À peine deux ans après son premier vol l’avion-cargo brésilien continue de connaitre des soucis de développement. Ce samedi 5 mai 2018 le prototype de l’Embraer KC-390 a réalisé une sortie de piste lors d’un essai au sol, fort heureusement sans causer de blessure à son équipage. Cependant il semble bien que le programme de développement de l’avion ne prenne pas de retard.

C’est sur l’aérodrome de Gavião Peixoto où se trouvent les ateliers d’Embraer que l’incident ses déroulé. Le KC-390 réalisait des essais au sol, vraisemblablement de roulage, lorsqu’il a quitté la piste et est venu s’immobiliser dans l’herbe.
Ce n’est pas la première fois que l’avion connait des vicissitudes dans son développement depuis son vol initial survenu en avril 2016.

Malgré une communication particulièrement verrouillée de la part de l’avionneur Embraer et de la Força Aérea Brasileira l’information a été très vite révélée. La presse spécialisée aéronautique mais surtout les grands médias généralistes brésiliens s’en sont très vite fait l’écho. Il faut dire qu’au Brésil cet ambitieux programme n’a pas que des soutiens inconditionnels dans l’opinion publique. Loin de là d’ailleurs.

Beaucoup de Brésiliens estiment en effet que jamais la Força Aérea Brasileira n’aurait du engager de deniers publiques dans le développement de cet avion. En fait il est assez surprenant de voir à quel point une forte minorité de gens peuvent localement faire pression contre cet avion, jugé comme étant un gouffre financier à la fois pour les budgets militaires et pour l’avionneur.
Rappelons que les deux premiers exemplaires de série sont attendus pour la fin de cette année.

Pour mémoire l’Embraer KC-390 n’est pas, malgré ce que sa désignation pourrait laisser supposer, un avion de ravitaillement en vol mais bien de transport tactique. Ce biréacteur est clairement destiné à concurrencer le Lockheed-Martin C-130J Super Hercules, un avion pourtant très bien implanté sur ce marché.
Mais ses détracteurs lui reprochent justement sa fameuse configuration biréacteur jugée moins fiable que de classiques turbopropulseurs. L’avion brésilien est souvent comparer au Kawasaki C-2 japonais, même si ce dernier est légèrement plus imposant !

Photo © Força Aérea Brasileira

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom