Dornier Do 26

Dornier Do 26


Fiche descriptive

Appareil : Dornier Do 26
Constructeur : Dornier-Werke GmbH
Désignation : Do 26
Nom / Surnom :
Code allié / OTAN :
Variante :
Mise en service : 1939
Pays d'origine : Allemagne (IIIe Reich)
Catégorie : Hydravions
Rôle et missions : Hydavion de transport, de reconnaissance et de patrouille côtière

Histoire

Dornier Do 26 :
le dernier d'une belle lignée

Un des hydravions à coque les mieux profilés jamais construits, le Dornier Do 26 représenta l’apogée d’une série très réussie d’appareils entièrement métalliques conçus et construits par la firme allemande Dornier. Cette série commença avec les Wal des années vingt et se poursuivit avec les Do 18 et Do 24 des années trente. Ces deux derniers types combattirent pendant la Seconde Guerre mondiale bien que l’étude du Do 18 ait été achevée au milieu des années trente.

Le Do 26 fut extrapolé du Do 18 en réponse à une demande de la compagnie aérienne transport allemande Lufthansa portant sur un appareil postal transatlantique capable d’embarquer 500 kg de courrier et quatre membres d’équipage entre Lisbonne et New York.Le Do 26 se présenta sous la forme d’un appareil entièrement métallique extrêmement bien profilé et à voilure cantilever en aile de mouette contrairement aux ailes parasol de ses prédécesseurs chez Dornier.

Ses quatre moteurs Junkers Jumo 205 Diesel formaient deux paires en tandem, les arbres et les hélices des deux moteurs arrière pouvant se relever de 10 degrés pour éloigner les hélices des embruns. Des flotteurs rétractables placés à peu près au milieu de chaque aile concouraient à la bonne aérodynamique de l’appareil en vol.

Le premier prototype vola le 21 mai 1938 en réponse à une commande de trois appareils passée en 1937 par la Deutsche Lufthansa. Les deux premiers appareils exploités par la Lufthansa avant la guerre effectuèrent environ 18 traversées de l’Atlantique Sud, mais ne volèrent jamais sur l’Atlantique Nord. Le troisième appareil servit de prototype pour une version destinée au transport de passagers et trois autres Do 2- furent commandés sous cette forme.

Au déclenchement de la guerre en 1939, les six hydravions furent réquisitionnés par la Luftwaffe et aucun autre appareil ne sera construit. ces appareils effectuèrent principalement des missions de reconnaissance et de patrouille côtière pour le compte de la Luftwaffe et certains, sinon tous, furent pourvus d’un armement défensif composé de 3 mitrailleuses de 7,92 mm et/ou d’un canon de 20 mm.

Parfois désignés Do 26d, ils servirent à transporter des commandos en 1940 lors de l’invasion de la Norvège où deux autres appareils furent abattus. Par la suite, le manque de rechanges rendit inutilisables les Do 26 survivants.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : Dornier Do 26 C
Envergure : 30.00 m
Longueur : 24.60 m
Hauteur : 6.85 m
Motorisation : 4 moteurs Jumo 205 Ea/D
Puissance totale : 4 x 880 ch.
Armement : 1 canon de 20mm
5 mitrailleuses de 7.92mm
Charge utile : -
Poids en charge : 21000 kg
Vitesse max. : 345 km/h
Plafond pratique : 6500 m
Distance max. : 4800 Km
Equipage : 7
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Dornier Do 26

Profil Couleur

Profil couleur du Dornier Do 26

Vidéo

Actuellement aucune vidéo n'est disponible dans nos bases de données

A voir également

0
Durant une partie des années 30, la firme britannique Supermarine fut l'un des principaux fournisseurs d'hydravions à coques de la Royal Air Force et...

0
Suite au destin tragique des dirigeables Akron et Macon dotés d’avions d’observation F9C Sparrowhawk, l’intérêt de l’US Navy se tourna davantage vers les «bateaux...

0
Au lendemain de la Première Guerre Mondiale, l'aviation était pleinement entrée dans le XXème siècle et elle passionnait de plus en plus de gens...
Passionné d'aéronautique et formateur en Web et PAO, il est le fondateur, en 1999, de l'encyclopédie de l'aviation militaire www.avionslegendaires.net. Administrateur et rédacteur en chef du blog, il vous fait partager ses avis et coups de coeur (ou de gueule) sur l'actualité aéronautique.