Beechcraft T-1 Jayhawk

Beechcraft T-1 Jayhawk


Fiche descriptive

Appareil : Beechcraft T-1 Jayhawk
Constructeur : Beechcraft Corporation
Désignation : T-1
Nom / Surnom : Jayhawk
Code allié / OTAN :
Variante : T-400
Mise en service : 1992
Pays d'origine : Etats-Unis
Catégorie : Avions d'entraînement
Rôle et missions : Avion d'entraînement avancé, entraînement des pilotes de ravitailleurs en vol.

Histoire

Beechcraft T-1 Jayhawk :
Le biréacteur d'entraînement des pilotes de ravitailleurs

Si l’arsenal aérien américain est certainement l’un des plus vastes de la planète, c’est aussi à coup sûr un des plus complets. L’une des parties les plus surprenantes est certainement celle concernant l’entraînement des futurs pilotes et équipage qui dispose d’un panel d’avions et d’hélicoptères parmi les plus hétéroclites. L’un des avions d’instruction emblématiques de l’US Air Force est un petit biréacteur issu d’un jet d’affaires conçu initialement au Japon : le Beechcraft T-1 Jayhawk.

Lorsqu’en 1978 l’avionneur japonais Mitsubishi fit voler son biréacteur d’affaires MU-300 Diamond, il était certainement loin d’imaginer qu’il deviendrait un peu plus de dix ans plus tard l’un des principaux avions d’entraînement militaire américain. Il faut dire que ce petit biréacteur ne semblait tailler que pour le marché civil, et encore, pas forcément le plus haut de gamme.

Pourtant en 1985, l’industriel nippon céda les droits de production à son homologue américain Beechcraft qui décida de commercialiser le MU-300 sous la désignation de Model 400 Beechjet. Le constructeur visait avec la concurrence des petits biréacteurs d’affaires comme le Cessna Citation ou encore le Dassault Falcon 20.

En 1989, le Pentagone lança le programme TTTS, pour Tanker-Transport Training System, visant à la dotation d’un avion d’entraînement avancé destiné aux futurs pilotes d’avions de transport et de ravitailleurs en vol. Dès le départ les généraux américains annoncèrent qu’ils n’envisageaient pas de se doter d’avions de ligne spécialement modifiés, tels les Boeing T-43 mais plutôt de petits biréacteurs d’affaires léger.

En fait, seuls deux constructeurs proposèrent chacun un avion : Beechcraft avec son Model 400 Beechjet et Learjet avec son Model 35, par ailleurs alors en cours de déploiement dans les unités de transport léger et de liaisons sous la désignation de C-21. A la surprise de beaucoup c’est Beechcraft qui fut sélectionné en 1990 et le Pentagone passa commande d’un prototype.

La version d’entraînement militaire du Beechjet reçut la désignation constructeur de T-400 tandis qu’il devait voler sous celle de XT-1 dans la nomenclature du Pentagone. Il reçut le nom de baptême de Jayhawk. Extérieurement peu de choses différenciaient l’avion d’entraînement de sa version de transport d’affaires, si ce n’est sa livrée militaire. C’est en fait au niveau de l’avionique propre qu’il fallait chercher les différences. Le T-400 avait été conçu pour accueillir un équipage de trois personnes : un élève-pilote et deux instructeurs. Dans le cas de l’entraînement aux procédures de ravitaillement en vol l’équipage pouvait s’élever à quatre membres : un élève-pilote, un élève-opérateur de ravitaillement en vol, et deux instructeurs. C’est dans cette configuration que le premier vol de l’avion intervint le 5 juillet 1991.

Les premiers Beechcraft T-1 Jayhawk de série entrèrent en service en janvier 1992 au sein du 12th Flying Training Wing de Reese AFB au Texas, un site fermé depuis. Par la suite, ils ont été basé à Randolph AFB également au Texas. Au total, ce sont 180 exemplaires qui ont été commandés et livrés jusqu’en 1997.

En 2003, l’intégralité de la flotte a été modernisée, au moyen notamment d’un collimateur tête haute (ce que les anglophones appellent un HUD) permettant ainsi à d’anciens pilotes de combat de se réorienter par la suite vers le transport et/ou le ravitaillement en vol. À la même époque, une quinzaine de T-1A Jayhawk ont été repeint dans une livrée grise dite « basse visibilité ». À la différence des avions blancs ceux ci sont également destinés à des missions de liaisons sous la désignation de UT-1A avant de redevenir des T-1A en 2012. Ces avions assurent principalement des missions de liaisons au profit des unités d’entraînement et malgré cette livrée ils ne participent à aucune opérations extérieures.

Début 2016, les Beechcraft T-1A Jayhawk étaient les seuls avions d’entraînement avancé destinés à la formation avancée des pilotes de transport et de ravitaillement. Cela signifie que les futurs commandants de bord des KC-10 Extender, C-17 Globemaster III, ou encore C-32A.

Le seul client à l’export du Beechjet T-400 est la force aérienne japonaise avec treize exemplaires utilisés eux aussi pour l’entraînement avancé. Il faut savoir que la désignation T-1A a déjà été portée par les Lockheed T2V Seastar après le réalignement de septembre 1962. Le nom de Jayhawk est porté également par le Sikorsky MH-60T, l’un des deux hélicoptères standards de l’US Coast Guard. C’est la première fois depuis plus de cinquante ans que deux aéronefs militaires portent le même patronyme en même temps dans l’arsenal des États-Unis.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : Beechcraft T-1A Jayhawk
Envergure : 13.23 m
Longueur : 14.78 m
Hauteur : 4.24 m
Motorisation : 2 réacteurs Pratt & Whitney Canada JT15D-5B
Puissance totale : 2 x 1315 kgp. sans post-combustion.
Armement : aucun
Charge utile : Possibilité d'accueillir quatre passagers
Poids en charge : 7305 kg
Vitesse max. : 865 km/h
Plafond pratique : 12500 m
Distance max. : 3500 Km à charge maximale.
Equipage : 4
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Beechcraft T-1 Jayhawk

Profil Couleur

Profil couleur du Beechcraft T-1 Jayhawk

Vidéo

Décollage d'un T-1A Jayhawk.

A voir également

0
La Stearman Aircraft Company produisit sur fonds propres le biplace d'entraînement X70 pourvu d'un moteur Wright de 225 ch. Le prototype X70 effectua son...

0
En 1919, le Traité de Versailles qui entérinait la victoire des Britanniques et des Français sur les Allemands interdisait à ces derniers de disposer...

0
Alors que la majorité des bureaux d'études aéronautiques japonais faisaient encore appel à des conseillers techniques européens, l'arsenal Yokosuka décida en 1932 de se...
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.