Ce qui n’était il y a encore quelques mois qu’un phénomène de mode est en train de prendre des proportions impressionnantes dans notre vie de tous les jours : le véganisme. Or certains transporteurs aériens ont vite compris l’intérêt qu’ils avaient à surfer sur cette mode. L’un des plus réactifs dans ce domaine a été la compagnie aérienne australienne Jetstar Airways qui dès fin 2017 annonçait la mise en place de menus végans sur ses vols longs-courriers. Mais est-ce là un cas isolé ? Finalement non pas tant que ça.

Car la demande existe, j’en ai moi-même été avec surprise témoin il y a quelques mois sur un vol international d’Air France. Mais au fait c’est quoi exactement le véganisme ? Il s’agit en fait d’une version extrémiste du végétarisme où non seulement les adeptes ne consomment strictement rien venu de l’animal (donc bien sûr zéro viande mais aussi pas de fromage, d’œuf, de miel, ou encore de confiseries contenant de la gélatine) tout en refusant le moindre produit non alimentaire dérivant de l’animal. Pas de cuir, pas de laine, pas de cire d’abeille, et pas de produit cosmétique qui auraient pu être testé sur des animaux. Nos amis québécois disent quant à eux végétalisme intégral.

Alors l’annonce de Jestar Airways est-elle si révolutionnaire ? Non car avant ce transporteur australien à bas coût d’autres compagnies aériennes bien plus connues se sont engouffrés dans le filon végan. À divers degrés les compagnies aériennes Air France, Alitalia, ANA, American Airlines, Austrian, British Airways, Emirates, Iberia, Japan Airlines, KLM, Lufthansa, Qatar Airways, Swiss, et Turkish Airlines font des menus végans, parfois même poussés à l’extrême comme ces menus exclusivement basés sur des fruits frais du jour sur les lignes allemandes, espagnoles, et turques.

Sauf qu’en y regardant de plus près les menus végans n’existent que sur des compagnies aériennes de pays riches, voire très riches, et jamais de pays en voie de développement. Et pour cause le véganisme ne concerne pas les pays du tiers-monde. Pour choisir un mode alimentaire sans viande encore faut-il avoir accès librement à la viande. Alors bien sûr dans les pays du tiers-monde celles et ceux qui volent à bord des avions de ligne ne sont pas celles et ceux qui meurent de faim ! Cependant dans ces pays là la culture du refus de manger de la viande par idéologie végane n’existe quasiment pas.

Mais alors la démarche végane de ces compagnies aériennes est-elle sincère ? Bien sûr… que non. Leurs équipages continuent d’être habillés avec des vêtements contenant souvent des fibres de laine tandis que leurs chaussures demeurent toujours produites autour du cuir, bien plus résistant et confortable que les matières synthétiques. Et surtout les menus végans ne sont que des alternatives aux menus omnivores bien plus dans la norme. En somme le véganisme de façade de ces transporteurs aériens n’est là que pour souligner un effet de mode, un peu comme le récent coup de pub’ de l’entreprise de restauration rapide McDonald’s autour de son sandwich végan.

Au final, le véganisme «aérien» semble condamner à n’exister que le temps que le véganisme n’existera auprès de cette frange de population. Dès que le soufflé sera retombé, les transporteurs aériens laisseront tomber ces menus bien plus onéreux à produire que les traditionnels.

Photo © Wikimédia Commons

4 COMMENTAIRES

  1. Quand on connaît le prix de la viande et du poisson, je ne crois pas qu’il soit plus dispendieux de cuisiner vegan. J’en fais moi même l’expérience au quotidien car une de mes filles s’est convertie à ce mode d’alimentation qui présente des avantages indéniables en termes de santé. Aussi, l’abandon d’un régime carné est un geste concret pour protéger la planète face aux importantes pollutions causées par la production animale. Les océans sont également en voie d’être vidés pour répondre à la demande de poissons. La viande et le poisson sont dorénavant l’exception plutôt que la règle dans mon alimentation surtout végétarienne et ma santé s’en porte mieux. Et je ne suis pas le seul car loin d’être une mode passagère, le végétarisme et maintenant le végétalisme gagnent rapidement en popularité. J’aime toutefois trop les bons fromages et, à l’occasion un bon steak ou un tartare, pour me convertir totalement. Heureusement, le vin et la bière sont vegan !

  2.  »Et pour cause le véganisme ne concerne pas les pays du tiers-monde. Pour choisir un mode alimentaire sans viande encore faut-il avoir accès librement à la viande …..  »
    Il vole pas très haut ce paragraphe Arnaud,
    Si je ne vous lisez pas depuis longtemps, je penserai que vous n’avez qu’une image stéréotypée et éminemment fausse des pays en voie de développement
    Il est a noter qu’une importante classe moyenne est entrain d’y ’émerger et depuis longtemps maintenant, donc qui voyage, qui s’installe des fois dans les pays  »que vous dites riches » et qui ont pu s’y faire convertir au veganisme.
    donc dont les compagnies aériennes nationales qui les transportent ( et qui transportent aussi des ressortissants de pays riches depuis ou vers les pays en développement) peuvent tenir compte de leur régimes alimentaires.
    D’autant que pour les vegans et vegetariens ce n’est pas une question de mode mais de santé,
    du coup la santé d’un africain qui vol sur Ethipian serait elle moins a prendre en compte que celle d’un allemand qui vole sur Luftansa selon vous ??
    Vous nous avez habitué à mieux mon cher Arnaud.

  3. J’ai comme principes d’éviter les extrêmes et de ne pas trop brusquer la nature. Donc je consomme un peu de tout sans excès, Il m’est arrivé de consommer que légumes et potage pendant 2 jours, non pas par obligation, juste parce que j’en avais envie c’est tout
    Niveau santé, méfions nous de régimes strictes avec absence d’aliments de base pour l’être humain que nous sommes
    Comme pour les questions de consommation d’énergie d’origine fossile, l’idéal est de ne plus en consommer mais commençons d’abord à consommer plus efficacement et plus raisonnablement avant de couper le robinet

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom