Caproni-Campini N.1

Caproni-Campini N.1


Fiche descriptive

Appareil : Caproni-Campini N.1
Constructeur : Società Italiana Caproni
Désignation : N.1
Nom / Surnom :
Code allié / OTAN :
Variante : CC.2
Mise en service : 1940
Pays d'origine : Italie
Catégorie : Avions expérimentaux
Rôle et missions : Prototype d'avion à propulsion mixte, banc d'essais volants.

Histoire

Caproni-Campini N.1 :
Le cuisant échec technologique des fascistes italiens.

Durant la Seconde Guerre mondiale, la position internationale de l’Italie fasciste était complexe. Ce pays était à la fois l’allié le plus proche de l’Allemagne nazi, loin devant le Japon ou encore la France de Vichy, et pourtant son niveau technologique, notamment dans le domaine aéronautique était l’un des plus faibles de toutes les nations de l’Axe. Il est notoire que les avions de combat italiens, principalement les chasseurs et les bombardiers étaient légèrement inférieurs à la moyenne des appareils allemands ou même français de la même époque.

Cherchant toutefois à conserver une certaine indépendance vis-à-vis de Berlin, le pouvoir fasciste se lança durant les premières années de guerre dans des programmes souvent très ambitieux, afin à la fois de se prouver sa capacité de développement mais également son éventuelle avancée technologique. C’est ainsi qu’au début du conflit l’avionneur Caproni, jusque là spécialiste des avions de transport et des bombardiers, s’engagea aux côtés de l’ingénieur Secondo Campini dans la course aux avions à réaction avec son Caproni N.1, un des plus cuisants échecs technologiques italiens.

En décembre 1939, conscient de l’incapacité de l’industrie italienne à produire un moteur à réaction dans les délais les plus courts, l’ingénieur Campini commença à étudier la possibilité de monter un petit compresseur à trois étages sur un moteur à pistons classique. Effectivement à cette époque l’Allemagne, la France, et le Royaume Uni avaient fait des progrès fulgurants dans la mise au point de réacteurs et chacun prévoyait le vol de son premier appareil dans les dix-huit mois à venir, malgré le récent déclenchement de la guerre.

C’est ainsi que le motoriste italien Isotta-Fraschini proposa un moteur en étoile entrainant un compresseur totalement caréné. L’air, une fois comprimée, était mélangé à du carburant brulé grâce à un injecteur à pas variable. Le principe était plus complexe encore que celui du classique réacteur, et surtout bien plus gourmand en carburant, mais il permettait néanmoins d’avoir rapidement un avion assez rapide à mettre en ligne. La Regia Aeronautica passa commande pour trois prototypes sous la désignation de Caproni-Campini N.1.

L’avion se présentait sous la forme d’un monoplan monomoteur biplace. Sa voilure basse présentait un profil elliptique, à la manière du Supermarine Spitfire, mais moins prononcé que sur le chasseur britannique. Le N.1 disposait d’un train d’atterrissage classique escamotable et d’un empennage à gouvernes arrondies. Le prototype effectua son premier vol le 27 aout 1940.

La campagne d’essais dura seize mois, pendant lesquels seul deux des trois prototypes volèrent, le troisième demeurant au sol pour des essais statiques. Bien que désarmés les Caproni N.1 portaient des marquages à même de les confondre avec des chasseurs.

En janvier 1942, l’état major italien décida de stopper le programme devant l’avancée technologique des constructeurs allemands, et la promesse faite par le RLM (ministère de l’air nazi) de fournir des jets de combat à la Regia Aeronautica. Les Caproni-Campini N.1 furent stockés sur la base d’essais de Caselle, dans la banlieue de Turin, jusqu’à la fin des hostilités.

En mars 1945, un de ces avions fut récupéré par une équipe d’experts de la Royal Air Force et expédié en Angleterre pour essais. À cette occasion, il fut opposé au Gloster Meteor et au Hawker Typhoon, les deux avions britanniques qui à l’époque étaient les seuls capables de damer le pion aux appareils à réaction du IIIème Reich comme le Messerschmitt Me-262 ou l’Arado Ar-234. Rapidement les personnels d’essais du Royal Aircraft Establishment conclurent que le Caproni N.1 était très inférieur en qualité de vol aux meilleurs avions alliés mais aussi aux appareils allemands.

Il fallu finalement attendre que la Seconde Guerre mondiale soit terminée pour que l’Italie puisse construire son premier avion à réaction en série. Le Caproni N.1 est également désigné sous le code de CC.2. De nos jours un de ces avions est exposé au musée aéronautique de Rome, tandis que le prototype statique est lui préservé au musée des sciences et technologies de Milan. Durant la Seconde Guerre mondiale la propagande fasciste n’hésita pas à présenté le Caproni N.1 comme étant le premier avion à réaction au monde, mais aussi le plus rapide de la planète.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : Caproni-Campini N.1
Envergure : 15.85 m
Longueur : 13.10 m
Hauteur : 4.70 m
Motorisation : 1 moteur en étoile Isotta-Fraschini L-121-R
Puissance totale : 1 x 910 ch. entrainant un compresseur Piaggio d'une puissance de 750 kgp.
Armement : aucun
Charge utile :
Poids en charge : 4190 kg
Vitesse max. : 375 km/h à 1200 m
Plafond pratique : 4000 m
Distance max. : 550 Km à charge maximale.
Equipage : 2
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Caproni-Campini N.1

Profil Couleur

Profil couleur du Caproni-Campini N.1

Vidéo

Vidéo de propagande de la Regia Aeronautica montrant le N.1

A voir également

0
Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, l'US Army Air Force et l'US Navy se livrèrent une guerre technologique assez serrée dans le domaine...

0
Le concept de la voilure en flèche inversée, intéressant dans le domaine du contrôle de vol aux basses vitesses, remonte au bombardier quadriréacteur allemand...

0
Conçu en vu d’étudier les performances des appareils à voilure en flèche inversée, le Grumman G-712, ou X-29 dans la nomenclature USAF, effectua son...
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.