Cela peut paraître surprenant mais jusque là c’était une véritable galère pour les Saint-Pierrais et Miquelonais désireux de rejoindre la métropole. Ce ne sera plus, au début de l’été, qu’un mauvais souvenir puisque qu’une délégation de service a été signé il y a quelques semaines avec le transporteur aérien Air Saint-Pierre afin de relier l’archipel et l’aéroport francilien de Roissy Charles de Gaulle. Malheureusement cette première liaison aérienne directe transatlantique ne devrait exister que durant l’été 2018.

Les compagnies Air Saint-Pierre et ASL Airlines France s’associent pour assurer la desserte de Saint-Pierre-et-Miquelon. Ce partenariat s’inscrit dans le cadre de la nouvelle délégation de service public pour la desserte de Saint-Pierre-et-Miquelon conclue entre l’État et la compagnie Air Saint-Pierre annoncée le 12 décembre. ASL Airlines France opèrera pour le compte d’Air Saint-Pierre les vols reliant en direct l’archipel à la métropole.

Car oui aussi étonnant que cela paraisse les habitants de ce petit bout de France perdu dans l’Atlantique nord au large des côtes canadiennes n’avaient jusque là aucune possibilité de relier directement l’hexagone. Ils devaient obligatoirement passer par l’aéroport international Pierre-Elliott-Trudeau de Montréal avant de changer d’avion et rejoindre l’aéroport de Saint-Pierre Pointe-Blanche. En gros la première partie au départ de Roissy CDG se faisait jusque là à bord d’Airbus A340-300 et de Boeing 777-300ER d’Air France et/ou d’Air Canada tandis que la seconde partie du voyage (du périple?) se déroulait à bord d’un ATR-42-500 d’Air Saint-Pierre.

Pour mémoire Saint-Pierre-et-Miquelon est le territoire ultramarin français le moins éloigné de la métropole. Bien moins que la Guadeloupe, la Guyane française, la Martinique, ou encore la Réunion qui sont toutes directement desservies depuis Paris. En fait la faute était jusque là principalement imputable aux infrastructures aéroportuaires et notamment à la piste d’atterrissage trop courte pour permettre de recevoir des gros porteurs transatlantiques. Rappelons-nous qu’en décembre 2014 François Hollande, alors Président de la République, avait dû avoir recours à un Falcon 7X en lieu et place de l’A330 Cotam Unité car ce dernier ne pouvait pas atterrir à Saint-Pierre Pointe-Blanche.

Grâce aux dernières évolutions de la règlementation ETOPS (pour Extended-range Twin-engine Operation Performance Standards) désormais des avions commerciaux type Airbus A320/A321 et des Boeing 737 peuvent traverser l’Atlantique nord. ETOPS régit en effet les avions de ligne biréacteurs autorisés à réaliser des liaisons aériennes commerciales dans des zones à plus d’une heure de vol de tout aéroport de déroutement. Avec certaines limitations de masses de tels avions peuvent désormais donc relier directement la métropole à l’archipel.

Début juillet 2018, et ce jusque fin août, ce sera donc un Boeing 737-700 de la compagnie ASL Airlines France qui ralliera les deux aéroports. La liaison Roissy vers Saint-Pierre le lundi et la liaison Saint-Pierre vers Roissy le mardi.

On peut légitimement se demander alors pourquoi un partenariat de deux compagnies aériennes privées et non la compagnie étatique Air France ? Tout simplement parce que cette dernière n’a pas encore dans ses rangs un avion capable de réaliser ce type de vol. Mais on peut largement envisager que le transporteur français investisse bientôt dans un ou deux Airbus A321 LR Neo, puisqu’on sait le biréacteur européen capable de franchir l’Atlantique nord.

Photo © Wikimédia Commons.

4 COMMENTAIRES

  1. Au-delà du manque d’appareil disponible chez Air France, la vraie question est celle de la rentabilité d’une telle liaison. SPM c’est moins de 7000 habitants.
    Mais pour avoir eu la chance de traverser l’Atlantique en bateau jusqu’à cet archipel, je peux assurer que la visite vaut le détour.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom