Boulton Paul P-108 Balliol / Sea Balliol

Boulton Paul P-108 Balliol / Sea Balliol


Fiche descriptive

Appareil : Boulton Paul P-108 Balliol / Sea Balliol
Constructeur : Boulton Paul Aircraft Ltd.
Désignation : P-108
Nom / Surnom : Balliol / Sea Balliol
Code allié / OTAN :
Variante :
Mise en service : 1948
Pays d'origine : Royaume-Uni
Catégorie : Avions d'entraînement
Rôle et missions : Avion d'entrainement avancé

Histoire

Boulton Paul P-108 Balliol / Sea Balliol :
le remplaçant du Harvard

Au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, la Royal Air Force faisait reposer une bonne partie de la formation avancée de ses futurs pilotes de chasse sur le Harvard, la version anglaise du North American T-6. Malgré les incontestables qualités de l’appareil, son remplacement devenait primordial pour l’avenir des Central Flying Schools, les académies de l’air de la RAF, notamment depuis l’apparition des avions à réaction. C’est la raison pour laquelle l’Air Ministry lança en décembre 1945 la Specification 7/45 pour un nouvel avion de ce type.

Deux constructeurs répondirent à cette Specification : Avro et Boulton-Paul. Dès le début de la compétition, c’est le premier d’entre eux qui suscita le plus grand intérêt de la part des responsables britanniques. En effet, Avro avait été un des principaux fournisseurs en aéronefs, principalement en bombardiers et avions d’entrainement, de la RAF durant le conflit. De son côté, Boulton-Paul était surtout connu pour son chasseur biplace Defiant, mais également pour ses milliers de tourelles motorisés, armés de mitrailleuses, et montés en série sur l’ensemble des bombardiers et hydravions à coques conçus au Royaume Uni.

Avro proposa un triplace de formation, l’Athena, de facture assez classique, tandis que Boulton-Paul de son côté proposait un avion mû par un turbopropulseur, mode de propulsion alors totalement novateur. Cet avion reçu le nom de code de P-108. La Royal Air Force commanda deux prototypes de chaque appareil. Pour des raisons de retards dans les conceptions et réalisations de turbopropulseur, le P-108 fut toutefois conçu autour d’un moteur à pistons classique, le Bristol Mercury 30 de 820ch. Rapidement, le P-108 fut sélectionné par la RAF et reçu la désignation de Balliol. Toutefois afin de ne pas froisser les susceptibilités au sein d’Avro, une commande fut passée pour une vingtaine d’Athena.

Le Balliol se présentait comme un biplace côte à côte, pouvant être aménagé en triplace pour des missions de liaisons. Sa voilure monoplan à aile basse était de type cantilever à dièdre négatif. Il disposait d’un train d’atterrissage escamotable et d’une roulette de queue pivotante. L’appareil était prévu pour permettre l’emport d’une mitrailleuse Colt-Browning de 7.7mm. Le Balliol a effectué son premier vol le 30 mai 1947. Une première commande fut passée pour cinquante appareils sous la désignation de Balliol T Mk-2.

Mais également la Fleet Air Arm recherchait un avion d’entrainement primaire pour le remplacement de ses vieux biplans De Havilland Tiger Moth. Ils pressèrent Boulton-Paul dans son étude d’une version à turbopropulseur du Balliol. Le nouvel avion reçu la désignation de P-109. Il vola pour la première fois le 17 mai 1948, et devint le premier monoturbopropulseur au monde a volé.

Malgré les indéniables qualités de l’avion, l’avionneur et l’Air Ministry décidèrent que le Balliol T Mk-2 devait être propulsé par un moteur à piston et non par un turbopropulseur. C’est ainsi que le modèle de série vola dès juillet 1948 avec un moteur en V Rolls & Royce Merlin 35 de 1245ch.

Les premiers Balliol T Mk-2 entrèrent en service au sein de la 7th Flying Training School en octobre 1948. Ils remplacèrent rapidement la plupart des Harvard alors en service dans la RAF. Au total, ce sont 196 Balliol qui servirent sous les couleurs britanniques jusqu’en 1957 et leur remplacement par une version d’entrainement du chasseur à réaction De Havilland Vampire.

De son côté, la Fleet Air Arm commanda à l’avionneur un lot de trente Sea Balliol Mk-21. Il se différenciait du Balliol par une hélice aux pâles plus petites, facilitant les manoeuvres sur les ponts des porte-avions de la Royal Navy. En outre, les Sea Balliol furent dotés d’une crosse d’appontage amovible et d’un train d’atterrissage renforcé. Ils servirent au sein des Squadrons 781 et 1843 de la FAA. Les Sea-Balliol demeurèrent en service jusqu’en 1961, jusqu’à leur remplacement par une version d’entrainement du Hawker Sea Hawk. Paradoxalement, le Sea Balliol, un avion issu du premier monoturbopropulseur au monde, servit principalement à la formation des pilotes de Westland Wyvern, le seul chasseur monoturbopropulseur opérationnel au monde.

En 1956, un lot de dix Balliol T Mk-2 de la RAF fut revendu à la toute jeune Sri Lanka Air Force pour la formation de ses futurs pilotes. Ces avions volèrent pendant plus de 25 ans et le dernier d’entre eux fut retiré du service en 1983.

Les Balliol et Sea Balliol ne sont restés en service au sein de la RAF que quelques années, mais ils ont toutefois permit au Royaume Uni de moderniser efficacement sa formation.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : Boulton-Paul Sea-Balliol Mk-21
Envergure : 11.99 m
Longueur : 10.71 m
Hauteur : 3.81 m
Motorisation : 1 moteur en V Rolls & Royce Merlin 35
Puissance totale : 1 x 1250 ch.
Armement : une mitrailleuse de 7.7mm en position de chasse
quatres roquettes HVAR de 127mm
Charge utile : possibilité d'emporter un passager en mission de liaison
Poids en charge : 3820 kg
Vitesse max. : 460 km/h
Plafond pratique : 9910 m
Distance max. : 1050 Km
Equipage : 2
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Boulton Paul P-108 Balliol / Sea Balliol

Profil Couleur

Profil couleur du Boulton Paul P-108 Balliol / Sea Balliol

Vidéo

Actuellement aucune vidéo n'est disponible dans nos bases de données

A voir également

0
En 1975, Yakovlev annonça la sortie d?un nouvel avion d?entraînement et d?acrobatie basé sur le sur le Yakovlev Yak-18. Baptisé Yak-50, il fit son...

0
Lorsqu'elle mit en service ses premiers avions de combat à réaction embarqués l'US Navy se retrouva face à un cas de figure inédit :...

0
Dans le cursus actuel de formation des futurs pilotes il existe une phase très particulière, et fortement méconnue :  le vol à voile. Communément...
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.