incidents en ville dû à des américains alcoolisés et ou irrespectueux.

  4. Il me semble qu’un gros problème des forces armées américaines est l’énorme disparité entre la profusion colossale des dépenses en matériel et le niveau moral du piou-piou de base. Problème qui semble inséparable de toute troupe américaine depuis 1942 … En gros, incroyable richesse en matériel et en techniciens de haut niveau, pilotes, ingénieurs, logisticiens, mais grand relâchement dans la « petite troupe ». Déjà, des témoignages directs pendant la campagne de Tunisie en 1942 faisaient état du manque de tenue du GI de base contrastant terriblement avec la splendeur des matériels lourds et le sérieux des officiers supérieurs américains. Le GI blanc ivre pouvait se montrer terrifiant : viols, atrocités gratuites sur des civils innocents, prisonniers allemands brûlés vifs « pour rire » pendant des beuveries, tirs absurdes sur le bétail d’indigènes très pauvres … En Lorraine en 1944-1945, la troupe US était plus crainte par les parents de jeunes filles que les allemands eux-mêmes.
    Depuis le Vietnam jusqu’à aujourd’hui, la drogue fait des ravages dans la troupe US de base.
    Il semble que les armées françaises ou britanniques, bien que moins « riches », sont plus homogènes et autrement mieux tenues.
    Le militaire US de base a très mauvaise réputation, et pas qu’au Japon, qui passe pour l’un des pays les plus sûrs du Monde.
    De plus, la garantie systématique d’impunité accordée aux militaires américains donne aux plus pervers un sentiment de toute puissance s’ils s’en prennent aux civils étrangers.

    • Même si votre commentaire n’a strictement rien à avoir avec l’aéronautique et plutôt avec l’histoire on peut parfaitement le transposer à d’autres armées. Les soldats français depuis 14/18 ont connu autant de vicissitudes. Dois-je vous rappeler les viols, meurtres, et exactions commises en marge des combat par les troupes de la France Libre en Italie puis en Allemagne.
      Ou bien plus proche de nous les même actes contre des populations civiles durant les guerres de décolonisation à Madagascar, puis en Indochine, et enfin en Algérie ?
      Et bien sûr ça a continué encore plus tard.
      Les soldats américains et français ne sont d’ailleurs pas une exception l’armée soviétique (puis russe) a connu le même genre d’atrocités sans compter les nazis.

      FIN DE LA PARENTHESE 🙂

      • Je ne voulais pas remonter loin, je parlais de l’image POSTCOLONIALE des armées française et britannique, dison depuis 1990. Elle me semble diablement moins mauvaise que celle du pioupiou US de base. La grosse différence est qu’un soldat français n’a aucune garantie de ne pas être poursuivi en cas d’abus à l’étranger, alors qu’un « marine » peut aisément massacrer des familles entières de civils ou violenter des gamines japonaise … sans la moindre poursuite sérieuse. Sinon, je ne suis pas un fanatique des militaires FR « A PRIORI », je constate simplement l’image ACTUELLE des soldats de pays de l’OTAN.

        • Votre prose est fort intéressante (quoique très orientée anti-pays de l’OTAN !!!) mais je me demandais quel rapport elle avait avec l’aéronautique ou son histoire ?

  5. Jusquà 1966, le soldat américain avait une excellente image dans le monde, bases françaises comprises, et le soldat européen voyait sa réputation gâchée par les déboires de la 2e guerre mondiale et les guerres coloniales, a tort ou à raison. Depuis 1966, cette hiérarchie s’est inversée. Les aviateurs américains passent pour de véritables bouchers de civils et les fantassins pour des junkies qui tirent dans le tas et comptent le moindre bébé mort comme « enemy casualtie ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom