Aérospatiale SA.315 Lama

Aérospatiale SA.315 Lama


Fiche descriptive

Appareil : Aérospatiale SA.315 Lama
Constructeur : Société Nationale Industrielle Aérospatiale
Désignation : SA.315
Nom / Surnom : Lama
Code allié / OTAN :
Variante : Cheetah, Gaviao
Mise en service : 1970
Pays d'origine : France
Catégorie : Hélicoptères
Rôle et missions : Hélicoptère léger multirôle, hélicoptère d'appui tactique.

Histoire

Aérospatiale SA.315 Lama :
Le recordman de la haute-montagne

Parmi les nombreuses missions aujourd’hui dévolues aux hélicoptères, on en retrouve une qui est parmi les plus risquées à la fois pour les équipages mais aussi pour les passagers : les opérations en montagne. Dans ces environnements pauvres en oxygène, au relief accidenté, sans réelles plate-formes où se poser, et battus par des vents violents, le pilotage d’hélicoptère se transforme souvent en acrobatie cauchemardesque. Peu de machines dans le monde sont en réalité capable de remplir correctement les missions de ce type, et une seule a véritablement réussit depuis plus d’un demi-siècle à s’imposer comme la référence absolu des opérations en haute altitude et notamment du sauvetage en montagne au-delà des 4 000 mètres d’altitude : l’Aérospatiale SA-315 Lama.

Dès le départ de son aventure dans le domaine des voilures tournantes, Sud-Aviation eut l’idée de concevoir un appareil capable d’évoluer en totale liberté dans les chaînes de montagne du monde entier, et notamment sur le toit du monde, l’Himalaya. Mais le constructeur dût attendre la fin des années 60 pour voir son projet se concrétiser. A cette époque les responsables de l’Indian Air Force demandèrent à la France de construire une version « sur-gonflée » de son Alouette II capable d’opérer en montagne, au-delà de la limite des 4000 mètres. Ni les Américains, ni les Britanniques, et pas même les Soviétiques n’avaient de machines similaires. Le défi pour Sud-Aviation était donc énorme. Toutefois les ingénieurs français usèrent d’une astuce et d’une ingéniosité surprenante, permettant à Sud-Aviation de rapidement fournir un premier prototype.

L’appareil fut désigné SA-315B Lama, en référence au Sud-Est SE-315, un hélicoptère expérimental qui ne dépassa pas le stade de prototype. Ce dernier avait, le 13 juin 1958, réalisé un vol record resté invaincu, en atteignant l’altitude de 10 984 mètres. Mais particulièrement dépouillé le SE-315 n’avait pas connu de suite, et fut plus tard utilisé par le Centre d’Essais en Vol (CEV) comme base pour le développement du programme du SA-318, une version améliorée de l’Alouette II.

Le SA-315B Lama se présentait donc comme un Alouette II sur laquelle avait été greffé le turbomoteur Artouste IIIB de 570 chevaux du SA-316B Alouette III. Sud-Aviation y installa également le rotor principal de l’Alouette III ainsi que le système de transmission. De nouveaux patins d’atterrissages, plus haut et avec un nouvel écartement furent installés. La bulle de verre du cockpit fut également revue et corrigée, et la poutre de queue qui conservait la tubulure d’origine fut consolidée. Au final le Lama et l’Alouette II n’avaient plus qu’à 30% de pièces communes. Le nouvel hélicoptère fut même doté d’un treuil mécanique construit en série.

Le prototype du Lama réalisa son premier vol le 17 mars 1969. Dès les premiers vols d’essais les pilotes du CEV posèrent l’appareil sur le Mont Blanc, puis lui firent atteindre sans peine les 9 000 mètres, une altitude où la plupart de ses contemporains ne pouvait pas mettre les pales. D’emblée, le Lama semblait parfaitement remplir les conditions pour lesquelles il fut à l’origine conçu. Un second prototype fut livré fin 1969 à l’ARC, l’Aviation Research Center, le CEV indien. C’est entre les mains d’un des pilotes de cette unité qu’en mars 1970 un Lama se posa à deux reprises au sommet de l’Everest. Pilotes d’essais français et indiens reconnurent les qualités de l’appareil, qui en outre était livré directement avec un système de masque à oxygène pour l’équipage et les passagers. L’Inde passa immédiatement commande pour cinquante appareils avant d’acquérir en 1972 la licence de production pour 170 appareils supplémentaires. Construits localement par Hindustan Aircraft Limited (HAL) les Lama sont désignés Cheetah par les Indiens.

Alors que les cinquante appareils fabriqués par Aérospatiale, raison sociale prise par Sud-Aviation au début des années 70, furent mises en service par l’Indian Air Force, les 170 autres volent sous les couleurs de l’Indian Army Aviation. Dans ce pays les 220 Lama n’ont quasiment jamais été armés, même si au début des années 80 quelques appareils de l’IAA furent dotés de mitrailleuses de 7.62mm et de paniers à roquette de 19mm. Toutefois cette armement, destiné à des missions de reconnaissance ne fut utilisé que quelques années seulement, l’efficacité des roquettes en montagne étant sujette à caution.

Les Cheetah sont principalement utilisés en Inde pour des missions de sauvetage en montagne, de liaison, et d’entraînement au vol en haute altitude. Ces appareils sont fréquemment mis à contribution pour secourir les touristes occidentaux dans la chaîne de l’Himalaya.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : Aérospatiale SA.315B Lama
Envergure : 11.02 m (Diamètre du rotor principal)
Longueur : 10.24 m
Hauteur : 3.09 m
Motorisation : 1 turbomoteur Turboméca Artouste IIIB
Puissance totale : 1 x 570 ch.
Armement : Possibilité d'emporter une mitrailleuse Minigun et un panier à roquettes
Charge utile : 2 passagers, ou un blessé et un médecin, ou 350 kg de fret sous élingue
Poids en charge : 1950 kg
Vitesse max. : 215 km/h à 550 m
Plafond pratique : 7500 m
Distance max. : 515 Km à charge maximale
Equipage : 2 ou 3
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Aérospatiale SA.315 Lama

Profil Couleur

Profil couleur du Aérospatiale SA.315 Lama

Vidéo

Lama en vol

A voir également

0
Le projet Mi-4 fut lancé en 1951 et avait pour objectif la création d’un hélicoptère conventionnel avec quatre fois la capacité du Mil Mi-1....

0
Dès 1948 Raoul Hafner, directeur général de la division hélicoptère de Bristol, se lança personnellement dans l'étude et le développement d'un hélicoptère à double...

0
Aux yeux de toutes celles et tous ceux qui se passionnent pour l'aviation le nom de Kamov reste intimement lié aux hélicoptères dotés d'un...
1 2 Suiv.
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.