Si cela se confirme il s’agira d’un véritable coup de tonnerre dans le microcosme aéronautique roumain. À Bucarest le ministère de la défense se préparerait à passer commande pour un lot d’une quarantaine d’hélicoptères d’attaque et de transport d’assaut auprès de Bell Helicopter. Une petite révolution dans ce pays, traditionnel client de la France et donc logiquement d’Airbus Helicopters. Ce dernier constructeur possède même une filiale dans le pays ainsi qu’une chaîne d’assemblage.

Pour mémoire durant la guerre froide, même si la Roumanie était membre du Pacte de Varsovie et donc placée sous la joug de l’URSS elle commerçait largement avec la France. Des décennies d’accords diplomatiques avaient permis cela, et l’industrie aéronautique hexagonale en tira largement profit. L’entreprise roumaine IAR construisit sous licence pour les besoins nationaux, mais aussi parfois pour l’export, des hélicoptères Aérospatiale, à savoir des SA.316B Alouette III et surtout des SA.330 Puma.

Or ce sont ces dernières machines qui sont actuellement au cœur d’une âpre bataille commerciale entre les États-Unis et l’Union Européenne. Bell Helicopter et Airbus Helicopters voulant chacun placer ses propres voilures tournantes dans le marché. Et celui-ci est double. Il s’agit bien évidemment de placer de nouveaux hélicoptères de transport et d’assaut à hauteur de 21 exemplaires mais également des hélicoptères de combat, le Puma ayant été localement développé en version SOCAT (pour Sistem Optronic de Cercetare și Anti-Tanc) dont encore 20 machines volent actuellement.

Pour mener à bien ces deux contrats distincts chacun des deux hélicoptéristes propose ce qu’il fait de mieux. Ou plus exactement ce qu’il a de plus adapté à la situation roumaine : H215 Super Puma et Tigre côté européen contre AH-1Z Viper et UH-1Y Venom côté américain. Et ce qui semble se dessiner c’est bel et bien une préférence roumaine pour les hélicoptères américains.

Mais Airbus Helicopters a un argument de poids en main : son usine roumaine de Brasov, qui justement assemble les H215 Super Puma et emploie plusieurs centaines de techniciens. Un site clairement menacé de fermeture et de transfert ailleurs dans le monde si jamais le ministère roumain de la défense faisait l’erreur de tourner le dos à son historique allié industriel. Avec malheureusement à la clef des milliers de familles qui se retrouveraient sans ressource. Car à Brasov Airbus Helicopters génère des emplois bien au-delà de ses ateliers.
Seule ne subsisterait que l’atelier de transformation de Ghimbav, situé à une quinzaine de kilomètres de l’usine et qui sert notamment à moderniser nombre de Puma volant en Europe, à l’image des hélicoptères de la Royal Air Force.

Dans le même temps Bell Helicopter aurait signé un accord de partenariat avec IAR afin que ses hélicoptères soient assemblés localement à partir d’éléments usinés aux États-Unis. Une solution qui permettrait ainsi à la Roumanie de maintenir une activité industrielle dans le domaine des voilures tournantes.

Alors dans le pays certaines voix commencent à s’élever afin que soit trouvée une solution intermédiaire. S’il est clairement établi que le Tigre n’est pas du tout adapté aux besoins roumains car bien trop perfectionné, la rusticité du Viper ne fait dans le même temps aucun doute et le choix de cette machine semble finalement assez logique. Pour autant une commande du H215 Super Puma permettrait de rassurer Airbus Helicopters et de permettre aux militaires roumains de continuer à voler sur un appareil d’une classe comparable au Puma. Car beaucoup là-bas reconnaissent que le Venom est peut-être trop petit.

Quoiqu’il en soit le feuilleton du remplacement des Puma en Roumanie semble loin d’être fini, et nous aurons sans nul doute l’occasion d’y revenir dans les semaines et mois à venir.

Photo © Bell Helicopter

3 COMMENTAIRES

    • Je comprend que tu soit perdu, je me demande si même chez Airbus Hélicoptère ils s’y retrouvent.
      Le H215 est une évolution du AS330/331/332 (puma/super puma), il pocéde 4 pales au rotor principale.(cougar).
      Le H225 est lui aussi une évolution du AS332, mais pocéde 5 pales (caracal).
      Pour te faire un résumé:
      Sud aviation développe le Puma SA 330 en 1965
      Aérospacial développe le Super Puma AS 332 en 1982, AS 532 cougar en 1990
      Eurocoptére développe le EC225 en 2000.EC 725 caracal
      Airbus hélico renomme EC 225 en H225 et EC 725 en H225M
      Les H215 sont les versions précédentes du H225 en quelques sortes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom