C’est fort discrètement que les deux hélicoptères de transport lourd ont cette semaine quitté le territoire canadien. Deux Boeing-Vertol CH-147F Chinook appartenant à l’Aviation Royale Canadienne ont rejoint le Mali afin d’être versé à la MINUSMA. Ils permettront ainsi de renforcer les moyens de sécurisation des Nations Unies. Ils s’ajouteront aux trois hélicoptères similaires envoyés par la Royal Air Force.

C’est à bord de la soute d’un Boeing CC-177 Globemaster III que les deux hélicoptères birotors ont traversé l’Atlantique nord avant de rejoindre l’Afrique. Un voyage de plusieurs milliers de kilomètres rendu possible par l’incroyable rayon d’action de ce géant des airs autant que par leur capacité à être ravitaillé en vol.

Au Mali pourtant ces deux Boeing-Vertol CH-147F Chinook ne participeront pas à la lutte contre les groupes terroristes djihadistes comme la force française Barkhane. Ils assureront des vols de stabilisation au profit de la MINUSMA, la mission de l’ONU dans la région. Pour autant ils seront armés, afin de pouvoir répliquer en cas d’agression extérieure.
Outre les Chinook britanniques et canadiens les personnels internationaux peuvent également s’appuyer sur un des hélicoptères les plus modernes au monde dans sa catégorie : le Caïman, là-bas sous les couleurs belges.
Cette mission renforce également la présence canadienne dans cette région du monde particulièrement instable.

Désormais la MINUSMA va disposer d’une véritable flotte héliportée hétéroclite lui permettant de déplacer ses personnels rapidement et en toute sécurité. Pour autant ils ne seront à priori pas repeints dans la traditionnelle livrée blanche onusienne, inadaptée aux opérations au-dessus du Sahel.

Photo © Aviation Royale Canadienne.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom