Dans la folie médiatique entourant le passage festif vers la nouvelle année, deux drames aériens s’étant déroulés aux antipodes ont endeuillé les proches des victimes qui effectuaient des vols touristiques. En Australie, la perte d’un DHC-2 Beaver de Sydney Seaplanes a fait six victimes. Au Costa Rica, dix passagers et deux membres d’équipage sont décédés lors de l’écrasement d’un Cessna 208B Grand Caravan de Nature Air immatriculé TI-BEI.

Le drame s’est produit le 31 décembre 2017 lors d’un vol nolisé par un groupe d’Américains comprenant parents et enfants de deux familles, l’une de New York et l’autre de la Floride, ainsi que leur guide. Pour des raisons encore inexpliquées, l’appareil, récemment acquis par Nature Air, a violemment percuté une colline peu de temps après le décollage de l’aérodrome de Punta Islita dans l’ouest du pays. L’avion s’est désintégré tuant sur le coup les passagers ainsi que le pilote et le co-pilote de nationalité costaricaine, dont un cousin de l’ancienne présidente du Costa Rica.  La météo inclémente pourrait être en cause, mais les enquêteurs dépêchés sur les lieux dès le jour de l’an sont à pied d’œuvre pour élucider les causes du drame qui a secoué ce petit pays d’Amérique centrale dont l’économie repose en grande partie sur l’écotourisme.

Nature Air est fièrement devenu en 2004 le premier transporteur aérien carboneutre au monde en participant à un programme de compensation de ses émissions en partenariat avec le gouvernement costaricain. Principal transporteur régional du Costa Rica, Nature Air opère une flotte de quelques bimoteurs DHC-6 Twin Otter 300 et LET-L410 Turbolet. En réponse à la croissance de sa clientèle, trois monomoteurs Cessna C280 Caravan furent ajoutés en 2017 à la colorée flotte de Nature Air.

DHC-6 Twin Otter 300
LET-L410 Turbolet

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom