Il s’agit d’une des unités françaises de combat les plus surprenantes. Sur la Base Aérienne 188 de Djibouti l’Armée de l’Air déploie depuis dix ans maintenant l’Escadron de Chasse 3/11 Corse. Il est destiné aussi bien à assurer des missions de protection pour cette ancienne colonie française que de protection des intérêts stratégiques français et européens dans la région. Et devant l’instabilité politique et sécuritaire des voisins de Djibouti les aviateurs français ne manquent pas de travail.

Coincé entre le golfe d’Aden et la Mer Rouge le mini-état qu’est Djibouti présente une place stratégique. Et ça la France ne l’a pas oublié quand elle lui a rendu son indépendance en 1977. Pour autant nos forces armées, aériennes, et navales n’ont jamais quitté la région. Depuis quelques années nos alliés américains et britanniques y ont également des détachements plus ou moins réguliers.

Or le rôle de l’Escadron de Chasse 3/11 Corse est primordial dans cette zone particulièrement agitée. Entre le chaos somalien et l’instabilité érythréenne le rôle des pilotes et mécanos de l’Armée de l’Air est donc de jouer le tampon afin de maintenir la souveraineté djiboutienne. Dans le même temps ses Dassault Aviation Mirage 2000-5F permettent de «calmer» ceux qui pourraient vouloir avoir des velléités contre le pouvoir local. C’est donc un jeu d’équilibriste permanent auquel se livrent nos militaires.

Mais au fait pourquoi des Mirage 2000-5F qui ne sont finalement que des intercepteurs et chasseurs de supériorité aérienne ?
Ce n’est pas la demi-douzaine de MiG-29 Fulcrum et de Su-27 Flanker péniblement alignée par l’Érythrée qui pose réellement de soucis aux militaires djiboutiens et français pas plus que la vingtaine de MiG-23 et de Su-27 éthiopiens dont beaucoup doutent qu’ils soient encore en état de vol. Et ne parlons pas de la Somalie qui ne possède aucun avion militaire et seule une poignée d’hélicoptères de transport Agusta-Bell AB-204.
Eh bien parce que dans cette région le monoplace de combat français a su se diversifier. Un peu à la manière des Mirage 2000C employés par l’opération Barkhane les Mirage 2000-5F de l’Escadron de Chasse 3/11 Corse ne sont plus exclusivement des chasseurs purs mais de plus en plus des chasseurs-bombardiers. Et cette polyvalence est le fruit d’une longue réflexion de la part de l’état-major de l’Armée de l’Air.

Pour mémoire entre 2002 et 2011 le 3/11 Corse fut la seule unité opérationnelle de l’Armée de l’Air à engager quotidiennement des monoplaces de chasse Mirage 2000C et des biplaces d’attaque et d’appui  Mirage 2000D. Une dualité qui faisait de l’escadron un cas à part.
Mais depuis 2016 plus de Mirage 2000D dans la corne de l’Afrique, ne subsistent désormais plus que les Mirage 2000-5F. Voir en cet avion un hybride entre le Mirage 2000C et le Mirage 2000D serait pourtant une faute grossière car il s’agit bien d’un chasseur pur ayant des capacités secondaires d’attaque légère et d’appui aérien rapproché grâce notamment aux munitions air-sol de précision type GBU-12.
Même à Djibouti le Mirage 2000-5F n’est pas un chasseur multirôle, même pas un chasseur-bombardier.

Pour autant dans cette région assez instable les chasseurs monoréacteurs français représentent un outil tant militaire que diplomatique de premier plan. Une sorte de garantie en quelques sortes…

Photo © Armée de l’Air.

9 COMMENTAIRES

  1. Qu’est vous croyez que vos pauvres mirage 2000 il vont faire contre des Sukhoi Su 27 qui sont les meilleurs chasseurs de tous les temps ? Ils vont juste se faire pulvériser. Donc votre article de propagande ne sert à rien sinon à vous faire mousser auprès de l’armée de l’air.

    • Avec une vingtaine de misérables Sea Harrier seulement vus comme bons à casser des avions de pat’mar au petit bonheur la chance , les Anglais ont pu établir une supériorité aérienne au dessus des Malouines en 1982 , face à des Mirage III pourtant supérieurs en vitesse , et dans une certaine optique , en armement moyenne portée (Les argentins alignaient des R530 sur leurs mirage III alors que la RN n’alignait que des SIdewinder , le dernier modèle à l’époque). L’entrainement compte pour beaucoup , la maintenance aussi. N’oublions pas qu’un Sea Fury a descendu un MiG-15 pendant la guerre de Corée
      En parlant de propagande , qui vous dit que le Su-27 est le meilleur chasseur de tous les temps ? Est-ce un certain site orange et noir , qui n’est pas Mir ? Fdesouche mais surtout Oreille de Moscou à ce que je vois 😀

      • +1 pour Fougère.
        Une armée de l’air, ça n’est pas juste des avions : c’est une doctrine, des tactiques, une qualité de maintenance dans toutes les spécialités (avionique, vecteur, armement, radar…), un entrainement approprié et pérenne de tous les acteurs… Pour lesquels je pense qu’effectivement l’armée de l’air Française est probablement plus mature/opérationnelle que la force aérienne érythréenne .
        En terme de capacité pure, je ne pense pas qu’un 2000-5 avec une bonne tactique ne puisse surpasser un Su-27 de première génération.

        • Puis , il est probable que en cas de problème , des Rafale beaucoup plus capables et mieux armés (Meteor par exemple , même si ce n’est pas l’abondance au niveau arsenal) puissent être déployés très rapidement depuis les EAU ou même la métropole. Les 2000-5 sont sûrement inférieurs dans bien des points mais sont tout de même toujours capables , et il serait dangereux pour un pilote de F-22 ou de Su-27 de sous-estimer un avion suffisamment armé et dangereux

  2. -Un 2000-5 vaut largement un Su-27, dont l’avionique n’est pas plus récente, voire plus ancienne. J’étais au 1/2 Cigognes lors de la transformation de cet escadron depuis le 2000C au 2000-5 et j’ai vu les pilotes revenir de leurs exercices de combat aérien face aux pays de l’OTAN avec un grand sourire. Ils se faisaient tailler des croupières jusqu’alors.

    -Pour rappel, le « dash 5 » a été conçu pour être multirôle (le terme est un peu fort, en tout cas plus polyvalent que le 2000C), donc son utilisation en tant que chasseur-bombardier n’est pas véritablement un contre-emploi.

  3. Pour cette région le tiret 5 est largement suffisant. Il ne faut pas oublier que dans cette corne de l’Afrique il n’y a pas beaucoup de pays qui peuvent rivaliser avec les unités de l’armée de l’air. Pour preuve au moment de la dotation du 1/2 et du 2/2 de -5 et dans un exercice les -5 ont infligé aux autres unités participantes 41 à 0 (dixit le cdt en second de l’une de ces unités voir air et cosmos de cette epoque).
    N’en déplaise à l’amiral Rogel le pourfendeur de l’armée de l’air et grand stratège du combat naval sur entre le pont Alexandre III et la tour Eiffel.

  4. Un 2000-5 aujourd’hui dans l’armée de l’air ( entretien , pilote, doctrine d’emploi…) est largement plus dangereux qu’un S27 Érythréen .
    Fdesouche un conseil de profane ( passionné) ne cherchez pas à vous faire un avis pertinents en lisant spoutnik , mais en consultant plusieurs sites et bcp d’articles ….

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom