Bell AH-1 Cobra

Bell AH-1 Cobra


Fiche descriptive

Appareil : Bell AH-1 Cobra
Constructeur : Bell Helicopter Textron Inc
Désignation : AH-1
Nom / Surnom : Cobra
Code allié / OTAN :
Variante : Fire-Cobra
Mise en service : 1967
Pays d'origine : Etats-Unis
Catégorie : Hélicoptères
Rôle et missions : Hélicoptère de combat et d'appui-feu, hélicoptère de reconnaissance et de lutte contre les feux de forêts.

Histoire

Bell AH-1 Cobra :
L'archétype de l'hélicoptère d'attaque

Aujourd’hui pleinement intégrés dans les arsenaux aériens les hélicoptères de combat continuent de surprendre. Malgré leur supposée fragilité comment des machines aussi légères peuvent-elles emporter un armement aussi conséquent qu’un canon-mitrailleur, des paniers à roquettes et des missiles antichars voire air-air ? La réponse est simple : l’hélicoptère de combat n’a plus grand chose à voir avec les balbutiantes machines de l’après-guerre. Mais si on y regarde de plus près tous les hélicoptères de combat contemporains ont en commun leur architecture générale qu’ils doivent à celui qui historiquement fut le premier d’entre eux : le Bell AH-1 Cobra.

Et pourtant ce ne sont pas les Américains qui les premiers eurent l’idée de développer des hélicoptères spécifiquement adaptés à des missions de combat. Cette paternité revient à une poignée d’ingénieurs et d’officiers français durant les premières années de la guerre d’Algérie. Cependant leurs hélicoptères n’étaient que des Alouette II, Bell 47, ou encore Sikorsky S-58 dotés à la hâte de mitrailleuses et de lance-roquettes pour permettre un soutien armé aux hélicoptères d’assaut qui opéraient alors dans le djebel. La France avait inventé l’assaut héliporté, l’Amérique allait lui donner ses lettres de noblesse.

En janvier 1962 tirant les enseignements de la guerre d’Algérie le Pentagone émit une fiche programme visant à la dotation d’un hélicoptère de reconnaissance et d’attaque au sol pour les besoins de l’US Army. En fait l’hélicoptériste Bell travaillait déjà sur un tel appareil en lien justement avec les généraux américains.
Désigné Bell Model 207 Sioux Scout cet appareil était en fait un dérivé redessiné et armé du Bell 47. Les ingénieurs américains avaient poussé les développements français en matière d’armement au maximum, quitte à devoir redessiner la machine. Malheureusement le Model 207 demeura à l’état de prototype, ses capacités de combat ne satisfaisaient nullement les décideurs fédéraux.

Mais l’hélicoptériste avait une autre carte en main. Depuis plusieurs mois il travaillait sur un autre programme, nettement plus ambitieux. Désigné Bell Model 209 celui-ci reprenait plusieurs éléments structurels du Model 205, et ce afin de réduire au maximum les coûts de recherches et développements. Par rapport au Model 207 le nouvel hélicoptère tranchait par son architecture générale. Quand en janvier 1965 les plans et vues d’artiste de l’appareil furent présentés aux généraux américains ils décidèrent de mettre la main à la poche, à hauteur d’un peu plus d’un million de dollars (une somme bien plus importante à l’époque qu’aujourd’hui) et commandèrent un prototype.

Extérieurement le Bell Model 209 se présentait sous la forme d’un hélicoptère monoturbine doté d’un rotor principal à double pales. Mais ce qui surprenait alors le plus provenait de son cockpit : celui-ci était de type biplace en tandem, avec un pilote à l’arrière et un officier armement et tireur à l’avant. Cette architecture reprenait donc plus ou moins les codes de l’aviation de chasse mais en les inversant. Pour le reste il était doté d’un train d’atterrissage rétractable et deux toutes petites ailes, appelées des moignons de voilure. Celles-ci n’avaient nullement un rôle de portance mais juste de support pour l’armement de l’appareil. Il se composait d’un canon rotatif tritube de calibre 20mm et d’une panoplie de roquettes de 100mm en paniers. C’est dans cette configuration, et sous l’immatriculation civile N209J, que le prototype réalisa son premier vol le 7 septembre 1965.

À cette époque l’Amérique était déjà engagée dans une guerre totale contre les forces communistes au Vietnam, et le Bell Model 209 représentait une arme de choix pour ses opérations terrestres. L’hélicoptère fut donc commandé sous la désignation de AH-1G Cobra. La seule différence notable avec le prototype était le remplacement du train d’atterrissage tricycle escamotable jugé trop onéreux par un train à patins plus classique et meilleur marché. Du fait de ses nombreuses pièces communes avec le Model 205 le surnom de HueyCobra lui fut souvent attribué par les équipages de l’US Army.

Les premiers Bell AH-1G Cobra firent leur apparition au-dessus du Vietnam au cours de l’été 1967. Ils étaient entré en service en juin de cette année là et filèrent directement au front. Au total entre 1967 et 1973 Bell livra 1110 hélicoptères de ce type à l’armée américaine. Un peu plus de trois cents furent perdus en opérations, tant de la part de l’ennemi que d’accidents imputables au pilotage. Il faut dire que le Cobra avait la réputation de ne pas être un hélicoptère très facile pour un pilote inexpérimenté. Les 1400 chevaux de sa turbine T53-13 avaient la réputation de donner parfois un peu « trop » de puissance.

