Curtiss JN-4 Jenny

Curtiss JN-4 Jenny


Fiche descriptive

Appareil : Curtiss JN-4 Jenny
Constructeur : Curtiss Wright Corporation - Aircraft Division
Désignation : JN-4
Nom / Surnom : Jenny
Code allié / OTAN :
Variante :
Mise en service : 1916
Pays d'origine : Etats-Unis
Catégorie : Avions d'entraînement
Rôle et missions : Avion d'entraînement primaire

Histoire

Curtiss JN-4 Jenny :
Le formateur des pilotes américains de la WWI

Contrepartie américaine de l’Avro 504 britannique, le Curtiss JN-4 a été l’un des avions d’entrainement les plus utilisés de la Première Guerre mondiale. Connu sous le nom de Jenny (à cause des initiales JN), ce célèbre appareil d’entrainement était dérivé des modèles J et N de Curtiss, tous deux apparus en 1915. Le Model J était équipé d’un moteur Curtiss OX-2 en ligne de 90 chevaux, et pourvu d’une voilure sesquiplan comportant des ailerons actionnés par des commandes obsolètes Deperdussin. Le Modèle N disposait quant à lui d’un moteur Curtiss en ligne OXX de 100 chevaux monté entre les ailes.

La première versions à apparaître était le JN-2, en 1915. Il incorporait les caractéristiques des deux précédents modèles, comportait une voilure sesquiplan pourvue d’ailerons inférieurs et supérieurs, et était propulsé par un moteur Curtiss OX en ligne de 90 chevaux. Le 1er escadron aérien de l’US Signal Corps a reçu huit JN-2 à San Diego en juillet 1915. Le JN-2 était dangereux en raison d’un manque de puissance, d’une construction de mauvaise qualité, d’un manque de stabilité, et d’un gouvernail trop sensible. Plusieurs crashs viendront prouver ces défauts.

Son successeur, le JN-3, était un modèle provisoire pourvu d’une voilure sesquiplan dont seul le plan supérieur était équipé d’ailerons actionnés en l’occurrence par une commande au manche à balai en remplacement du système Deperdussin. En mars 1916, huit JN-3 ont été déployées au Mexique pour l’observation aérienne au cours de la fameuse expédition de Pancho Villa.

La véritable version de série, le JN-4 apparu en juillet 1916, fut construite en grand nombre. En effet, devant l’évolution des événements en Europe, le Signal Corps-Air Service américain a fait lancer la fabrication d’une première série de 603 JN-4. Lorsque ses livraisons commencèrent, le Jenny avait encore une voilure sesquiplan et un train d’atterrissage à essieu droit et n’apparut dans sa forme définitive qu’au fur et a mesure de la production. Il a été largement utilisé pendant la Première Guerre mondiale pour former les pilotes débutants. On considère qu’au moins 95% de tous les élèves pilotes américains ont effectué un stage avec le JN-4.

Les premières versions qui apparaissent permettent d’améliorer l’appareil. Le JN-4A était doté d’un empennage plus grand et d’un moteur moins puissant. Puis JN-4B fut équipé d’un empennage plus grand et d’un moteur ON-2. La version C était un modèle expérimental dont seulement deux exemplaires furent construits.

Le JN-4 Can (pour Canuck), dérivé du JN-3, a été conçu selon les spécifications du Royal Flying Corps. C’est le premier avion construit en série au Canada par Canadian Aeroplanes Limited basé à Toronto. Il a été construit environ 1210 appareils de ce type. Bon nombre d’entre eux ont été utilisés pour la formation des militaires au Canada. Les ailes inférieures et supérieures du « Canuck » étaient munies d’ailerons, ce qui conférait à l’avion une plus grande maniabilité en roulis que s’il avait été équipé d’ailerons uniquement sur les ailes supérieures. Le JN-4 Can a réalisé plusieurs premières canadiennes : premier avion construit en série, premier avion exporté en grande quantité, premier avion militaire, premier avion sur ski, premier avion d’aéropostale, premier avion de relevé aérien et premier appareil ayant franchi les Rocheuses canadiennes.

Le JN-4D combinait des caractéristiques du JN-4A et du JN-4 Can, et constitua en quelque sorte la version standard. Il fut commandé plus de 1400 exemplaires équipé d’un moteur OX-5 de 90 ch., tandis que divers sous-traitants en produisaient près de centaines d’autres.

le JN-4H était un JN-4D remotorisé avec un Hispano-Suiza en ligne de 150 chevaux construit par la firme Wright. Les différentes versions du JN-4H furent le JN-4HT d’entraînement à doubles commandes, le JN-4HB d’entraînement au bombardement et le JN-4HG d’entraînement au tir à la mitrailleuse. Une partie d’entre eux, 161 exemplaires, a été livré aux écoles de pilotage en Grande-Bretagne, d’autres étant utilisés au Canada et en France.

La réputation des Jenny n’était guère bonne chez les élèves pilotes britanniques, contrairement aux américains et canadiens. Ils lui reprochaient de perdre l’entoilage des ailes au sommet d’un looping, reproche peu fondé dans la mesure où le Jenny était avant tout un avion d’entraînement de base et non d’acrobatie.

Produit à plus de 6800 exemplaires, le Jenny est resté en service avec l’armée américaine jusqu’en 1927. Mais le JN-4 connu une véritable seconde vie après la Première Guerre mondiale en devenant l’épine dorsale de la poste aérienne américaine.

Plusieurs centaines d’appareils furent ensuite vendus comme surplus militaire. En raison de sa disponibilité et de son prix léger, le JN-4 était l’avion de prédilection pour les exhibitions aériennes, les fameux cirques volants, de l’après-guerre. A l’époque, on pouvait même en acquérir certains dans leurs caisses d’emballage fermées, pour la modique somme de 50 $ (soit un peu près de 650 € aujourd’hui)

La version finale de l’avion était le JN-6, fabriqué en petite quantité mais en plusieurs versions très appréciées. Il comportait, quant à lui, des ailerons renforcés. Il était propulsé par un moteur Hispano-Suiza 8 V-8 de 150 ch. Les premiers exemplaires furent commandés en 1918 pour l’US Navy. Une version hydravion a été construite pour la Marine. Mais le modèle était tellement modifié qu’il s’agissait véritablement d’un autre appareil. Celui-ci fut désigné N-9.

Pour l’anecdote, le JN-4 est bien connu des philatélistes car il a été imprimé sur un timbre de 24 cent en 1918, par l’US Air Mail. Mais sur les 100 premières impressions, le JN-4 fut placé à l’envers par erreur, donc volant sur le dos. Ceci fait du « Inverted Jenny » l’un des timbres les plus rares et chers au monde. Un exemplaire a été vendu aux enchères en 2007 pour 977 500 $.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : Curtiss JN-4D Jenny
Envergure : 13.30 m
Longueur : 8.33 m
Hauteur : 3.01 m
Motorisation : 1 moteur Curtiss OX-5
Puissance totale : 1 x 90 ch.
Armement : -
Charge utile :
Poids en charge : 871 kg
Vitesse max. : 121 km/h
Plafond pratique : 2000 m
Distance max. : 2 Heure(s)
Equipage : 2
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Curtiss JN-4 Jenny

Profil Couleur

Profil couleur du Curtiss JN-4 Jenny

Vidéo

Curtiss Jenny restauré en présentation au sol

A voir également

0
Lors de l’acquisition de 180 F-16 Fighting Falcon destinés à la Republic of Korea Air Force (ROKAF), la Corée du Sud exigea que la plupart...

0
Au cours de l'entre-deux-guerres, le Canada développa massivement son industrie aéronautique, notamment avec le soutien des constructeurs britanniques, mais aussi dans une moindre mesure...

0
Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale l’Italie n’était pas dans le même état que l’Allemagne. Le fait qu’une partie du pays se soit...
Passionné d'aéronautique et formateur en Web et PAO, il est le fondateur, en 1999, de l'encyclopédie de l'aviation militaire www.avionslegendaires.net. Administrateur et rédacteur en chef du blog, il vous fait partager ses avis et coups de coeur (ou de gueule) sur l'actualité aéronautique.