Canadair / Bombardier Challenger

Canadair / Bombardier Challenger


Fiche descriptive

Appareil : Canadair / Bombardier Challenger
Constructeur : Bombardier Aerospace
Désignation : CL-600
Nom / Surnom : Challenger
Code allié / OTAN :
Variante : CC-144, VC-143
Mise en service : 1980
Pays d'origine : Canada
Catégorie : Avions de transport
Rôle et missions : Transport de passagers, avion ambulance, surveillance électronique

Histoire

Canadair / Bombardier Challenger :
le Bizzjet révolutionnaire

Après avoir quitté Learjet Corporation, Bill Lear se consacra uniquement à la conception d’avions. Il dessina notamment le LearStar 600 qu’il offrit à divers constructeurs aéronautiques. En 1976, Canadair acheta les droits exclusifs de cet avion d’affaires et en modifia les plans. Le LearStar 600 qui devait initialement être doté de trois turboréacteurs, en reçut deux plus puissants et le diamètre du fuselage fut augmenté de telle façon à ce que les passagers puissent se déplacer debout plutôt qu’accroupis, un confort hors du commun pour un avion d’affaires à cette époque. Le nouvel appareil, désigné CL-600 Challenger, fut également le premier avion civil produit en série à être doté d’une voilure supercritique. Développé par la NASA dans les années 1970, ce type d’aile, maintenant largement utilisé dans l’aviation commerciale, permet de réduire la consommation de carburant et donc augmenter la distance franchissable.

Doté de turboréacteurs Avco Lycoming ALF 502, le premier prototype du Challenger prit l’air en novembre 1978 à Montréal au Canada, suivi l’année suivante de deux autres appareils. Suite à un décrochage incontrôlable, lors d’un vol d’essai au-dessus du désert de Mojave en avril 1980, le premier prototype s’écrase et son pilote perd la vie. Le Challenger reçoit néanmoins les homologations requises en 1980, mais avec des certaines restrictions. Plus de 80 exemplaires du CL-600 seront tout de même vendus. Suite à diverses modifications visant à réduire son poids, et doté de turboréacteurs General Electric CF-34 plus puissants et fiables, une version améliorée du Challenger, le CL-601, est mis en marché dès 1983 et se distingue par l’ajout d’ailettes (winglets) en bout de voilure, une autre innovation commune aujourd’hui.

Soixante-seize des CL-600 initiaux seront également  dotés des ailettes marginales introduites sur les CL-601. Désignés CL-600S, douze de ces appareils seront acquis par les Forces armées canadiennes pour divers usages : CC-144 pour le transport de dignitaires et les évacuations sanitaires, CE-144 pour l’entraînement à la guerre électronique et CX-144 comme plate forme d’expérimentation.

Mieux connue pour la fabrication de motoneiges et motomarines, ainsi que de matériel ferroviaire, l’entreprise Bombardier crée sa division aéronautique lors de l’acquisition de Canadair en 1986. Sous la direction de Bombardier, le programme Challenger connaît une nouvelle impulsion avec le CL-604, une révision majeure de la version 601 incorporant des moteurs General Electric CF34-3B plus puissants, de plus grands réservoirs, une amélioration de l’insonorisation, un tout nouveau train d’atterrissage, des améliorations aux ailes et à la queue ainsi que de nouveaux instruments électroniques de vol. Introduit en 2006, le Challenger 605 incorpore une toute nouvelle avionique ainsi que de plus grands hublots. La distance franchissable du CL 605, qui peut emporter de 9 à 12 passagers, est portée à 7 400 km.

Le Challenger Continental, ou  Challenger 300, est en fait un tout nouvel appareil développé par Bombardier et qui occupe un créneau superintermédaire qui se situe entre le CL-605 et les avions d’affaires plus petits de sa division Learjet, acquise en 1990. Propulsé par deux turboréacteurs AlliedSignal (Honeywell) AS907, d’une poussée 3 095 kg, le vol initial du Challenger 300 eut lieu en 2001.

Fort populaire sur le marché civil, le Challenger compte également nombre de clients militaires et gouvernementaux : Allemagne, Argentine, Australie, Canada, Chine Populaire, Corée du Sud, Croatie, Danemark, États-Unis (C-143 dans l’USAF et VC-143 au Coast Guard), République tchèque et Suisse. Il est notamment utilisé pour la patrouille maritime, le transport et comme avion ambulance.

Le nom choisi pour le CL-600, soit Challenger, reflète parfaitement l’aspect innovateur de cet appareil dans le monde des «Bizzjets». Le Challenger fut la plate forme à partir de laquelle Bombardier a lancé une autre révolution dans le transport aérien, soit le Canadair Regional Jet (CRJ), nommé à l’origine Challenger 800. Dernier né de la famille en 2003, mais le plus grand, le Challenger 850 est d’ailleurs dérivé du Bombardier CRJ 200. Capable de vols transcontinentaux à une vitesse de croisière de mach 0.8, le CL-850 peut accueillir jusqu’à 15 passagers dans sa configuration avion d’affaires.

Ayant franchi le cap de 1000 exemplaires assemblés à ce jour, la famille des appareils Challenger a su se renouveler au fil des ans et le carnet de commandes de ce populaire Bizzjet continue à se remplir.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : Bombardier CL-605 Challenger
Envergure : 19.61 m
Longueur : 20.85 m
Hauteur : 6.30 m
Motorisation : 2 turboréacteurs General Electric CF34-3B
Puissance totale : 2 x 4182 kgp.
Armement :
Charge utile : 9 à 12 passagers
Poids en charge : 21863 kg
Vitesse max. : 870 km/h
Plafond pratique : 12497 m
Distance max. : 7408 Km
Equipage : 2 à 3
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Canadair / Bombardier Challenger

Profil Couleur

Profil couleur du Canadair / Bombardier Challenger

Vidéo

La famille des Bombardier Challenger

A voir également

0
Jusqu'à la construction du C-5 Galaxy américain, l'An-22 Cock était le plus grand avion du monde. Aujourd'hui, il reste le plus gros avion équipé...

0
Quand au début des années 1960, les ingénieurs britanniques John Britten et Desmond Norman se lancent dans la conception d'un bimoteur d'affaires et de...

0
Lorsque le Président de la République monte à bord d’un avion de transport de l’Armée de l’Air celui-ci prend immédiatement l’indicatif radio de Cotam...
Marcel
Fils d’un militaire de l’armée de l’air canadienne (il est tombé dedans quand il était petit…) et biologiste qui adore voler en avion de brousse, ce rédacteur du Québec apprécie partager sa passion de l'aéronautique avec la fraternité francophone d’Avions Légendaires.