Il faut souligner qu’une cinquantaine de ces hélicoptères fut transformé en TAH-1G, une version d’entraînement à double commandes dont l’armement se limitait au seul canon de 20mm et à deux paniers à sept roquettes. Quelques AH-1G virent leur armement « de nez » modifié. Le canon de 20mm fut déposé au profit d’une tourelle TAT dotée d’une mitrailleuse type Minigun à six tubes de calibre 7.62mm et d’un lance-grenade de 40mm. Cet armement était particulièrement adapté aux opérations de soutien aux Marines lors de leurs opérations de débarquements.

Cependant le Bell AH-1G fut considérée comme une des meilleures, et des plus symboliques, armes américaines de la guerre du Vietnam. Les Cobra furent intégrés dès 1968 aux opérations de récupération des pilotes et équipages tombés en territoire ennemis, apportant un soutien autant armé que psychologique aux militaires en péril.

Durant la guerre du Vietnam l’hélicoptériste Bell a décidé de donner naissance à l’AH-1J Sea Cobra, une version biturbine spécialement adaptée aux besoins de l’US Marines Corps.

Après la fin du conflit des marchés d’exportations s’ouvrirent auprès des alliés traditionnels de l’Amérique. Dans le même temps Bell travailla à des versions dérivées du AH-1G, c’est ainsi que naquirent les AH-1E, F, P, Q, et S. Plusieurs d’entre-eux furent d’ailleurs des conversions de AH-1G. La particularité notable du AH-1Q résidait dans sa capacité à tirer des missiles antichars TOW.

Des Bell AH-1 Cobra furent fournis aux pays suivants : Bahreïn, la Corée du sud, l’Espagne, Israël, le Japon, la Jordanie, le Pakistan, la Thaïlande, et la Turquie. Plusieurs d’entre-eux les avaient déjà retirés du service en 2015. Il est à noter qu’Israël utilisa ses Cobra à plusieurs reprises au combat, notamment contre des positions terroristes du Hezbollah. Plus près de nous la Jordanie a engagé en 2015 une partie de ses AH-1F dans la guerre contre l’organisation djihadiste Daech, il s’agissait pour certains d’entre-eux d’hélicoptères ayant auparavant appartenu à Israël.

Au sein de l’US Army les derniers Cobra ont quitté le service actif en 2001 laissant aux seuls McDonnell Douglas AH-64 Apache la mission d’hélicoptères de combat.

Il est à noter qu’aux États-Unis la désignation Bell 209 ne concerne pas exclusivement le prototype mais aussi les versions civiles de cet hélicoptère de combat. En effet une trentaine d’entre-eux servent dans divers organismes parapubliques pour la lutte contre les feux de forêts. Ces appareils sont appelés Fire-Cobra. Ils mènent notamment des missions de reconnaissance anti-feu aux moyens de puissants systèmes de détections. Ce sont d’anciens AH-1P et AH-1S ayant auparavant appartenu à l’US Army. Bien entendu ils n’emportent plus aucun armement létal.

Aujourd’hui en phase d’obsolescence vis à vis des hélicoptères de combat existants, tel l’Eurocopter EC665 Tigre ou encore le Kamov Ka-52, le Bell AH-1 Cobra n’en demeure pas moins l’hélicoptère de combat de référence, son mètre étalon. Plusieurs font aujourd’hui le bonheur des musées aéronautiques du monde entier, et par ailleurs un ancien AH-1F est utilisé par le société productrice de sodas Red Bull pour des vols promotionnels.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : Bell AH-1S Cobra
Envergure : 13.40 m diamètre du rotor principal
Longueur : 16.18 m
Hauteur : 4.11 m
Motorisation : 1 turbine General Electric T53-703
Puissance totale : 1 x 1800 ch.
Armement : 1 canon de 20mm (ou une tourelle de nez comportant une mitrailleuse minigun et un lance-grenade de 40mm)
+ divers paniers à roquettes de 100mm
et jusqu'à huit missiles antichars BGM-71 TOW
Charge utile : -
Poids en charge : 4535 kg
Vitesse max. : 275 km/h au niveau de la mer.
Plafond pratique : 3950 m
Distance max. : 505 Km à charge maximale et avec réserves.
Equipage : 2
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Bell AH-1 Cobra

Profil Couleur

Profil couleur du Bell AH-1 Cobra

Vidéo

Décollage du AH-1F Cobra civil N11FX de la société Red Bull

A voir également

0
Westland a produisit la plupart des hélicoptère de l'Américain Sikorsky. Toutefois, les ingénieurs de Westland se mirent à développer leurs propres versions de ces...

0
Constructeur aéronautique connu pour ses avions d'entraînement l'entreprise Korea Aerospace Industries a peu à peu étendu ses activités à d'autres domaines aéronautiques comme la...

0
Le Mil Mi-8 fut conçut initialement comme hélicoptère de transport pour remplacer le Mi-4, il montra cependant des aptitudes aux missions de combats comme...
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.