Pour celles et ceux qui en doutaient encore il n’y a plus de question à se poser : ces monomoteurs à turbopropulseurs sont bel et bien pleinement aptes au combat. Ce mardi 15 mai 2018 des avions d’attaque légère Embraer A-29 Super Tucano ont frappé des positions appartenant aux talibans près de la ville de Farah. Ils étaient appuyés par des hélicoptères, et couvraient au sol les forces spéciales afghanes et américaines.

Selon les premières informations au moins six A-29 Super Tucano ont participé à ce raid aérien. Chaque avion était lourdement armé, plusieurs sources parlent de bombes à guidage laser GBU-12 et de roquettes non guidées en panier. Un mélange donc d’armement très moderne et de munitions plus classiques mais au pouvoir de destruction et de mort toujours aussi redoutable.
Ces avions très modernes, bien que particulièrement rustiques, n’étaient pas les seuls aéronefs de combat présents lors du raid puisqu’au moins huit à dix Mil Mi-171 y auraient pris part eux aussi. Certains assuraient des missions d’attaque au sol à l’aide là-aussi de roquettes en paniers tandis que d’autres transportaient les troupes afghanes et américaines.

Selon les mêmes sources ce raid aérien était dirigé depuis un Cessna C-208 Caravan afghan utilisé comme poste de commandement aéroporté. À bord de ce type d’avion les officiers peuvent suivre en temps réel l’action de guerre grâce au FLIR amovible couplé à une caméra infrarouge. Un équipement que les États-Unis ont livré à l’Afghanistan en même temps que ces monomoteurs de transport léger.
Par contre il semble totalement exclu que des Sikorsky UH-60 Blackhawk, fraîchement livrés dans le pays, y aient pris part.

Avec ce raid aérien mené à quelques kilomètres seulement de la frontière iranienne l’aviation afghane démontre bien qu’elle a gagné en puissance de feu, mais aussi en maîtrise de ses actions. Bien sûr les forces spéciales américaines étaient présentes, et même sûrement en amont mais cela n’empêche qu’avions et pilotes étaient afghans. Et ça pour un pays en pleine reconstruction comme celui-ci c’est très important.
À noter que ce raid aérien est la première opération de grande ampleur menée par les A-29 Super Tucano afghans depuis qu’ils ont été déclarés opérationnels. C’était il y a à peine deux ans.

Photo © ministère afghan de la défense.

2 COMMENTAIRES

    • Certes, et quelques années encore auparavant, les P47 / Typhoon 😉 . Le concept est resté le même, encore que le A-1 Skyraider était un super-lourd comparé aux « petiots » actuels, destiné quasi-uniquement à l’attaque en piqué / vol rasant (d’où le préfixe A comme « Attack »).

      Les appareils d’aujourd’hui (A29 – AT6) sont bien plus légers et polyvalents, et dédiés tant à l’observation qu’à la lutte anti-guérilla et l’attaque (on mélange donc les genres entres les anciens avions d’observation -préfixe O- et d’attaque -préfixe A). Ces derniers sont de surcroit aptes au tir de munitions « intelligentes », ce que leurs prédécesseurs ne pouvaient réaliser. Ainsi, ils présentent une alternative réellement intéressante (et économique) aux chasseurs à réaction sur des missions où la vitesse et les menaces sol-air / air-air sont faibles / nulles.
      A voir justement le programme OA-X dont il est question dans d’autres articles 😉 .

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom