Une fois encore les manœuvres d’un pilote de chasse russe ont failli causer un accident aérien. Ce lundi 29 janvier 2018 alors qu’il empruntait l’espace aérien internationale un avion de reconnaissance stratégique américain Lockheed EP-3E Aries a été intercepté par une patrouille de combat russe composée de deux Sukhoi Su 27. Selon les déclarations de l’US Navy puis du Pentagone le pilote d’un des deux jets a pris des risques inconsidérés à l’encontre du quadrimoteur à turbopropulseurs !

Pour mémoire le Lockheed EP-3E Aries est un dérivé du P-3 Orion. Cependant il s’agit d’une version totalement désarmée, et spécialisée dans la reconnaissance stratégique et l’espionnage aéroporté. Il est servi par un équipage de dix à douze marins très spécialisés et vole au profit des services de renseignement de la marine américaine. Et aussi dans certains cas de la CIA !

Lors de son interception par les deux Sukhoi Su 27 l’Aries évoluait au-dessus de la mer Noire dans le cadre d’une mission de l’OTAN en collaboration avec les ministères de la défense bulgares et roumains. C’est alors qu’il se dirigeait d’ailleurs vers l’espace aérien de ce dernier pays que l’avion a été pris à parti par la chasse de la fédération de Russie. Les deux avions se sont rapprochés de lui pour l’identifier alors même que son transpondeur fonctionnait parfaitement.

Jusque-là les pilotes russes étaient dans leur bon droit, puisque volant eux-aussi dans l’espace aérien international. Cependant c’est ce qui s’est passé par la suite qui est choquant. Tandis que le leader de la patrouille demeurait à bonne distance de l’avion américain son ailier s’est rapproché jusqu’à ce que ses extrémités de voilure se retrouvent à moins de trois mètres de celle du quadrimoteur. Selon l’US Navy le pilote a d’ailleurs ressenti des difficultés quant à tenir son avion dans sa trajectoire initiale. Les marins américains ont d’ailleurs expliqué avoir clairement vu les armements air-air du chasseur russe.

L’incident a duré quelques minutes, puis les trois avions se sont séparés. Les deux chasseurs russes ont rapidement rejoint leur espace aérien tandis que le Lockheed EP-3E prenait la direction de celui de l’OTAN.

En Russie les médias officiels ont largement relayé l’incident, en se focalisant sur un avion espion américain qui se dirigeait selon eux vers la péninsule de Crimée. Pour autant aucun n’a abordé le cas de la conduite d’un des deux pilotes. Au contraire les médias américains ont eux fortement axé leurs articles sur ce fait divers.

Au final on peut se dire que la vérité se trouve quelque part entre les deux.

Photo © US Department of Defense.

14 COMMENTAIRES

  1. Et si les américains ne s’amusaient pas a frôler la frontière Russe, ça n’arriverait pas non plus !
    Je me demande ce que diraient les américains si les Russes amenaient le Kuznetsov dans le golfe du Mexique pour y effectuer des exercices ! Déjà, les médias du monde entier passeraient en boucle des JT ou ils dénonceraient la provocation Russe…

    • Juste un truc Eowya, relisez bien l’article et vous vous rendrez compte que l’avion participait à un exercice avec des alliés européens. Malgré ce que certains essayent de faire croire à Moscou la Mer Noire n’est pas le pré carré russe. Les Bulgares, les Roumains, les Turcs, et les Ukrainiens ont aussi leur mot à y dire.

    • La Roumanie n’est pas la frontière russe que je sache. Par ailleurs, si le Kuznetsov croisait dans le golfe du Mexique, il aurait parfaitement le doit de le faire. Seul un chasseur américain frôlant l’aile d’un avion russe serait condamnable

    • Demandez donc aux Estoniens, Lettonie, Lituaniens, Finlandais et Suédois ce qu’ils pensent des violations quotidiennes de leurs espaces aériens et maritimes par l’ armée russet

  2. Une question comme ça en passant, est-ce qu’un Lockheed EP-3E ces si différent que sa d’extérieur d’un Lockheed P-3? Est-ce que le pilote russe n’a pas confondu les deux avions?

    • L’EP-3 est un P-3 bardé d’antennes avec un gros bossage dorsal et un radôme circulaire sous le fuselage, en soi il diffère pas mal de l’Orion de base. Mais cela ne change rien en soi, les Russes ont détecté un gros appareil de l’OTAN et sont allés fureter de son côté, à la manière des pilotes de Baltic qui « interceptent » les appareils russes proche des espaces aériens baltes. Cela aurait pu être un RC135, un B52 ou que sais-je encore.

      http://imgproc.airliners.net/photos/airliners/7/6/8/1567867.jpg?v=v40

  3. Petite question : les incidents de ce type sont réguliers, les chasseurs russes restent plusieurs minutes à proximité des appareils américains, les uns et les autres ont le temps de s’observer, mais pour autant je n’ai jamais vu de photo ou vidéo témoignant du comportement dangereux des pilotes russes,.. suis-je mal informé ?

    • Mal informé je n’en sais rien, peut-être n’avez vous accès qu’à une information partielle. Car ce n’est pas la première fois que le comportement outrancier des pilotes russes est souligné !

      • Je ne remets pas en cause les déclarations des uns et des autres, Je suis juste surpris de ne pas voir diffusées des images de ces incidents. Une vidéo a récemment circulé (je ne retrouve plus la référence) mais les distances entre les appareils étaient importantes. Bravo Monsieur Arnaud pour la qualité de votre blog que je suis au quotidien. Toujours un plaisir de la visiter.

        • Il est évident que des images provenant d’un avion comme l’EP-3E Aries ne sont pas simples à diffuser, et malheureusement je ne suis pas sûr que la Russie ait intérêt à montrer les siennes. Enfin pas tant qu’elle ne les aura pas filtrées !

        • Dans le cas présent de courts clips vidéos circulent effectivement, et ils correspondent en date. Logique, quand il s’agit de partialité partisane il faut prouver ses allégations, et la Navy n’allait pas s’en priver pour appuyer ses dires (et ‘faut avouer qu’il vole sacrément près !…).

          Mais c’est toujours le cas dans ce genre « d’incident » (notez les guillemets) me direz-vous, la « victime » fournira chiffres / photos / vidéos et un récit un tantinet plus alarmiste que les faits, prouvant que « l’agresseur » a dépassé les bornes alors que lui était dans son bon droit. Faute de pouvoir être impartial puisque les infos sont elles-mêmes filtrées et délivrées avec soin, choisir le milieu entre les 2 versions reste le plus simple pour s’informer assez objectivement.

          Les clips en question, à vous de juger :
          https://theaviationist.com/2018/01/31/navy-has-released-additional-videos-of-the-russian-su-27-intercepting-u-s-ep-3e-to-show-how-close-the-flanker-was-to-the-spy-plane/

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom