Curtiss O-52 Owl

Curtiss O-52 Owl


Fiche descriptive

Appareil : Curtiss O-52 Owl
Constructeur : Curtiss Wright Corporation - Aircraft Division
Désignation : O-52
Nom / Surnom : Owl
Code allié / OTAN :
Variante :
Mise en service : 1941
Pays d'origine : Etats-Unis
Catégorie : Avions de reconnaissance
Rôle et missions : Avion d'observation et de reconnaissance diurne

Histoire

Curtiss O-52 Owl :
un avion obsolète dès sa conception

En 1931, Curtiss conçut un chasseur monoplace embarqué pouvant aussi bien être biplan que monoplan à aile haute. Désignée XF13C, cette machine présentait des avancées technologiques assez importantes, mais toutefois l’avion fut rejeté par l’US Navy qui lui préféra un classique biplan, le Vought F3U. Trois prototypes du XF13C avaient été construits, dont le XF13C-1, le prototype monoplan. Ils furent remisés dans l’usine Curtiss de Kenmore.

En 1939, le Department of War fit savoir qu’il recherchait un avion d’observation et de reconnaissance diurne afin de remplacer les Douglas O-46 et North American O-47, deux avions jugés trop lents et trop peu maniables par rapport à l’évolution des chasseurs et des bombardiers, notamment en Europe. Seul Curtiss répondit à cet appel d’offre et proposa d’adapter son XF13C-1 en biplace d’observation, avec la possibilité d’emporter un système photographique. Le prototype du chasseur à aile haute fut sorti de son stockage, remis en état, modifié en biplace et repeint. Les ingénieurs de Curtiss modifièrent l’empennage en reprenant des éléments des chasseurs P-36 Hawk et P-40 Warhawk, mais surtout ils montèrent un système dit de « carapace de tortue » pour le poste de l’observateur-mitrailleur. Ce principe était issu du tout nouveau SB2C Helldiver conçu pour l’US Navy.

En octobre 1939, quelques semaines après l’invasion de la Pologne par l’Allemagne nazie, l’US Army Air Corps passa commande pour 203 exemplaires du nouvel avion de Curtiss. L’USAAC le désigna O-52 et la baptisa Owl. Le prototype était pourtant loin de pouvoir effectuer son premier vol. Celui-ci n’interviendra pas avant février 1940.

L’O-52 Owl était un monomoteur monoplan à aile haute biplace en tandem. Son train d’atterrissage escamotable était directement issu de l’avion de chasse embarqué XF13C, et rappelle celui du Grumman F4F. L’armement, principalement défensif, de l’Owl se composait d’une mitrailleuse de calibre 7.62mm en position de chasse synchronisée et d’une arme identique en position dorsale servie par l’observateur. La mitrailleuse dorsale était protégée par sa « carapace ». Malgré la présence d’une vitre sous l’avion et d’emplacements prévus à cet effet aucun Owl n’a jamais reçu d’équipement photographique.

Les premiers O-52 entrèrent en service en juin 1941, et certains participèrent à des manœuvres avec les appareils de la Royal Canadian Air Force et de l’US Navy. Rapidement les pilotes rapportèrent à leur hiérarchie que l’appareil était difficilement contrôlable, mais surtout qu’il était même plus lent que le North American O-47, avion qu’il était censé le remplacer pour cette raison.

Au lendemain de l’attaque japonaise contre Pearl Harbour, tous les avions d’observation furent redésignés avions de liaison et virent donc leur désignation passé de O à L. Tous, sauf le Owl qui demeure alors le seul et unique avion d’observation.

L’O-52 fut alors présenté sous la désignation de Owl Mk-I à la Royal Air Force. Néanmoins, la Grande Bretagne refusa l’avion, lui préférant les dernières versions des biplans Hawker issus du Fury, en attendant l’arrivée en masse des Westland Lysander, eux aussi avion d’observation et de coopération.

Le seul client étranger fut l’Union Soviétique qui reçut en novembre 1942 un lot de 26 O-52 pour des missions d’observation du champ de bataille, de reconnaissance à vue, et de surveillance des zones portuaires. En septembre 1942, le Department of War préleva 30 Owl sur les stocks de l’US Army Air Force et les chargea sur un convoi maritime à destination du nord de l’URSS. Un des navires transportant quatre O-52 mais également une quinzaine de P-39 fut coulé par U-Boot de la Kriegsmarine.

Sur les 26 Owl livrés à Moscou, 19 seulement entrèrent en service opérationnel, les autres étant réservés pour la formation au sol des mécaniciens. Les quelques O-52 soviétiques se taillèrent rapidement une très mauvaise réputation, de part sa lenteur, qui en faisait une cible de choix pour les chasseurs de la Luftwaffe, mais également de part le fait qu’il avait dangereusement tendance à givrer au niveau des volets, effet radical durant l’hiver russe. L’URSS conserva ses Owl jusque fin 1945.

Les Curtiss O-52 de l’USAAF ne furent jamais envoyés au front, et demeurèrent uniquement aux Etats-Unis, servant principalement à des patrouilles côtières sur la côte est et autour du Golfe du Mexique. Toutefois quelques Owl furent basés près de la réserve fédérale américaine de Fort Knox dans le Kentucky, afin de surveiller le site. Les Owl furent retirés du service à partir de novembre 1944 après une série d’accidents mortels dont les causes n’ont jamais été clairement élucidées.

Le Owl est souvent considéré comme l’un des pires avions américains de la Seconde Guerre Mondiale, tant dans le domaine de pilotage que dans celui du comportement. Toutefois il ne faut pas complètement incriminer l’avionneur, car dès 1939, dès l’élaboration du programme par les généraux américains, l’avion était obsolète. Au total, ce sont 203 Owl qui ont été construits, sans compter le prototype qui était en fait une modification du XF13C-1.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : Curtiss O-52 Owl
Envergure : 12.40 m
Longueur : 8.03 m
Hauteur : 3.02 m
Motorisation : 1 moteur en étoile Pratt & Whitney R-1340-51
Puissance totale : 1 x 550 ch.
Armement : 2 mitrailleuses de 7.62mm
Charge utile :
Poids en charge : 2394 kg
Vitesse max. : 335 km/h
Plafond pratique : 7000 m
Distance max. : 1000 Km
Equipage : 2
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Curtiss O-52 Owl

Profil Couleur

Profil couleur du Curtiss O-52 Owl

Vidéo

Actuellement aucune vidéo n'est disponible dans nos bases de données

A voir également

0
L'histoire de l'aviation est émaillée d'avions et d'hélicoptères qui ont réellement marqué leur temps au point de devenir de véritables points de référence incontestable....

0
En prévision du transport de la flamme olympique entre l'Allemagne et le Japon, où devait se tenir en 1940 les Olympiades d'été de Tokyo,...

0
Durant la Seconde Guerre mondiale l'US Navy fit un usage intensif des avions embarqués et hydravions d'observation et de reconnaissance diurne. Ces appareils permirent...
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.