Convair R3Y Tradewind

Convair R3Y Tradewind


Fiche descriptive

Appareil : Convair R3Y Tradewind
Constructeur : Consolidated Vultee Aircraft Corporation - Convair
Désignation : R3Y
Nom / Surnom : Tradewind
Code allié / OTAN :
Variante : P5Y
Mise en service : 1954
Pays d'origine : Etats-Unis
Catégorie : Hydravions
Rôle et missions : Transport de troupes et de personnels, ravitaillement en vol

Histoire

Convair R3Y Tradewind :
L'hydravion de transport rapide

En septembre 1945, l’US Navy annonça qu’elle recherchait un nouvel hydravion de patrouille maritime particulièrement polyvalent, apte notamment à la détection des sous-marins ennemis et aux missions de sauvetage en mer. Seul Convair répondit favorablement à l’appel d’offre, et forma une équipe autours d’ingénieurs qui dix ans auparavant avaient travaillés sur le PBY Catalina. Le nouvel avion reçu la désignation de P5Y et le nom de baptême de Tradewind. Un contrat fut signé en mai 1946 pour deux prototypes.

Devant l’étendu du programme le prototype mit presque quatre années pour être prêt au décollage. Il faut dire qu’il regroupait tout ce que l’industrie aéronautique américaine pouvait produire de mieux en matière d’avionique et d’équipement électronique. En effet le premier prototype disposait d’un armement défensif composé de quatre tourelles automatiques disposant chacune de deux canons de 20mm, délivrant ainsi une puissance de feu considérable. En outre il emportait en soute et sous voilure une charge offensive de près de quatre tonnes composée de torpilles, de mines, de charges de profondeurs, de bombes incendiaires, de roquettes à haute vélocité, et même le cas échéant d’une arme nucléaire.

Mais c’est surtout au niveau des équipements spéciaux que le P5Y se détachait du lot. Il était en effet à cette époque le seul hydravion occidental à disposer d’un MAD, un détecteur d’anomalies magnétiques, capable de suivre au fond des océans les sous-marins en patrouille. A cette époque, seul le Beriev Be-6 Madge, dispose de ce type d’équipements, mais là les Américains l’ignore. En outre le Tradewind disposait de systèmes de brouillage radars et de contre-mesures électroniques, faisant de cet hydravion une machine particulièrement moderne, et onéreuse. Au niveau de sa motorisation là aussi le P5Y faisait appel à ce qui se faisait alors de mieux : le turbopropulseur. La voilure haute de l’hydravion en emportait quatre entraînant chacun deux hélices contrarotatives. A cette époque le programme de Convair était le deuxième plus important de l’aéronavale américaine en matière de coût. Le prototype réalisa son premier vol le 18 avril 1950.

Quelques semaines plus tard, en août 1950, le prototype réalisa un vol record d’endurance pour hydravion à turbopropulseur, restant en l’air près de onze heures dans la région de San Diego en Californie. Ce record ne devait être battu qu’en 1989 par un US-1 japonais.
Toutefois une semaine après ce vol longue durée l‘US Navy annonça qu’elle renonçait à tous programmes d’hydravions de patrouille maritime, préférant se tourner vers des appareils terrestres.

Pourtant le programme du Tradewind ne fut pas stoppé pour autant. Le second prototype fut désarmé et transformé en hydravion de transport de fret et de personnels sous la désignation de R3Y. Les cinq P5Y-1 qui étaient alors en phase de production furent donc transformés ab-initio en R3Y-1. Le premier prototype ne fut quant à lui pas modifié.
Il fut finalement perdu lors d’un vol d’essais le 15 juillet 1953 alors qu’il venait juste de déjauger.

