Boeing B-9

Boeing B-9


Fiche descriptive

Appareil : Boeing B-9
Constructeur : Boeing Company
Désignation : B-9
Nom / Surnom :
Code allié / OTAN :
Variante :
Mise en service : 1932
Pays d'origine : Etats-Unis
Catégorie : Bombardiers avant 1950
Rôle et missions : Bombardier moyen

Histoire

Boeing B-9 :
Aux origines d'un mythe

Au début des années 30, l’état-major de l’US Army Air Corps était soumis à un grave dilemme concernant l’emploi des bombardiers. La majorité de ses généraux soutenaient que ces avions devaient suivre l’évolution logique de l’aviation de chasse, c’est à dire épouser la même architecture. A l’époque c’était le biplan et le sesquiplan qui prévalaient dans le domaine. Mais quelques officiers de haut rang, parmi lesquels des disciples de William Mitchell, pensaient au contraire que l’aviation de bombardement devait suivre le cours de l’aviation civile, alors beaucoup plus en avance technologiquement. Ils visaient bien entendu la dotation de l’aviation américaine en bombardiers monoplans.

Aussi lorsqu’en janvier 1931 les responsables de Boeing présentèrent les plans d’un avion alors en cours de réalisation dans leurs ateliers, certains y virent ne révélation. Désigné Boeing Model 214 le nouvel avion était un élégant monoplan à aile basse bimoteur, dont la conception rappelait furieusement les travaux sur l’aviation postale alors en cours aux Etats-Unis. L’état major de l’USAAC demanda alors à l’avionneur de présenter son avion sous la désignation YB-9.

Extérieurement, l’avion se présentait sous la forme d’un monoplan à aile basse droite. Sa propulsion était assurée par deux moteurs en étoile Pratt & Whitney R-1830-13 d’une puissance nominale de 575 chevaux, entraînant chacun une hélice tripale en métal. La structure même de l’avion était entièrement métallique, une grande première pour l’époque. Il disposait d’un train d’atterrissage classique fixe et d’un empennage de grande taille. Si le pilote et le copilote (qui faisait office d’officier de bombardement) prenaient places dans deux cockpits à l’air libre, il en était autrement du navigateur qui lui pouvait entrer dans le fuselage de l’avion, à l’avant. Un observateur prenait place dans une tourelle de défense à l’arrière de l’avion, lui aussi à l’air libre. Prévu pour emporter une tonne de bombes l’avion était défendu par deux mitrailleuses mobiles, l’une à l’arrière dans le poste de l’observateur, et la seconde dans une ouverture au-dessus de l’emplacement du navigateur.

C’est dans cette configuration que le prototype réalisa son premier vol en avril 1931.

Rapidement, on demanda à Boeing de remplacer les moteurs, par des modèles plus puissants, et on commanda deux autres prototypes, sous les désignations de Y1B-9 et Y1B-9A. Ce fut cette dernière qui préfigura la version de série. Cinq machines de série furent commandés, les premières livrées en janvier 1932. A cette époque le B-9 était l’un des bombardiers les plus surprenants de son époque, tranchant radicalement avec les fragiles biplans qui volaient en Europe et en URSS. C’est le 20th Bomb Group (20th BG, ou en français vingtième groupe de bombardement) qui perçut ces avions. Fin 1932 même les deux prototypes y avaient été versés.

En mai 1933 des manoeuvres aériennes de grande ampleur furent menées par l’aviation américaine. Là, les Boeing B-9 devaient simuler un bombardement aux côté de biplans Curtiss B-2 Condor, En face les chasseurs devant les intercepter étaient des Boeing P-12 biplans. Si ceux ci ne firent qu’une bouchée des Condor, ils ne réussirent jamais à rattraper les B-9. On pensait alors que le bombardier de Boeing était promis à un bel avenir. Seulement voilà un accident vint ternir le tableau. Un des B-9 s’écrasa le 24 juin 1933 au retour d’une mission d’entraînement en Virginie. L’avion plongea et s’écrasa aux abord du fleuve James, il s’abîma dans l’eau. Les secours intervenus rapidement ne purent que constater le décès de deux membres d’équipage encore sanglés dans l’avion, tandis que les corps des deux autres furent repêchés quelques jours plus tard. Cette accident marqua profondément l’USAAC. D’autant qu’à l’époque son état-major, désormais pleinement convaincu par les bombardiers monoplans, regardaient de très près un nouveau bombardier, le Martin XB-907.

Finalement, en avril 1934 l’état major américain ordonna le retrait du service des sept Boeing B-9. Celui qui avait soulevé tant d’enthousiasme lors de son arrivée en service, le quittait par la petite porte. Néanmoins on ne peut s’empêcher de penser qu’il préfigurait déjà les futurs bombardiers américains des trente années à venir, et notamment le B-29 Superfortress.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : B-9
Envergure : 15.85 m
Longueur : 23.39 m
Hauteur : 3.66 m
Motorisation : Deux moteurs en étoile Pratt & Whitney R-1860B
Puissance totale : 2 x 600 ch.
Armement : Deux mitrailleuses mobiles de 7.62 mm
1040 kg de bombes.
Charge utile :
Poids en charge : 6487 kg
Vitesse max. : 300 km/h au niveau de la mer
Plafond pratique : 5850 m
Distance max. : 2000 Km à charge maximale
Equipage : 4
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Boeing B-9

Profil Couleur

Profil couleur du Boeing B-9

Vidéo

Actuellement aucune vidéo n'est disponible dans nos bases de données

A voir également

0
Durant la Seconde Guerre mondiale la Regia Aeronautica fit un usage important des trimoteurs, aussi bien comme avions de transport de passagers et de...

0
Les opérations aériennes de la Première Guerre mondiale permirent de réaliser quelques-unes des avancées de l'histoire aéronautique militaire et de permettre d'améliorer des techniques...

0
Célèbre bimoteur britannique de la Seconde Guerre mondiale, le Wellington fut le bombardier de nuit le plus utilisé avant l'entrée en service des quadrimoteurs...
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.