La chantier est vaste et important mais nécessaire à la survie de cette force aéronavale ! L’Armada Argentina vient de littéralement lancer une bouteille à la mer à destination des Américains afin de rénover en profondeur deux de ses modèles d’avions de reconnaissance et de patrouille maritime et un d’hélicoptère de lutte anti-sous-marine. Trois types d’aéronefs construits aux États-Unis et en service dans le pays depuis souvent des décennies.

Les deux modèles d’avions sont des Beechcraft Super King Air 200 et des Lockheed P-3B Orion, présents à hauteur de quatre exemplaires chacun. Les premiers étant les plus récents puisque livrés à la fin des années 1980. Pour mémoire les Orion ont participé, de loin certes mais tout de même un peu, aux opérations aériennes de la guerre des Malouines.
Le type d’hélicoptère est lui le biturbine Sikorsky S-61D4 Sea King, spécialisé dans la lutte anti-sous-marine. Un aéronef lui aussi vétéran des combats contre les forces de Sa Majesté. Cinq hélicoptères de ce modèle volent actuellement sous les couleurs de l’Armada Argentina.

Contrairement à des modernisations classiques il n’est ici nullement question d’ajouter de l’avionique voire de l’armement mais juste de garantir que les aéronefs puissent continuer à voler sans mettre en danger leurs équipages. C’est pourquoi ces divers contrats concernent en fait des pièces détachées de rechange.
On compte notamment des systèmes hydrauliques pour les trains d’atterrissage des Super King Air 200, des éléments de cockpit et de nouveaux hublots pour les P-3B Orion, ou encore des têtes de rotors pour les Sea King. Des équipements fort heureusement pour les marins argentins encore très présents aux États-Unis.

Néanmoins l’Armada Argentina entend également acquérir des treuils mécaniques afin de les installer sur ses Sea King. Un équipement qui rendrait ces hélicoptères aptes aux missions de recherches et sauvetages en mer, ce qu’ils ne peuvent actuellement pas faire dans cette aéronavale. Un comble pour un hélicoptère qui se trouve parmi les principaux saint-bernard des mers depuis plus de cinquante ans.

Elle semble donc loin l’époque où l’Armada Argentina entendait racheter des P-3C Orion de seconde main afin de remplacer les siens. Ses finances actuelles lui interdisent cela, tout comme l’option pour n’importe quel autre avion similaire. Des touches ont même eu lieu avec la Russie autour de l’Ilyushin Il-38 mais sans résultat. Ce dernier avion n’étant visiblement pas compatible avec les standards argentins.

Cette série de micro-chantiers de modernisation devrait déboucher sur une flotte tant bien que mal rajeunie à l’horizon 2020-2022. Cela ressemble tout de même fortement à un cautère sur une jambe de bois.

Photo © Armada Argentina

 

6 COMMENTAIRES

  1. Voilà qui va faire plaisir aux Anglais. Tant qu’ils ne se modernisent pas et ne montent pas en puissance, les troupes de Sa Majesté sont assurées de voir s’éloigner le spectre d’un retour aux Malouines, ce conflit n’étant toujours pas réglé.

  2. Il n’y a aucune chances qu’on puisse leur vendre des Breguet Atlantics d’occasion ? Ils ne seraient pas pire que leurs vieux Orions ?

  3. La livraison des P-3B à l’Argentine date de décembre 1997. A l’époque des Malouines les avions en service étaient des L.188 Electra, des P-2 Neptune et des S-2 Tracker. D’ailleurs, quid des 3 derniers S-2T de la marine argentine ? retirés du service ?

      • c’était des avions d’occasion, anciens de l’US Navy, qui ont été récupérés à Davis Monthan, le P-3B n’étant plus en production depuis un moment à cette époque-là. En fouillant un peu le web, ça ne devrait pas être trop dur de retrouver les BuNo…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom