À moins d’être totalement troglodyte ou bien de vivre au fin fond d’une forêt inexpugnable d’Amérique du sud l’information n’a pas pu vous échapper : ce samedi 19 mai 2018 le prince Harry, petit-fils de la reine Elizabeth II et fils de l’actuel prince de Galles, s’est marié avec l’actrice américaine Meghan Markle. Vous allez nous dire, aucun rapport avec l’aviation.
Sauf qu’en fait si. Le désormais duc du Sussex a été pilote d’hélicoptère d’attaque et d’appui durant les opérations menées par le Royaume Uni contre les talibans en Afghanistan où il a de ce fait participer à plusieurs missions de combat. Retour donc sur sa (plutôt) courte mais édifiante carrière militaire.

Il faut savoir que parmi tous les modèles d’hélicoptères disponible au sein de l’Army Air Corps le prince Harry a réussi les tests lui permettant ainsi de voler sur machine de combat.

Rappelons-nous que parmi tous les descendants de la reine d’Angleterre, Harry est de ceux qui ont été les plus médiatisés, pas toujours pour son plus grand bonheur. Après tout le Royaume-Uni est la patrie des tabloïds et d’une certaine idée de la presse-poubelle. Mis sur le devant de la scène au moment du décès de sa mère Lady Diana en 1997 il ne l’a plus jamais quitté, parfois en raison d’une crise d’adolescence plutôt lourde et pas toujours bien assumée: chacun se souvient de ses frasques. En même temps, n’ayant jamais eu aucune chance de monter sur le trône, il n’avait pas grand chose à perdre.
Et c’est ce qui semble l’avoir motivé à entrer dans la British Army comme élève officier à l’académie royale de Sandhurst, l’équivalent britannique de Saint-Cyr-Coëtquidan.

Il connut son premier déploiement afghan en février 2007 en tant qu’officier de contrôle aérien avancé au sol pour quelques mois. De retour en Grande Bretagne, il décida de devenir pilote d’hélicoptère, à l’instar de son frère ainé William alors en formation pour devenir pilote de Sea King au sein de la RAF. Mais Harry appartient à la British Army et devra donc intégrer l’Army Air Corps. Après une formation au sein de la Defense Helicopter Flying School sur Eurocopter Squirrel HT Mk-1 il passe les tests pour savoir sur quelle machine il volera.
À ce moment, trois types de machines peuvent lui être proposées : le Boeing Apache AH Mk-1 d’attaque et d’appui, le Westland Gazelle AH Mk-1 de reconnaissance et d’appui, ou encore le Westland Lynx AH Mk-7 d’attaque et d’appui. Le jeune prince de 25 ans sait donc qu’il volera sur hélicoptère armé. Et il réussit tellement les tests qu’il se voit affecté comme pilote d’Apache !

Retour donc à la case Afghanistan après une participation à l’exercice international Crimson Eagle en Californie en octobre 2011. Le 7 septembre 2012 il débarque d’un avion de transport de la RAF sur une base afghane… pour seulement trois jours. Sa présence a été ébruitée et les terroristes talibans menacent de le kidnapper et de demander une forte rançon à la Couronne. En catimini il est rapatrié au pays.
Là il fait des pieds et des mains auprès du gouvernement, allant même jusqu’à demander l’intervention directe de sa grand-mère. Avoir des relations, de temps en temps c’est utile. Et ça marche puisque dans le plus grand secret en janvier 2013 il rejoint ses camarades du Squadron 662. Pendant cinq mois il va combattre les talibans sous son véritable nom, Harry Windsor.

Le capitaine Harry Windsor installé dans le cockpit de son Apache.De son expérience au combat il va ressortir une profonde empathie en faveur des blessés de guerre et c’est dans cette optique qu’il crée en mars 2014 les Invictus Games, sortes de jeux paralympiques réservés aux invalides de guerre.
De nos jours le duc du Sussex vole toujours, mais uniquement aux commandes d’hélicoptères civils.

Photos © UK Ministry of Defense.

 

 

2 COMMENTAIRES

  1. Comme beaucoup de québécois, je ne suis pas un fan de la monarchie britannique. Cependant, je lève mon chapeau au prince Harry et à son oncle Andrew d’York qui ont tous les deux servit leurs pays lors de guerres. Voir par exemple l’article suivant qui relate la participation du prince Andrew d’York qui était pilote de Sean King lors de la guerre des Falklands. voir par exemple https://www.express.co.uk/news/history/516577/Prince-Andrew-Falklands-war-historic-pullout

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom