Pour ce nouvel opus de notre désormais habituelle saga sur les forces aériennes direction la Hongrie et sa Magyar Légierō. Cette toute petite force aérienne est actuellement en pleine mutation, passant du matériel datant de l’ère soviétique à celui estampillé occidental et notamment européen.

Focus donc sur cette Magyar Légierō qui possède aujourd’hui environ 10% de ce qu’elle disposait du temps de la guerre froide mais a gagné qualitativement par rapport aux vieux matériels soviétiques. Une force aérienne hongroise qui continue encore aujourd’hui de se moderniser.
En l’absence de nomenclature ses avions et hélicoptères vous sont donnés dans l’ordre alphabétique de leurs constructeurs respectifs.

  • L’Airbus A319, avion de transport de personnels et de transport de hautes personnalités, présent à l’été 2018 à hauteur de deux exemplaires de la version A319-112.

  • L’Antonov An-26 Curl, avion de transport tactique, présent à l’été 2018 à hauteur de deux exemplaires de la version An-26A.

  • L’Eurocopter AS.350 Écureuil, hélicoptère de liaisons et d’entraînement, présent à l’été 2018 à hauteur de deux exemplaires de la version AS.350B2.

  • Le Mil Mi-17 Hip, hélicoptère d’assaut et de recherches-sauvetages, présent à l’été 2018 à hauteur de 14 exemplaires des versions Mi-17H et Mi-17V.

  • Le Mil Mi-24 Hind, hélicoptère de combat et de présentation officielle, présent à l’été 2018 à hauteur de quatre exemplaires des versions Mi-24P et Mi-24V.

  • Le Saab JAS-39 Gripen, chasseur multirôle, présent à l’été 2018 à hauteur de 14 exemplaires des versions JAS-39C et JAS-39D.

  • Le Zlin Z-242, avion d’entraînement de base, présent à l’été 2018 à hauteur de quatre exemplaires de la version Z-242L.

Depuis début 2017 la Magyar Légierō s’est relancée dans une série d’acquisition d’avions et d’hélicoptères. Après avoir récemment commandé des H145M auprès d’Airbus Helicopters elle semblerait s’orienter désormais vers deux autres axes : trouver un avion d’entraînement intermédiaire et avancé (donc vraisemblablement à turbopropulseur) mais également acquérir un nouveau type d’avion de transport tactique. Cependant dans aucun de ces deux types de mission l’état-major hongrois n’a désigné d’avion en compétition.
Il est à signaler le cas très particulier des Mil Mi-24 retirés du service en 2013 puis réintégrés au nombre de seulement quatre exemplaires trois ans plus tard. À la différence de la majorité des autres aéronefs militaires hongrois on remarquera leur livrée particulièrement voyante. Elle tranche radicalement avec celle des A319-112, JAS-39C/D, ou encore Z-242L.

5 COMMENTAIRES

  1. Pour les Gripen c’était 14 à l’origine mais il y a eu 2 accidents en 2015 et aujourd’hui il reste 11 monoplaces et 1 biplace à moins qu’ils en ai reçu 2 autres pour les remplacer depuis ? Et savez-vous qu’en réalité ces avions sont en location. La Hongrie sera propriétaire seulement en 2026.

    • Certes, comme pour les Tchèques, à la différence que ces derniers ne comptent pas les acquérir à la fin du contrat (du moins pour l’instant, mais ils l’ont en tout cas reconduit eux aussi).

      En tout cas, à mon sens -je ne cesse de le clamer- cette solution de leasing d’un nombre raisonnable et adapté d’appareils modernes est particulièrement avantageux pour ces petits pays : appareil européen, compatibilité OTAN, et ce à moindre coût car SAAB et le gouvernement suédois prennent en charge la formation des personnels, l’entretien et même la mise à niveau des appareils aux derniers standards.

    • Justement Dimitri ce contrat de location-vente prévoit le remplacement éventuel des machines perdues, c’est pour cela que les Hongrois ont de nouveau leurs quatorze Gripen.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom