C’est un petit évènement dans le microcosme aéronautique belge. La Composante Air a annoncé son intention d’externaliser en partie ses missions de transport des hautes autorités civiles et militaires du royaume, occasionnant ainsi le retrait du service de cinq de ses avions. Pour autant les équipages eux demeureront militaires.

Ce sont donc un triréacteur Dassault Aviation Falcon 900 et quatre biréacteurs Embraer, deux ERJ-135 et deux ERJ-145, qui sont directement concernés par cette réforme des moyens de transports prioritaires. Cependant l’Airbus A321 actuellement en dotation ne sera pas impacté, cet avion n’étant pas réellement la propriété des militaires belges mais d’un loueur portugais. Les cinq avions en question vont être revendus par la Belgique, sans que l’on sache si leurs futurs utilisateurs seront civils et/ou militaires.

On ignore actuellement quel type d’avion sera sélectionné pour ces futures missions mais une chose est sûre : leur statut demeurera militaire. Bien que loué ils ne seront pas considérés comme des avions civils, exactement comme l’Airbus A321. D’ailleurs leurs équipage appartiendront tous au 15ème Wing qui met actuellement en ligne le Falcon 900 et les ERJ-135/ERJ-145 !

Outre le transport de la famille royale belge et des membres du gouvernement la flotte étatique belge assure également des missions au profit des hautes autorités militaires. Mais de par la situation très particulière de Bruxelles et sa vocation de capitale de l’Union Européenne cette flotte assure aussi des missions au profit de la commission européenne. Pour autant ces avions volent également pour les besoins du secrétariat général de l’OTAN lors des déplacements officiels.

Cette externalisation des moyens de transport prioritaire par la Belgique pourrait avoir un effet boule de neige et décider d’autres nations majeures d’en faire autant. Seul l’avenir nous le dira.

Photo © Composante Air

3 COMMENTAIRES

  1. C’est possible pour un pays dont les avions de transports ne servent pas de commandement aéroporté. L’A330 présidentiel de chez nous est équipé pour servir de centre de commandement. J’imagine qu’il doit aussi être équipé de systèmes de brouillages et de communication ultra sensibles. Aucune chance que cela soit sous-traité en France.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom