Si l’hélicoptère n’est pas encore officiellement opérationnel il a cependant déjà commencé sa carrière. Ce mercredi 16 mai 2018 le constructeur américain Sikorsky, branche du géant Lockheed-Martin, a officiellement remis à l’US Marines Corps le premier exemplaire du CH-53K King Stallion. Ce nouveau géant des airs, doté de trois turbines d’un peu plus de 7600 chevaux chacune, devrait être engagé en opérations à partir de 2020.

En fait tout est allé très vite pour cet hélicoptère de transport militaire dont les premières ébauches datent de 2006 pour un vol inaugural qui eut lieu en octobre 2015, soit il y a à peine deux ans et demi. Très récemment l’hélicoptère était présenté au public lors du salon ILA 2018 à Berlin. Il faut dire que son constructeur vise clairement le marché allemand comme première percée à l’export. Mais ce dernier n’est pas le seul, Lockheed-Martin et Sikorsky font tout pour placer l’hélicoptère auprès du Japon et pourquoi pas d’Israël.

Et donc cette première livraison d’un Sikorsky CH-53K King Stallion de série pourrait presque ressembler à un coup de com’ voire carrément à un coup de pub’. Reste à savoir s’il est vraiment aussi près à être utilisé quotidiennement par les Marines américains en remplacement de leurs CH-53E Super Stallion dont il est un lointain dérivé… nettement plus moderne.
En fait le fossé technologique qui existe entre ces deux machines est à peu près le même qu’entre un Aérospatiale SA.330B Puma et un Airbus Helicopters H225M Caracal. Il y a bien un air de famille mais la comparaison s’arrête là !!!

L’état-major de l’US Marines Corps a annoncé attendre pour les mois à venir le deuxième hélicoptère de la série, mais dans son cas Sikorsky indique que cette livraison n’interviendra pas avant janvier 2019. D’ici là ce premier King Stallion de série aura largement essuyé les plâtres et servi à la validation de nombreux process d’utilisation et de mise en œuvre.
Quoiqu’il en soit le calendrier prévisionnel est respecté, puisque Sikorsky s’était engagé à livrer son premier CH-53K en 2018. Comme quoi tous les aéronefs de Lockheed-Martin n’accumulent pas autant de retard que le F-35 Lightning II.

Photo © Lockheed-Martin

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom