Le drame semble bien tourné autour de l’interception de deux chasseurs turcs volant au-dessus des eaux territoriales grecques. Ce jeudi 12 avril 2018 un avion de combat Dassault Aviation Mirage 2000-5 appartenant à la Polemikí Aeroporía s’est abîmé en mer Égée, causant la mort de son pilote. L’avion de facture française évoluait en patrouille de deux appareils lors du crash.

Les premiers éléments semblent indiquer que deux avions de combat General Dynamics F-16C Fighting Falcon appartenant à la Turquie survolaient l’archipel grec des Sporades en mer Égée. Cette zone est régulièrement revendiquée par la Turquie bien qu’appartenant à la Grèce depuis l’antiquité. Deux avions de combat grecs Dassault Aviation Mirage 2000-5 les ont donc rapidement rejoints et interceptés.

Là diverses manœuvres de combat aérien se seraient engagés entre les quatre monoréacteurs, durant lesquelles un des jets grecs aurait été perdu. Malgré son éjection le pilote n’a pas survécu, son corps ayant été retrouvé au large de l’île de Skyros par une équipe de recherches-sauvetages au combat à bord d’un Eurocopter AS.332 Super Puma.
Il semble qu’immédiatement après la perte du Mirage 2000-5 les deux F-16C turcs aient rejoints leur espace aérien sans être pour autant pris en chasse par l’avion grec restant.
Il est à signaler qu’à aucun moment le ministère de la défense grec n’a fait état de tir canon ou missile de la part d’un ou des deux avions turcs. La perte de l’avion relèverait donc plutôt d’un accident de pilotage ou bien d’une panne.

Pays largement maritime ce n’est pas la première fois que la Grèce perd un de ses Mirage 2000 dans la région. Il est à signaler que l’OTAN ne prend que très rarement position dans ces questions d’incursions, la Grèce et la Turquie étant membres toutes les deux.
C’est malheureusement la deuxième fois en moins d’une semaine que le célèbre jet de combat conçu par Dassault Aviation fait parler de lui de manière négative.

Photo © ministère grec de la défense.

8 COMMENTAIRES

  1. Malheureusement il commence à porter le poid des années. Reste à déterminer les circonstances exactes de la mort du pilote. Si les f16 turques éliminent les 2000 grecques sans tirer : ça fait désordre !

    • Plus on en sait et plus cela ressemble à une erreur de pilotage de la part du militaire grec mort dans l’incident. Ça ne dédouane pas les Turcs de leur intrusion inacceptable !

      • Peut-être que le mirage à renifler de trop près les fesses du f16?
        Quand à la provocation des f16 turques ,c’est à l’image du comportement de ce pays qui pour moi n’a plus sa place dans l’OTAN depuis longtemps.(mais c’est un débat loin du monde de l’aéronautique)

        • Les Mirages 2000-5 grecques ont zero accidents jusqu’au 13 avril.
          Quelque chose d’inhabituel est arrivé au pilote peut-être vertige parce que l’avion s’est écrasé sans envoyer d’alerte de tout type de problème.
          Les pilotes turcs ont un grand respect pour M2000-5 parce que c’est un type que l’armée de l’air turque n’a pas.

    • Rien à voir avec le poids des années. Soit c’est une erreur de pilotage, soit une panne. Sans vouloir dénigrer les Grecs, qu’on sait économiquement affaiblis, peut-être un pb d’entretien… Quand à l’attitude des Turques, pas étonné…

    • Les Mirage 2000-9 émiratis sont sensiblement plus récents que les Mirage 2000-5 grecs, mais surtout les conditions climatiques et météorologiques ne sont pas les même entre les deux pays. Il faut comparer ce qui est comparable BBA.

  2. Cela dit les interceptions aérienne sont courantes là bas, les deux pays ayant des différents sur les frontières officielles depuis très longtemps. En 1996 un F16 turc a été abattu par un mirage 2000. Ces incidents ne se limitants pas au ciel, des accros violent ont lieu aussi en mer entre navires.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom