Antonov An-32 ‘Cline’

Antonov An-32 ‘Cline’


Fiche descriptive

Appareil : Antonov An-32 ‘Cline’
Constructeur : Antonov Design Bureau
Désignation : An-32
Nom / Surnom :
Code allié / OTAN : Cline
Variante : Sutlej, Firekiller
Mise en service : 1978
Pays d'origine : U.R.S.S.
Catégorie : Avions de transport
Rôle et missions : Avion de transport tactique, bombardier d'eau

Histoire

Antonov An-32 ‘Cline’ :
Un avion de transport vraiment costaud

L’Inde, deuxième puissance démographique mondiale, pays économiquement émergent, l’ancienne colonie britannique est également un puissant acteur militaire. Son relief particulier, allant de plaines basses jusqu’au toit du monde, en passant par un espace maritime vaste fait de lui un pays particulièrement adapté aux aéronefs les plus endurants. Un contrat à la demande expresse donna naissance à un des meilleurs avions de transport tactique construit en URSS : l’Antonov An-32.

Tout commença en 1973, lorsque l’Inde chercha à acquérir un avion destiné au remplacement de ses bimoteurs Fairchild C-119. Suite à la guerre indopakistanaise de 1971, l’Indian Air Force décida de rechercher un nouvel avion de transport tactique, apte notamment aux opérations dans l’Himalaya. A cette époque, les relations qui unissaient ce pays à l’Union Soviétique étant particulièrement bonnes Moscou proposa, par le biais de l’avionneur Antonov, de développer un nouvel avion capable de transporter une charge 20% supérieure à celle du Flying Boxcar, mais avec des capacités de franchissement très supérieures à ce qui se faisait alors.

Le nouveau programme reçut la désignation d’Antonov An-32. Il s’agissait fondamentalement d’un Antonov An-26 revu et corrigé. A la différence de son prédécesseur, le nouvel appareil disposait d’une arête dorsale courant tout le long de l’arrière du fuselage, au-dessus de la porte de chargement arrière. Mais surtout l’An-32 était mû par deux turbopropulseurs Ivchenko AI-20M d’une puissance unitaire de 5180 chevaux entraînant une hélice quadripale en métal. Ces turbopropulseurs étaient placés très haut sur l’extrados, permettant ainsi de gagner en capacité ADAC par l’effet de soufflage des volets. Le train d’atterrissage et le cockpit furent également revus. Mais surtout pour la première fois sur un avion soviétique à turbopropulseurs l’An-32 fut doté d’une APU  installé dans la nacelle droite de motorisation.

Le prototype de l’Antonov An-32 réalisa son premier vol le 9 juillet 1976. Il fut presque immédiatement détecté par l’OTAN qui lui attribua le nom de code de Cline.

Rapidement une première commande fut passée par l‘Indian Air Force (IAF) pour 103 avions qui furent désignés Sutlej dans la nomenclature locale. Les premiers An-32 entrèrent en service dès le début de l’année 1978. En 1980, l’IAF décida de commander vingt avions supplémentaires, destinés au remplacement des derniers Curtiss C-46 alors encore en service.

Bien que très efficace, l’An-32 n’attira que tardivement une commande étatique soviétique, puisqu’il fallut attendre 1983 pour que l’Aviation du Front commande 35 avions, suivit de peu par l’AVMF (aéronavale soviétique) pour une dizaine d’avions supplémentaires. En Union Soviétique, c’est véritablement la compagnie Aeroflot qui fit décoller les ventes d’An-32 avec une cinquantaine d’exemplaires acquis en 1985 pour desservir des lignes secondaires vers la Sibérie ou le Caucase.

Par la suite au cours des années 80, le Cline fut un des outils de la propagande soviétique, puisque ces avions servirent aussi bien en Afghanistan, où ils larguèrent de lourdes bombes à mélange air carburant, similaire aux « Daisy Cutter » que les Américains lancèrent au Vietnam, que dans plusieurs pays du Pacte de Varsovie, notamment l’Allemagne de l’Est et la Yougoslavie. Moscou livra aussi plusieurs de ces avions à des pays placés sous son influence économique et politique, tel l’Angola, Cuba, la Mongolie, ou encore la Tanzanie.

