Blackburn B-48 Firecrest

Blackburn B-48 Firecrest


Fiche descriptive

Appareil : Blackburn B-48 Firecrest
Constructeur : Blackburn & General Aircraft Ltd.
Désignation : B-48
Nom / Surnom : Firecrest
Code allié / OTAN :
Variante :
Mise en service : 1947
Pays d'origine : Royaume-Uni
Catégorie : Chasseurs de l'après-guerre
Rôle et missions : Prototypes d'avion de chasse, prototype de torpilleur.

Histoire

Blackburn B-48 Firecrest :
Le chant du cygne pour le moteur à pistons

L’apparition durant la Seconde Guerre mondiale d’avions de combat à réaction comme les Bell P-59 Airacomet, Gloster Meteor Mk-I, ou encore Messerschmitt Me-262 modifia radicalement le paysage aéronautique mondial. En effet, en quelques mois seulement ces appareils et leur descendance étaient appelés à rendre obsolètes tous les avions à moteurs à pistons, ou presque. Malgré cela quelques avionneurs persistèrent dans le moteur à pistons, développant alors les machines les plus perfectionnées faisant appel à cette motorisation pourtant dépassée. Parmi ces appareils figure le tout dernier chasseur conçu en Grande Bretagne autour d’un tel moteur : le Blackburn B-48 Firecrest, véritable contre-exemple de ses contemporains.

C’est fin 1943 que les responsables de Blackburn ne lancèrent dans le développement d’un nouveau chasseur-bombardier embarqué destiné à la Fleet Air Arm avec comme mission secondaire le torpillage. N’ayant aucune expérience du jet ils s’orientèrent assez logiquement vers le moteur à pistons. Pour des raisons de commodité le nouvel avion devait beaucoup à son prédécesseur, le B-37 Firebrand, alors en service actif. En fait ils ne faisaient que répondre à la Specification 28/43 émise par l’Air Ministry. Présenté sous forme de plans et d’une maquette au 1/10 l’appareil fut officiellement commandé par la Royal Navy en février 1944. Il fut baptisé Firecrest, tandis que le constructeur le désignait B-48 dans sa propre nomenclature.

Extérieurement le B-48 Firecrest se présentait sous la forme d’un monomoteur monoplan à aile basse cantilever assemblé en métal. Sa propulsion était assurée par un Bristol Centaurus Mk-59 d’une puissance de 2 840 chevaux entraînant une hélice métallique à six pales. À l’instar du Firebrand il possédait un empennage de grande taille sous lequel était fixé la crosse d’appontage. Son train d’atterrissage trois points classiques était totalement escamotable, y compris la roulette de queue qui disposait d’un petit emplacement devant la dite crosse. Le pilote prenait place dans un cockpit monoplace avec une verrière dite en goutte d’eau. De manière assez surprenante le Firecrest n’était pas prévu pour posséder de canons mais deux mitrailleuses Browning d’un calibre unitaire de 12.7mm, couplées à huit roquettes RP3 de 127mm utilisables aussi bien en mode air-sol que air-air. Il pouvait soit emporter des bombes sous les ailes et le fuselage, soit une torpille de 950kg. Le prototype du B-48 réalisa son premier vol le 1er avril 1947.

Le fait même que cet avion ai volé après la fin des hostilités, compliqua dès le début de sa vie son avenir. En effet à cette époque la marine britannique n’avait quasiment plus besoin de chasseur-bombardier-torpilleur, la menace des U-Boots et des navires de surfaces allemands ayant disparus. En outre l’apparition des premiers avions de lutte anti-sous-marine semblait bel et bien sceller le sort de ces machines d’un autre temps. De ce fait la commande initiale de 450 appareils fut ramenée à 150. Toutefois le Firecrest demeurait viable pour les responsables de Blackburn.

Néanmoins l’état major de la Fleet Air Arm ne tarda pas à revoir de nouveau la commande, et à l’annuler. Deux avions de présérie avaient pourtant déjà été livrés. En fait malgré sa puissance nominale hors du commun le Firecrest n’avait rien de surprenant. Il était même inférieur dans bien des domaines de vol à certains de ces contemporains comme le Hawker Sea Fury ou le Supermarine Seafang. En outre l’arrivée progressive en unité des premiers monoturbopropulseurs Westland Wyvern changea radicalement la donne et rendit le monomoteur de Blackburn totalement obsolète.

Si les deux avions de présérie furent immédiatement stockés, il en fut tout autrement du prototype du B-48 qui servit jusqu’en 1953 pour des essais d’armement auprès du Royal Aircraft Establishment. Le RAE utilisa également cet avion comme plastron volant d’accompagnement pour les vols d’essais de quelques aéronefs. C’est ainsi que ce chasseur raté participa au développement entre autre de l’avion de ligne De Havilland Comet ou encore du chasseur Supermarine Swift.

Quoi qu’il en soit, et mis à part ses qualités toutes relatives, le Blackburn B-48 Firecrest peut s’enorgueillir d’avoir non seulement été le dernier torpilleur conçu par son constructeur mais aussi l’ultime chasseur britannique faisant appel à un moteur à pistons pour sa propulsion. Drôle de descendance pour des avions aussi légendaires que le Sopwith Camel, le Bristol Bulldog, ou encore le Supermarine Spitfire, pourtant si réussis.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : Blackburn B-48 Firecrest
Envergure : 13.70 m
Longueur : 11.98 m
Hauteur : 4.42 m
Motorisation : 1 moteur en étoile Bristol Centaurus Mk-59
Puissance totale : 1 x 2840 ch.
Armement : 2 mitrailleuses de 12.7mm
8 roquettes RP3
une torpille de 950 kg ou des bombes
Charge utile :
Poids en charge : 6922 kg
Vitesse max. : 610 km/h à 5800 m
Plafond pratique : 9600 m
Distance max. : 1450 Km à charge maximale.
Equipage : 1
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Blackburn B-48 Firecrest

Profil Couleur

Profil couleur du Blackburn B-48 Firecrest

Vidéo

Actuellement aucune vidéo n'est disponible dans nos bases de données

A voir également

0
Que ce soit pour motoriser les avions de transport régionaux qui chaque jour sillonnent les cieux du monde entier pour transporter leurs passagers sur...

0
L’origine du Type 432 remonte à 1939, en réponse à une demande du Ministère de l’Air portant sur un chasseur bimoteur équipé de canons...

0
En 1938, la marine américaine était consciente de son déficit en chasseurs embarqués modernes. Mis à part le Grumman F4F Wildcat alors en développement...
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.