Caproni Ca.133

Caproni Ca.133


Fiche descriptive

Appareil : Caproni Ca.133
Constructeur : Società Italiana Caproni
Désignation : Ca.133
Nom / Surnom :
Code allié / OTAN :
Variante : Ca.148
Mise en service : 1935
Pays d'origine : Italie
Catégorie : Avions de transport
Rôle et missions : Avion de transport de troupes et de personnels, bombardier moyen

Histoire

Caproni Ca.133 :
Un trimoteur mal connu

Avionneur mondialement connu depuis la Première Guerre mondiale et ses bombardiers utilisés à l’époque par toutes les forces alliées, des Britanniques aux Français en passant même par l’US Navy dans les années 20, Caproni se tourna peu à peu vers d’autres types d’appareils comme les avions d’entraînement ou les machines de transport. Ainsi dans les années 30, le constructeur lança un trimoteur particulièrement réussi, qui par un clin d’oeil de l’Histoire, fut également bombardier : le Ca.133.

Au début de l’année 1933, l’Italie chercha à se doter d’un avion de transport militaire moderne, apte également à remplir des missions de reconnaissance et de bombardement léger. Tout naturellement le gouvernement et l’état major se tournèrent vers Caproni pour construire cet appareil.

Les équipes techniques de l’avionneur choisirent la configuration du trimoteur particulièrement à la mode à l’époque, depuis notamment le Ford 4AT civil américain. Par ailleurs, Caproni chercha à concevoir un appareil capable d’être vendu sur le marché civil des compagnies aériennes. C’est ainsi que naquit le Caproni Ca.133.

Il se présentait sous la forme d’un trimoteur monoplan à aile haute. L’appareil disposait d’un complexe empennage et d’un train d’atterrissage tricycle fixe caréné. Piloter par deux membres d’équipage le Ca.133 pouvait emporter 16 passagers ou 18 hommes de troupes. Dans sa version militaire, il disposait d’un poste de tir défensif avec une ou deux mitrailleuses dorsales Breda de 7.7 mm de calibre. Construit en bois entoilé et métal, il était propulsé par trois moteurs en étoile Piaggio Stella P.VII de 460 chevaux de puissance unitaire entraînant chacun une hélice tripale. Le Caproni Ca.133 réalisa son premier vol en décembre 1934.

Rapidement les essais en vol démontrèrent des qualités indéniables à l’appareil et ainsi débutèrent ceux concernant la version du bombardier de reconnaissance. Un second prototype fut donc assemblé. Celui-ci se distinguait par son armement revu et corrigé et par un équipage augmenté pour le servir. Son armement se composait de quatre mitrailleuses Vickers de 7.7mm construites sous licence par Breda. Celles-ci étaient installées en position mobile dorsale, comme sur la version de transport, et d’une de chaque côté en sabord latéral. La charge offensive se composait de 750 kg de bombes dans deux soutes et des points d’emport externe. Les bombardiers embarquaient fréquemment des charges au phosphore et au tristement célèbre gaz moutarde, une arme héritée de la Première Guerre mondiale.

Dès 1935, les Caproni Ca.133 entrèrent en service au sein des forces fascistes qui les envoyèrent en opération en Abyssinie. Lors de cette campagne africaine les trimoteurs Caproni menèrent aussi bien des missions de reconnaissance et de bombardement, et bien sûr de transport de troupes et de parachutistes. Ils volaient aux côtés des Savoia Marchetti SM-81. Cet engagement fut décisif pour l’avenir des Ca.133. Après celui-ci Rome passa massivement commande pour cet avion.

Par la suite, les Italiens engagèrent leurs Ca.133 dans les opérations en Espagne afin d’appuyer les troupes franquistes. Toutefois si les avions de transport réussirent la majorité de leurs missions il en était tout autrement des versions de bombardement et de reconnaissance. En effet, ces derniers se heurtèrent rapidement aux pilotes de chasse républicains et à leurs escadrilles de Polikarpov I-15. Contre ces chasseurs d’origines soviétiques, les trimoteurs Ca.133 n’avaient en fait que peu de chance de s’en sortir.

Par la suite, durant la Seconde Guerre mondiale, les Italiens engagèrent leurs Ca.133 dans les opérations de soutien en Afrique du Nord. Quelques appareils furent utilisés pour le transport du Duce par la compagnie aérienne Ala Littoria. Toutefois à l’instar de ce qui se faisait au Royaume Uni avec la BOAC, les avions d’Ala Littoria portaient un camouflage militaire et une immatriculation civile. Cette compagnie participait également au transport des troupes italiennes, notamment en Italie et en France occupée.

La Regia Aéronautica utilisa ses Caproni Ca.133 durant l’ensemble de la guerre. Dès 1943 et la division entre Italie fasciste et Italie républicaine, les trimoteurs changèrent parfois de couleurs, revêtant de temps en temps la cocarde italienne.

Après guerre l’Aéronautica Militare Italiana utilisa ses Ca.133 jusqu’en 1956. Certains d’entre eux avaient portés auparavant les couleurs fascistes.

Mais les Ca.133 ne portèrent pas les seules couleurs italiennes. En effet, une demie douzaine d’appareils, en configuration bombardier de reconnaissance, furent vendus début 1936 à l’aviation militaire autrichienne. Après l’Anschluss ces appareils furent reversés à la Luftwaffe qui les utilisa pour l’entraînement de ses équipages de bombardiers Heinkel He-111 et Junkers Ju-88. Les Caproni à croix gammée volèrent jusqu’en 1944, avant d’être retirés du service pour cause de fatigue extrême.

Pourtant les plus surprenants Ca.133 furent les sept appareils utilisés entre 1940 et 1945 par le Squadron 117 de la Royal Air Force. En effet, après l’invasion de la Belgique et des Pays Bas par les Nazis des trimoteurs Caproni appartenant à la SABENA, la compagnie nationale belge, prirent la route de l’Angleterre. Ils furent utilisés principalement pour des missions de liaisons, de transport de personnels, et de soutien logistique.

Outre les versions de transport de troupes et de reconnaissance bombardement, des Ca.133 furent utilisés en tant qu’avions d’évacuation sanitaire et d’entraînement. Mais Caproni développa également une version dérivée, le Ca.148, destiné prioritairement au marché civil, et également au transport de personnels.

Bon appareil de transport, mais bombardier de reconnaissance très moyen, le Caproni Ca.133 fut construit à environ 500 exemplaires, dont la plus part volèrent durant la Seconde Guerre mondiale. Malheureusement cet appareil fut éclipsé par d’autres trimoteurs comme le Savoia-Marchetti SM.79 ou le Junkers Ju 52/3mg.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : Caproni Ca.133 (Version de transport)
Envergure : 21.25 m
Longueur : 15.35 m
Hauteur : 4.00 m
Motorisation : 3 moteurs en étoile Piaggio Stella P.VII
Puissance totale : 3 x 460 ch.
Armement :
Charge utile : 16 passagers ou 18 soldats équipés
Poids en charge : 6560 kg
Vitesse max. : 280 km/h à 2300 m
Plafond pratique : 5500 m
Distance max. : 1350 Km à charge maximale
Equipage : 2
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Caproni Ca.133

Profil Couleur

Profil couleur du Caproni Ca.133

Vidéo

Actuellement aucune vidéo n'est disponible dans nos bases de données

A voir également

0
Il est communément acquis que durant la Seconde Guerre mondiale, l'appareil industriel français fut intégralement versé au profit des troupes allemandes d'occupation. L'aéronautique ne...

0
Avec la fin du conflit commença une période de "vache maigre" pour l'aviation militaire britannique qui ne pouvait plus, officiellement, se baser sur la...

0
En 1985, l'US Air National Guard recherchait un avion de transport prioritaire, et de liaison, capable de remplacer les vieux Lockheed C-140 Jetstar alors...
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.