Douglas A2D Skyshark

Douglas A2D Skyshark

0

Fiche descriptive

Appareil : Douglas A2D Skyshark
Constructeur : Douglas Aircraft Company
Désignation : A2D
Nom / Surnom : Skyshark
Code allié / OTAN :
Variante :
Mise en service : 1953
Pays d'origine : Etats-Unis
Catégorie : Avions d'attaque
Rôle et missions : Avion d'attaque au sol

Histoire

Douglas A2D Skyshark :
un échec intéressant

Au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale la plupart des avionneurs américains et britanniques s’essayèrent à la conception d’avions de combat mû par turbopropulseur. Ce type de motorisation avait été conçu après les réacteurs et semblait promis au plus bel avenir. En effet le turbopropulseur présentait la particularité de proposer des vitesses de croisière proches de celles des avions à réaction, et un entretien plus proche de celui des avions à moteur à pistons. Mais surtout le turbopropulseur semblait beaucoup moins fragile que le réacteur, notamment vis à vis des environnements marins et de leurs embruns. C’est pourquoi plusieurs avionneurs se lancèrent dans la conception d’avions à turbopropulsion pour les besoins des aéronavales. Parmi ces avions figurent un appareil d’attaque au sol qui ne connut toutefois pas le succès : le Douglas A2D Skyshark.

En 1949, l’US Navy demanda à Douglas d’étudier une version turbopropulsée de son Skyraider. En effet cet avion était à ce moment là le principal appareil d’attaque de l’aéronavale américaine. Malgré les nombreuses qualités du Douglas AD l’US Navy cherchait activement à moderniser sa flotte d’avions d’attaque, notamment avec la montée en puissance de la menace soviétique. En effet les rapports des services de renseignement occidentaux étaient particulièrement alarmistes quant à la supposée puissance de la flotte russe, et notamment en matière de submersibles et de navires amphibies. C’est la raison pour laquelle l’état major de la Navy demanda à Douglas cette version modernisée du Skyraider.

Les ingénieurs de Douglas décidèrent de porter leur attention sur la turbine Allison XT-40, un propulseur d’une puissance unitaire de 5 100 chevaux. Cette puissance était telle que les ingénieurs de Douglas durent complètement revoir la structure de l’avion. L’empennage de l’avion fut totalement modifié, son train d’atterrissage profondément renforcé, et son cockpit également revu. La crosse d’appontage fut elle aussi changée. Deux prototypes du nouvel avion, désigné XA2D, furent commandés.Cet avion se présentait sous la forme d’un monoplan à aile basse cantilever monoplace mû par un seul turbopropulseur XT-40 composé de deux turbines XT-38 montés en tandem et disposant de deux hélices coaxiales contrarotatives. L’avion était construit entièrement en métal, et disposait de renfort de blindage au niveau du cockpit. Il disposait d’un train d’atterrissage classique escamotable et d’une crosse d’appontage pour l’utilisation de l’avion depuis un porte-avions. Son armement se composait principalement de quatre canons de 20mm et d’une charge de bombes de deux tonnes et demi composés de bombes classiques, de paniers à roquettes, de charges de profondeurs, mais aussi de torpilles. Il effectua son premier vol le 26 mai 1950.

Les essais en vol furent menés à partir de NAS-Patuxtent River et sur le porte-avions USS Palau. A cette occasion l’avion suscita l’engouement des pilotes qui l’essayèrent, notamment en raison de sa puissance et de ses qualités de vol. Les résultats de ces essais en vol furent si intéressants que l’US Navy passa une première commande pour dix appareils de présérie sous la désignation d’A2D Skyshark. Ces appareils furent versés à une unité qui fut réactivée spécialement pour l’avion : le Squadron VA-95.Cette unité servait non seulement à valoriser l’avion auprès des autres unités de combat de l’aéronavale américaine, mais aussi d’unité d’essais approfondis.

Toutefois la carrière du Skyshark fut écourtée pour deux raisons. Tout d’abord le Squadron VA-95 connu deux accidents graves, dont l’un fut mortel pour le pilote. Mais surtout l’entrée en service au sein des Squadrons de l’US Navy du Douglas AD-4, alors la dernière évolution du Skyraider mit un terme au développement du Skyshark. Le programme du Douglas A2D fut officiellement stoppé en octobre 1953. Douze exemplaires seulement avaient été produits, prototypes compris.

Le Douglas A2D Skyshark fut la seule tentative réelle de la part du constructeur de concevoir un avion d’arme mû par un turbopropulseur. Cet avion ne fut pas totalement un échec puisque la turbine XT-40 servit de base à la turbine T-56 du Lockheed C-130 Hercules. En outre on peut rapprocher le Skyshark du Westland Wyvern de la Fleet Air Arm.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : Douglas A2D Skyshark
Envergure : 15.24 m
Longueur : 12.56 m
Hauteur : 5.20 m
Motorisation : 1 turbopropulseur Allison XT-40-A-2
Puissance totale : 1 x 5100 ch.
Armement : 4 canons de 20mm
Charge offensive de 2 495kg (bombes, roquettes, charges de profondeur)
Charge utile : -
Poids en charge : 10417 kg
Vitesse max. : 805 km/h à 7500 m
Plafond pratique : 14500 m
Distance max. : 1025 Km (avec masse maximale)
Equipage : 1
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Douglas A2D Skyshark

Profil Couleur

Profil couleur du Douglas A2D Skyshark

Vidéo

Actuellement aucune vidéo n'est disponible dans nos bases de données

A voir également

0
Dans les dernières années de la Guerre Froide, l'aviation ouest-allemande recherchait de nouveaux moyens offensifs pour riposter aux risques d'attaques des forces du Pacte de...

0
En mai 1953, une spécification fut émise pour un chasseur supersonique à ailes en flèches ou à ailes delta pour essayer de concurrencer le...

0
Au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale la plupart des avionneurs américains et britanniques s'essayèrent à la conception d'avions de combat mû par turbopropulseur....
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.