En 1992, alors que l’économie soviétique était au plus mal, Antonov présenta à Farnborough une nouvelle version à l’avionique plus complète, et disposant d’une chaîne SAR (Search And Rescue, recherche et sauvetage) largable. Contre toute attente ce nouvel An-32, désigné Cline-B par l’OTAN fut un franc succès avec des commandes émanant de plusieurs pays tels le Bangladesh, la Guinée Equatoriale, ou encore le Pérou.

Mais c’est véritablement à partir de 2003 que le Cline connut une seconde vie. En effet à l’instar de ce qui se passa avec le MiG-29 Fulcrum dont les chaines de fabrication furent relancés en 2001 après l’épuisement des stocks d’avions en provenance de Russie, l’An-32 fut de nouveau dans la course dans bien des pays, y compris certains qui n’étaient pas particulièrement réputés comme clients de la Russie, ou de feue l’Union Soviétique. C’est ainsi que des An-32 furent vendus à la Colombie et au Mexique, clients pourtant fidèles des Etats-Unis, mais également à deux pays qui furent jadis placés sous le joug communiste, l’Arménie et l’Ouzbékistan.

A la même époque, Antonov proposa de développer une version bombardier d’eau, sous la désignation d’An-32P Firekiller. Ce dernier fut rapidement acquis par les aviations militaires libyenne et ukrainienne, mais aussi par les unités de secours colombiennes et soudanaises. En 2007, une société privée américaine basée dans l’Oregon a également acheté deux An-32P qui sont mis à disposition de l’US Forestry Office. Ces appareils sont désignés Cline-C par l’OTAN.

Le grand public a véritablement découvert le Cline en 2005 lorsque quatre avions appartenant à la force aérienne du Sri-Lanka ont massivement participé aux opérations de secours et de soutien logistique suite au gigantesque tsunami qui frappa toute cette région du monde au moment de Noël. Les An-32 furent employés aussi bien pour patrouiller et rechercher corps et survivants, que pour acheminer vivres et couvertures aux populations civiles les plus retirées.

Avec une puissance moteur comparable à celle du Transall C-160D pour une masse maxi bien inférieure et une charge utile moitié moindre, le Cline se présente comme le plus puissant des avions de transport tactique moyen. Son ratio masse-puissance-rayon d’action le place, toutes proportions gardées, au même niveau qu’un Airbus A400M. C’est la raison pour laquelle cet avion, toujours en production en 2013, représente un sérieux concurrent aux C-27J et C-295. Pas mal pour un avion déjà largement trentenaire.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : Antonov An-32 'Cline'
Envergure : 29.20 m
Longueur : 23.68 m
Hauteur : 8.75 m
Motorisation : 2 turbopropulseurs Ivchenko AI-20M
Puissance totale : 2 x 5180 ch.
Armement : Aucun
Charge utile : 50 passagers, ou 42 parachutistes, ou 18 blessés et six personnels paramédicaux, ou 7500 kg de fret.
Poids en charge : 27000 kg
Vitesse max. : 540 km/h à 3850 m
Plafond pratique : 10900 m
Distance max. : 2000 Km à 80% de la charge.
Equipage : 5 personnes
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Antonov An-32 ‘Cline’

Profil Couleur

Profil couleur du Antonov An-32 ‘Cline’

Vidéo

Décollage d'un An-32 croate

A voir également

0
Conçu à partir du prototype du XV-15 par les firmes Bell et Boeing en réponse à une spécification concernant un appareil à décollage et...

0
Nation mineure dans l'histoire aéronautique de la Seconde Guerre mondiale et pays allié des deux grandes puissances européennes de l'Axe, la Hongrie fut principalement équipée d'avions...

0
Dans la foulée du succès de ses avions d’affaires Challenger et de ligne CRJ (Canadair Regional Jet), Bombardier Aéronautique débute en 1991 des études...
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.