Dassault Mirage 5 / Mirage 50

Dassault Mirage 5 / Mirage 50


Fiche descriptive

Appareil : Dassault Mirage 5 / Mirage 50
Constructeur : Avions Marcel Dassault
Désignation :
Nom / Surnom : Mirage 5/50
Code allié / OTAN :
Variante :
Mise en service : 1972
Pays d'origine : France
Catégorie : Chasseurs des années 60-80
Rôle et missions : Chasseur-bombardier

Histoire

Dassault Mirage 5 / Mirage 50 :
chasseurs de transistion

Lorsqu’au début des années 60 le Mirage III fit son entrée sur la scène internationale, il était l’un des meilleurs chasseurs au monde. C’est donc tout naturellement que la Heyl Ha Avir (aviation militaire israélienne) en fit son principal appareil d’interception et d’attaque au sol. Les opérations menés par les israéliens démontrèrent néanmoins que cette dernière mission n’était pas réellement du ressort du Mirage III : celui-ci était trop moderne pour de simples attaques à la bombe lisse ou à la roquette. C’est donc à partir de ce constat que les responsables de Tsahal demandèrent à Marcel Dassault et ses équipes de concevoir un nouvel avion d’attaque au sol dérivé du fameux chasseur à aile delta.

Les premières études commencèrent en 1966 et elles concernaient un chasseur sur lequel le radar serait remplacé par un box d’électronique d’attaque, où la masse de carburant interne serait accrue et où le type d’armement serait totalement modifié. L’appareil de base était un Mirage IIIE de série. Le nouvel avion fut désigné Mirage V (avec un chiffre romain). Il était motorisé par un turboréacteur SNECMA Atar 9C de 4275 kgp, secondé par un moteur fusée SEPR-844 de 1530 ch. Le Mirage V effectua son premier vol le 19 mai 1967. Quelques jours plus tard sa désignation fut modifié en Mirage 5. Lors des essais le Mirage 5 atteignit rapidement la vitesse de Mach2.2.

En matière d’équipement le Mirage 5 disposait d’un radar télémétrique Aïda en place et lieu du radôme, de deux nouveaux points d’encrage pour l’armement air-sol, et de la capacité de tir du missile air-air américain Ford Aerospace AIM-9 Sidewinder en sus des Magics français. L’Israël commanda 50 chasseurs Mirage 5J et deux avions de transformation biplace Mirage 5DJ.

Quelques semaines après le vol, un fait historique vint marquer la vie du Mirage 5: le déclenchement en juin 1967 de la Guerre des Six Jours. Ce conflit qui opposait l’état hébreux à une coalition de nations arabes vit la suprématie des Mirage IIICJ sur les MiG-17 et Su-7 égyptiens et syriens. Les troupes jordaniennes eurent également maille à partir avec les chasseurs de Dassault. Devant ce conflit la réaction française fut immédiate : le Président Charles de Gaulle décida d’un embargo sur les ventes et livraisons d’armes à Israël. Le lot de 52 chasseurs fut immobilisé sur la base de Châteaudun afin d’être modifié en Mirage 5F. Ceux-ci furent livrés à l’Armée de l’Air en avril 1972. Les Mirages 5F équipèrent les EC 3/13 Auvergne et EC 3/3 Ardennes. Cette dernière unité a, en 1977, remplacée ses Mirage 5F par des SEPECAT Jaguar. Les Mirage 5F de l’EC 3/3 furent pris en compte par l’EC 2/13 Alpes. Ces avions ont servit jusqu’au début des années 90.

En 1972 Israël a réussit à se procurer les plans du Mirage 5. Ceci lui a permit de concevoir un chasseur indigène dérivé et propulser par un turboréacteur américain. Cet avion, désigné Kfir, et construit par les Israelian Aircraft Industries est toujours en service en Israël et au Sri Lanka. Le marché de l’export s’ouvrit notamment par le contrat signé par la Belgique en avril 1970 pour la livraison de 106 Mirage 5 afin de remplacer les remplaça les F-84F Thunderstreak et les RF-84F Thundeflash et grâce également à l’émirat arabe d’Abu Dhabi qui acheta 32 Mirage 5 entre 1974 et 1977. La réputation de fiabilité du Mirage d’attaque était faite.

L’Argentine a acquis un certain nombre de Mirage 5 et de Dagger (des Mirage IIICJ rétrofités par Israël au standard Mirage 5) dont certains ont participé en 1982 à la Guerre des Falklands contre les forces britanniques. Une partie de ces Mirage 5 ont assuré la couverture des attaques aériennes, jusqu’à l’arrivé des appareils de la RAF. Les appareils argentins servent toujours au sein du Grupo de Caza 10.Enrichi par son sous-sol riche en hydrocarbure et minerais divers, le Gabon a pu s’offrir entre 1978 et 1981 une série de 11 Mirage 5 pour des missions de défense aérienne et d’attaque anti-navire. Le Pérou fut un des utilisateurs les plus courts dans le temps du Mirage 5, ses avions sont entrés en service en 1969 et ont été retiré en 1982. Ils ont cédé la place au Mirage 2000.

A partir de 1978 Dassault Aviation réfléchit à la possibilité de monter un turboréacteur SNECMA Atar 9K50 sur une cellule de Mirage 5. Ce turboréacteur plus économique, plus puissant, et plus fiable va donner naissance à un nouveau chasseur, le Mirage 50. La nouvelle version est immédiatement commandé par le Chili qui demande à Dassault de lui fournir rapidement 16 Mirage 50. Devant l’urgence de la situation un lot de cinq Mirage 5F est prélevé sur les stocks de l’Armée de l’Air. Ces avions, désignés Mirage 50FC, seront livrés en 1980. Le reliquat de la commande sera constitué d’avions neufs. Les Mirage 50 chiliens ont depuis servit de base à la construction de l’avion de combat indigène ENAER Pantera. Les derniers Mirage 50C non transformés sont en phase de remplacement par des Lockheed-Martin F-16C Block 52.

Le réacteur Atar 9K50 du Mirage 50 est également celui qui équipe le Mirage F1. Le Pakistan et le Vénézuela, deux clients du Mirage 5, ont depuis fait rétrofité leurs chasseurs au standard Mirage 50. Ces avions sont toujours en service. Les Mirages pakistanais ont de plus la capacité d’emport du missile air-surface AM-39 Exocet.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : Dassault Mirage 50
Envergure : 8.22 m
Longueur : 15.56 m
Hauteur : 4.50 m
Motorisation : 1 turboréacteur SNECMA Atar 9K50
Puissance totale : 1 x 7500 kgp.
Armement : 2 canons de 30 mm
charge offensive, 4000 kg
Charge utile : -
Poids en charge : 13700 kg
Vitesse max. : 2350 km/h
Plafond pratique : 17000 m
Distance max. : 1300 Km
Equipage : 1
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Dassault  Mirage 5 / Mirage 50

Profil Couleur

Profil couleur du Dassault  Mirage 5 / Mirage 50

Vidéo

Actuellement aucune vidéo n'est disponible dans nos bases de données

A voir également

0
Dès 1963, l’Armée de l’Air exprime son besoin pour un pénétrateur intercepteur capable de décoller et d’atterrir à moins de 260 km/h (140 nœuds)...

0
Tenue à l'écart pendant de nombreuses années par les pays occidentaux qui lui reprochaient sa politique d'Apartheid, l'Afrique du Sud a dû produire seule...

0
À la différence de l'ex-Allemagne nazie, elle aussi défaite militairement et industriellement au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le Japon ne put compter...
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.