Aérospatiale AS.332 (EC 225) Super Puma

Aérospatiale AS.332 (EC 225) Super Puma


Fiche descriptive

Appareil : Aérospatiale AS.332 (EC 225) Super Puma
Constructeur : Société Nationale Industrielle Aérospatiale
Désignation : AS.332 (EC 225)
Nom / Surnom : Super Puma
Code allié / OTAN :
Variante :
Mise en service : 1981
Pays d'origine : France
Catégorie : Hélicoptères
Rôle et missions : Hélicoptère de transport d'assaut

Histoire

Aérospatiale AS.332 (EC 225) Super Puma :
l'excellente évolution du Puma

En 1974, la société Aérospatiale décida de lancer une version améliorée de son hélicoptère de transport moyen SA.330 Puma. Cet appareil se vendait alors très bien, tant en Europe qu’au Moyen-Orient. Néanmoins les responsables de l’hélicoptériste toulousain comprirent que le Puma souffrait d’un certain manque d’autonomie et de capacité d’accueil, et notamment pour viser le marché civil. Aérospatiale préleva donc deux Puma des chaines de fabrication et les affecta à l’étude du nouvel appareil qui fut immédiatement baptisé Super Puma.

La première modification concerna la cellule et le groupe moteur de l’appareil. Les ingénieurs décidèrent alors de rallongé le fuselage du Puma, et de le doter d’un rotor dernier cri du type « Starflex » et mis au point avec le concours du consortium allemand M.B.B. (Messerschmitt, Blöhm, Bolkow) qui en équipa un Bö-105. Le prototype désigné SA.331 ne présentait plus qu’une vague ressemblance avec le SA.330. Un second Puma fut transformé, sans toutefois que la cellule et le groupe propulseur ne change radicalement. Il s’agissait alors de doter cette machine, désignée SA.330Z, d’un rotor anticouple de type « Fenestron » similaires à celui qui équipait alors la Gazelle. Bien qu’apportant un gain en matière de sécurité et de facilité de maintenance, ce type de rotor arrière ne fut pas adopté par Aérospatiale pour son Super Puma. De même que la cabine extraordinairement longue du SA.331. Le premier Super Puma reçu finalement la désignation d’AS.332.

L’AS.332 se présentait alors comme un Puma rallongé, doté d’un nouveau nez accueillant un radar météo Bendix RDR-1400, une poutre de queue renforcé disposant d’une quille stabilisatrice sous le mât du rotor anticouple, un train d’atterrissage renforcé, et un plancher de cabine blindé. Le groupe propulseur de l’appareil gagnait également passant d’une puissance unitaire de 1328 ch. à 1780 ch. , autorisant ainsi l’hélicoptère à mener de véritables missions à caractère maritime. Au niveau avionique et électronique de bord le Super Puma est doté en série d’une chaine de communication VHF/UHF, d’un radiocompas, d’un radar à effet Doppler, d’un système d’aide à la navigation et à l’atterrissage VOR/ILS compatible avec les exigences de l’OACI (Organisation de l’Aviation Civile Internationale), et un système de pilote-automatique SFIM-155. Le Super Puma a effectué son premier vol le 13 septembre 1978.

En même temps que la version de série AS.332M (pour Militaire) Aérospatiale a développé une version AS.332C (pour Civile) afin de viser le marché des machines de transport pour les compagnies aériennes et de missions de service publique. L’AS.332C a rencontré un certain succès sur le marché très fermé des appareils de liaison off-shore. Ces appareils effectuent des transports de personnels entre les plateformes de forage pétrolier et les zones côtières. A partir de 1980 ils ont été rebaptisés AS.332L. L’AS.332M a lui même donné naissance à une version navalisée désignée AS.332F. Il comporte entre autre un radar de recherche Oméra ORB-32 identique à celui du Super Frelon. L’AS.332F est en outre capable d’emporter toute une panoplie d’armement air-surface allant de la torpille L4 aux mines anti-sous-marines en passant bien entendu par le missile AM-39 Exocet. En 1982 l’AS.332F a été déclaré apte au tir des missiles AS-15TT.

En 1986, Aérospatiale, alors en pourparlers de fusion avec MBB, céda une licence de fabrication des Super Puma à l’avionneur indonésien Nurtanio. Les appareils construits sous licences prirent la désignation de NAS-332M et NAS-332L. Certains appareils de cette dernière série rejoignirent les forces armées indonésiennes malgré leur désignation civile. L’Indonésie est actuellement un des principaux utilisateurs militaire du Super Puma, ayant même vendu en 1997 trois machines civiles à l’exportation.

En 1990, lors de la création d’Eurocopter les versions militaires ont reçu la désignation d’AS.532 Cougar tandis que les versions civiles conservaient la désignation initiale.

L’un des Super Puma les plus connu est l’AS-332L acquis à la fin des années 80 par la Force Aérienne Zaïroise pour le transport du Président Mobutu, qui utilisa l’appareil à des fins personnelles. Depuis la chute de la dictature l’appareil rempli des missions de transport au profit des autorités militaires et civiles congolaises.

La France est à l’heure actuelle le seul utilisateur d’une version de veille radar et de guet aérien désignée AS-532 Horizon. Quatre machines de ce type sont en service au sein du 4ème Régiment d’Hélicoptère de Corps de Manoeuvre (4ème RHCM), une unité de l’ALAT. En outre l’ALAT utilise plus de 100 Cougar pour des missions de transport et d’assaut. Le transport de hautes personnalités est également le rôle des trois AS-332L de la Rikujo Jieitai (ALAT nippone), ce sont là les seuls appareils d’origine française à servir au Japon.

Depuis que le constructeur a rejoint le giron du géant européen EADS les Cougar et les Super Puma ont reçu, respectivement les désignations d’EC 725 et EC 225.

Pour suivre la carrière militaire du Super Puma, consultez la fiche de l’AS.532 Cougar.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : Aérospatiale AS.332 Super Puma
Envergure : 15.60 m (diamètre du rotor principal)
Longueur : 18.70 m
Hauteur : 4.92 m
Motorisation : 2 turbines Turboméca Malika
Puissance totale : 2 x 1535 ch.
Armement : 1 mitrailleuse de 7.62mm en sabord
Charge utile : 18 soldats équipés
Poids en charge : 9000 kg
Vitesse max. : 300 km/h
Plafond pratique : 4600 m
Distance max. : 800 Km
Equipage : 3
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Aérospatiale AS.332 (EC 225) Super Puma

Profil Couleur

Profil couleur du Aérospatiale AS.332 (EC 225) Super Puma

Vidéo

Essais d'un AS.332 Super Puma

A voir également

0
Les années 70 furent marquées, niveau aéronautique, par l'arrivée des hélicoptères de combat américain Bell AH-1 et soviétique Mil Mi-24. De nombreux pays se...

0
Entre la fin du XXème siècle et l'année 2005 la majorité des forces aéronavales européennes furent confrontées à un choix important concernant le remplacement...

0
Le Mi-6 fut la réponse à un projet d’hélicoptère capable de transporter des camions, des véhicules chenillés, des installations pétrolières et d’autres charges encombrantes...
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.