Le premier R3Y-1 entra en service au sein du Squadron VR-2 de l’US Navy, qui fut la seule unité à utiliser le Tradewind. Le R3Y-1 impressionna assez vite l’état-major de la Navy qui voyait en cet appareil l’avenir des assauts amphibies. Avec une charge marchande de l’ordre de neuf tonnes ou bien 80 Marines équipés et armés, le Tradewind pouvait fort bien servir lors de phase de débarquement ou même de parachutage. Toutefois l’arrivée programmée des Hercules dans la Navy fit qu’elle n’avait plus besoin d’hydravions pour le transport de fret. Il demeurait donc celui de personnels. Et c’est dans cette optique que fut passée en janvier 1955 une commande pour six appareils supplémentaires désignés R3Y-2 et spécialement modifiés pour les opérations de débarquement. Ceux ci pouvaient notamment mettre à l’eau des canots pneumatiques grâce à une porte de chargement amphibie sur l’arrière de l’hydravion.

Un mois plus tard un R3Y-1 réalisa la traversée ouest-est la plus rapide des Etats-Unis pour un hydravion, avec une vitesse moyenne de 650km/h.

Alors que les Etats-Unis sortaient à peine de la Guerre de Corée, et que les Marines s’y étaient illustrées il semblait bel et bien que l’avenir du Tradewind pourrait être radieux. Depuis le 6 juin 1944 puis la Corée, les opérations de débarquement étaient devenues la spécialité des troupes américaines. Le R3Y-2 offrait donc des perspectives nouvelles à l’état-major américain.

Début 1956 un R3Y-2 fut renvoyé chez Convair pour être modifié en R3Y-2B, une version de ravitaillement en vol destiné à soutenir les opérations aéronavales américaines. Il s’agissait là encore d’un enseignement tiré de la Corée. Les travaux ne durèrent que quelques semaines puisque le premier essai de ravitaillement en vol fut réalisé au profit de quatre chasseurs Grumman F9F-8 Cougar ravitaillés simultanément. C’était la première fois dans l’histoire aéronautique que des chasseurs à réaction étaient ravitaillés par un hydravion. Malgré des caractéristiques intéressantes le programme du R3Y-2B en resta là.

D’ailleurs le programme d’exploitation des R3Y s’arrêta net en avril 1958, moins de quatre ans après la mise en service du premier R3Y-1 de manière opérationnelle, du fait de deux gros incidents en vol, jugés rédhibitoire par l’US Navy. D’autant que celle ci avait alors trouvé un meilleur système, toujours utilisé de nos jours, pour soutenir les opérations amphibies des soldats du corps des Marines : l’hovercraft ou aéroglisseur. Ces engins à mi-chemin entre l’aéronef à effet de sol et le navire de transport venait de signer l’arrêt de mort de ce qui était certainement l’hydravion militaire américain le plus cher de l’Histoire.
Au total onze R3Y et un P5Y ont été construits.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : Convair R3Y-2 Tradewind
Envergure : 44.42 m
Longueur : 42.57 m
Hauteur : 13.67 m
Motorisation : 4 turbopropulseurs Allison T40-A-10
Puissance totale : 4 x 6100 ch.
Armement :
Charge utile : 86 soldats équipés ou 35 blessés couchés
Poids en charge : 79380 kg
Vitesse max. : 730 km/h à 3400 m
Plafond pratique : 9200 m
Distance max. : 4100 Km à charge maximale
Equipage : 6
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Convair R3Y Tradewind

Profil Couleur

Profil couleur du Convair R3Y Tradewind

Vidéo

Histoire du R3Y Tradewind

A voir également

0
En février 1946, l'Air Ministry fit savoir qu'il recherchait un avion de transport stratégique lourd capable de remplacer les Skymaster Mk-I de la RAF....

0
Fleuron de l'industrie aéronautique française des années 50 aux années 70, la Caravelle développée par la SNCASE (Société Nationale de Construction Aéronautique du Sud...

0
Figurant parmi les avionneurs les plus prolifiques de la Seconde Guerre mondiale, grâce notamment à ses avions d'entraînement et de liaisons, Georges Miles a...
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.