Pour mémoire ces avions sont localement désignés AE.9, ce qui signifie qu’ils sont considérés comme des avions d’entraînement et non comme des chasseurs. En Espagne l’Ejército del Aire cherche désormais un successeur à ses dix-huit vieux biréacteurs Northrop F-5B Freedom Fighter encore en dotation au sein de l’Ala 23. Des avions désormais très coûteux à entretenir et surtout à faire voler, et pour cause.

Rappelons-le le Northrop F-5B Freedom Fighter fut conçu comme chasseur léger pour les besoins des pays alliés des États-Unis durant la guerre froide. Mais surtout c’est un vieil avion, dont le premier vol remonte à juillet 1959. Une époque où les questions environnementales n’existaient pas et où les avions pouvaient consommer des hectolitres de carburant sans que cela ne gène tant leur prix était bas. Une époque donc forcément passée.

Or depuis plusieurs années les Northrop F-5B espagnols assurent l’entraînement avancé et le remorquage de cibles aériennes pour les besoins de l’Ejército del Aire. Sauf que s’ils le font plutôt bien ils font aussi en coûtant particulièrement cher à l’état espagnol. Et Madrid n’a pas la capacité de multiplier les euros comme d’autres les petits pains…

Alors le remorquage de cibles pourrait tout à fait revenir à d’autres avions, sans trop de difficultés. Les Espagnols ont d’ailleurs menés des essais en ce sens autour de trois modèles différents. Deux se sont avérés adaptés et le troisième non. Ce dernier est le biréacteur de cartographie aérienne Cessna 560 Citation V actuellement en service à hauteur de trois exemplaires. Par contre les essais réalisés sur les Casa C-101 Aviojet et sur les McDonnell Douglas F/A-18B Hornet se sont montrés eux très positifs.
Mais l’état-major espagnol envisage également de mener des essais similaires sur des avions de transport à turbopropulseurs, sans pour autant avoir déclaré sur quel modèle.

Non en fait le souci le plus gros pour les militaires espagnols est le remplacement des F-5B Freedom Fighter comme avions d’entraînement avancé. Et là certaines voix s’élèvent à Madrid pour indiquer qu’un retrait du service sans remplacement n’est plus exclu. L’Ejército del Aire a t-elle encore aujourd’hui les moyens d’aligner des jets d’entraînement supersoniques en plus de ses avions de transformation opérationnelle ? Et beaucoup disent désormais que non. Alors est-ce la fin d’une époque en Espagne ? Sans doute…

L’aviation espagnole est actuellement une des dernières a encore aligner des Northrop F-5 de première génération de manière quasi quotidienne. Enfin quand les avions acceptent de décoller. Car ces vénérables biréacteurs sont désormais des avions capricieux sur lesquels les mécanos font un travail d’orfèvre qui s’apparente parfois à des soins intensifs… voire palliatifs.

Photos © Ejército del Aire.

1 COMMENTAIRE

  1. Des avions de … presque 60 ans.
    Pour un peu, on pourrait avoir un même avion sur lequel trois générations de pilotes de chasse se sont succédées.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom