Douglas B-19

Douglas B-19


Fiche descriptive

Appareil : Douglas B-19
Constructeur : Douglas Aircraft Company
Désignation : B-19
Nom / Surnom :
Code allié / OTAN :
Variante :
Mise en service : 1943
Pays d'origine : Etats-Unis
Catégorie : Bombardiers avant 1950
Rôle et missions : Bombardier lourd

Histoire

Douglas B-19 :
un bombardier lourd trop ambitieux

En 1935, l’US Army Air Corps lança le programme XBLR-2 (Experimental Bomber Long Range n°2, bombardier expérimental à long rayon d’action) consistant à produire un bombardier capable de frapper une cible en Europe occidentale depuis la côte Est des Etats-Unis, ou bien une cible en Asie à partir d’Hawaï. Trois constructeurs se mirent sur les rangs pour ce cahier des charges : Boeing, Douglas, et Martin.

Tandis que le troisième se retira rapidement, principalement en raison du développement de versions exports de son B-10, les deux autres proposèrent respectivement une version « musclée » de son XB-15 quadrimoteur pour Boeing et un appareil totalement novateur pour Douglas. Rapidement le Department of War (DoW, ministère américain de la guerre) sélectionna le programme de Douglas. Celui-ci reçut la désignation de B-19. Bien que les plans furent rapidement présentés, de même qu’une maquette à l’échelle un dixième, il fallu attendre cinq ans pour voir le prototype assemblé.

Celui-ci se présentait sous la forme d’un quadrimoteur monoplan à aile basse cantilever disposant d’un empennage classique de grande taille. En effet ce qui frappait immédiatement en voyant le B-19, c’était sa taille imposante. Il s’agissait alors du plus gros avion militaire conçu et construit au Etats-Unis. L’armement de l’avion était lui aussi imposant : six mitrailleuses de 7.62mm, cinq de 12.7mm ainsi que deux canons de 37mm répartis entre deux tourelles dorsales, un poste de tir dans le nez et un autre sous l’empennage, ainsi que deux sabord latéraux. Et ce sans compter la charge de bombes de presque huit tonnes et demi, un tonnage alors jamais vu. Côté motorisation, le B-19 présentait aussi des innovations surprenantes avec ses quatre moteurs en étoile Wright R-3350-5 d’une puissance unitaire de 2 000 chevaux, une puissance totale là encore jamais utilisée sur un bombardier. Le prototype XB-19 effectua son premier vol le 27 juin 1941.

Ce premier vol intervint trop tard pour que le Bomber Command de la Royal Air Force ne s’intéresse à l’avion. A cette époque l’Angleterre était sous le feu des chasseurs et bombardiers allemands, et s’orientait donc en priorité vers les machines construites par les avionneurs britanniques. La neutralité théorique des Etats-Unis obligeait les industriels à la plus grande discrétion dans les livraisons d’avions d’arme à la RAF et à la Fleet Air Arm. Et le B-19 n’était pas particulièrement le genre d’avion à passer inaperçu.

Ainsi, il passait tellement peu inaperçu qu’il servit même à la propagande américaine sur les moyens aériens de l’USAAC. Sur l’exemple du Bolling Field Display de janvier 1940, l’avion fut officiellement présenté au grand public en octobre 1941 comme étant l’avenir du bombardement aux Etats-Unis. Mais la réalité était autrement plus sombre pour Douglas.

En effet les essais en vol démontrèrent la sous-motorisation de l’avion, mais surtout que son armement si puissant était il était finalement trop difficile à mettre en œuvre. Résultat, l’US Army Air Corps passa commande pour des versions modernisées du Boeing B-17 en lieu et place des B-19 pourtant bien plus lourds.

L’entrée en guerre de l’Amérique quelques semaines plus tard relança l’intérêt du DoW pour le quadrimoteur de Douglas. Toutefois, l’état-major américain ordonna qu’on modifie la motorisation et cela fut fait avec le remplacement des quatre Wright en étoile par quatre moteurs en V construits par Allison et développant chacun 2 600 chevaux. L’idée était alors de développer un bombardier capable de frapper le Japon en représailles de Pearl Harbour. Mais là encore Boeing doubla Douglas avec un appareil nouveau, le B-29 Superfortress. Et le seul et unique B-19 ne fut donc pas suivit du quelconque avion de série. Le programme de développement fut donc officiellement abandonné en février 1943.

Toutefois le B-19 ne cessa pas immédiatement ses activités. L’US Army Air Force utilisa cette machine pour des essais d’armement défensif et pour la mise au point de nouvelles bombes. L’appareil ne changea pas de désignation. On envisagea même de modifier le B-19 de manière à ce qu’il serve d’avion de transport dans le cadre du développement de la bombe atomique, mais cela engageait trop de dépenses à l’administration, et le DoW se tourna donc vers l’US Navy pour fournir cet appui logistique au moyen de ses navires de guerre.

Finalement, le Douglas B-19 fut retiré du service en janvier 1946 et stocké à Davis Monthan-AFB où il fut ferraillé en avril 1949. Le B-19 demeura le plus gros avion d’arme américain jusqu’à l’entrée en service du Convair B-36. Toutefois à cette époque il avait déjà été détrôné de son statue de plus gros avion militaire américain par le Lockheed R6V Constitution de transport de l’US Navy. Bombardier n’ayant jamais bombardé, le B-19 figure tout de même parmi les avions de combat les plus surprenants de toute la Seconde Guerre mondiale.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : Douglas B-19
Envergure : 64.60 m
Longueur : 40.20 m
Hauteur : 13.00 m
Motorisation : 4 moteurs en V Allison V-3420-11
Puissance totale : 4 x 2600 ch.
Armement : 6 mitrailleuses de 7.62mm
5 mitrailleuses de 12.7mm
2 canons de 37mm
8480kg de bombes.
Charge utile :
Poids en charge : 74400 kg
Vitesse max. : 425 km/h à 6850 m
Plafond pratique : 12000 m
Distance max. : 6800 Km (à masse maximale)
Equipage : 18
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Douglas B-19

Profil Couleur

Profil couleur du Douglas B-19

Vidéo

Présentation du B-19 en 1941

A voir également

0
En 1938, dans l'intention de remplacer ses Junkers Ju-86 B3 et une partie de ses SAAB B 17, la force aérienne suédoise adressa aux...

0
Nation souvent considérée comme mineure dans l'histoire aéronautique, l'Argentine a toujours su conserver une relative indépendance vis à vis des constructeurs américains et européens....

0
Le B-26 Marauder entra en service en 1939 et il est pris rapidement le surnom de "Widow maker" ("faiseur de veuves"). Ce surnom était...
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.