Aichi M6A Seiran

Aichi M6A Seiran


Fiche descriptive

Appareil : Aichi M6A Seiran
Constructeur : Aichi Tokei Denki K. K.
Désignation : M6A
Nom / Surnom : Seiran
Code allié / OTAN :
Variante :
Mise en service : 1944
Pays d'origine : Japon
Catégorie : Hydravions
Rôle et missions : Hydravion d'attaque et de bombardement

Histoire

Aichi M6A Seiran :
l'hydravion embarqué sur sous-marin

Peu après l’apparition des avions de combat et des sous-marins au cours de la première guerre mondiale, l’utilisation combinée de ces deux armes récentes fut envisagée –et parfois réalisée- par de nombreux pays. Cependant, seul le Japon mit véritablement ce concept en pratique. Durant le second conflit mondial, au début de la guerre dans le Pacifique, la Marine Impériale disposait de gros submersibles munis de catapultes et emportant des petits appareils d’observation pouvant éventuellement attaquer les ports et bombarder le territoire américain, continental comme outre-mer.

Suite à quelques succès enregistrés, la Marine Impériale décida au début de 1942 de voir plus grand dans ses attaques des côtes américaines, et particulièrement sur le canal de Panama. La firme Aichi, sollicitée, mit au point un hydravion de combat pouvant être embarqué sur les sous-marins géants intercontinentaux de la classe I-400. L’appareil, biplace entièrement métallique, était motorisé par un Atsuta 32 en V12 inversé, fait relativement rare sur les avions nippons, qui dérivait du DB 603 allemand. Il avait des éléments repliables pour pouvoir s’insérer dans le hangar étanche du submersible, d’un diamètre de 4,20 m. Les ailes se plaçaient à plat le long du fuselage, les empennages se rabattaient vers le bas, le haut de la dérive se rabattait sur la droite et les flotteurs étaient démontés. Entre le moment où le bateau porteur faisait surface de nuit et le catapultage de l’hydravion, les deux hommes d’équipage bien entraînés avaient procédé au remontage dans l’obscurité en 8 mn.

L’appareil vola pour la première fois en novembre 1943 et, après quelques modifications, la marine passa commande en mai 1944 pour une petite série sous la désignation de M6A1 Seiran (Brume de montagne) dont la production et la mise en service simultanées eurent lieu en octobre de la même année. Au total, 28 hydravions furent construits par Aichi : 6 prototypes (d’octobre 1943 à octobre 1944), 20 M6A1 Seiran (d’octobre 1944 à juillet 1945) et 2 M6A1-K Nanzan, version à roues pour l’entraînement à terre des équipages (courant 1945).

A cette époque, l’objectif prioritaire n’était plus à l’offensive sur le canal de Panama, mais au contraire de tenter de neutraliser l’avance américaine, en l’occurrence les porte-avions US basés dans l’atoll d’Ulithi. Une flottille de submersibles et leurs Seiran partirent du Japon le 23 juillet 1945. Le 15 août, le bateau amiral I-401 reçut un message radio du quartier général l’informant de la capitulation du Japon, accompagné de l’ordre de rallier le port nippon le plus proche. L’opportunité de démontrer l’efficacité du M6A1 Seiran venait de passer à jamais.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : Aichi M6A1 Seiran
Envergure : 12.27 m
Longueur : 11.64 m
Hauteur : 4.58 m
Motorisation : 1 moteur Aichi AE1P Atsuta 32 en V12 inversé
Puissance totale : 1 x 1400 ch.
Armement : 1 mitrailleuse de 13 mm
2 bombes de 250 Kg
ou 1 torpille de 800 Kg
ou 850 Kg de bombes
Charge utile : -
Poids en charge : 4445 kg
Vitesse max. : 475 km/h
Plafond pratique : 9900 m
Distance max. : 1190 Km
Equipage : 2
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Aichi M6A Seiran

Profil Couleur

Profil couleur du Aichi M6A Seiran

Vidéo

Actuellement aucune vidéo n'est disponible dans nos bases de données

A voir également

0
Pour répondre à une requête de la Marine Impériale de 1936 relative à un hydravion embarqué sur des unités de moyen tonnage, deux constructeurs...

0
Jusqu'à la fin des années 20, l'aéronautique navale royale de Norvège avait utilisé des appareils étrangers construits sous licence, quand le gouvernement décida de...

0
Conçu pour remplacer le O3U Corsair, le OS2U Kingfisher fut l'avion d’observation le plus répandu de l'US Navy. Opérant depuis les côtes ou de...