EKW (K+W) C-36 Schlepp

EKW (K+W) C-36 Schlepp


Fiche descriptive

Appareil : EKW (K+W) C-36 Schlepp
Constructeur : Eidgenoessische Konstruktionswerkstaette
Désignation : C-36
Nom / Surnom : Schlepp
Code allié / OTAN :
Variante :
Mise en service : 1942
Pays d'origine : Suisse
Catégorie : Bombardiers avant 1950
Rôle et missions : Chasseur-bombardier, attaque au sol, remorquage de cibles

Histoire

EKW (K+W) C-36 Schlepp :
le «Sturmovik» helvète

Petit pays enclavé entre des puissances belligérantes, la Suisse fait reconnaître sa neutralité et l’inviolabilité de son territoire lors du congrès de Vienne en 1815 suite aux guerres napoléoniennes. Face à la montée des ambitions hégémoniques des régimes d’Hitler et de Mussolini, la Suisse décide tout de même de s’armer davantage. Dès le début des années 1930, les Forces aériennes suisses alignent des avions plus modernes grâce à la fabrication, sous licence, d’appareils étrangers tels le Dewoitine D-27 et le Fokker C.V ainsi que du EKW C-35 helvète.  À la veille de la deuxième guerre mondiale, la Suisse acquiert également des Messerschmitt Bf-109. Au déclenchement du conflit, l’armée de l’air suisse ne dispose toutefois que de 86 chasseurs et 121 appareils de reconnaissance et d’appui aérien: 56 Dewoitine D-27, 38 Messerschmitt Bf-109, 60 Fokker C.V et 78 EKW C-35. Ces lacunes sont en partie comblées en 1940 par l’achat de 89 Bf-109 supplémentaires et par l’arrivée de 74 chasseurs Morane-Saulnier D-3800. Construit sous licence par l’entreprise EidgenössischeKonstruktionswerkstätten (EKW), le D-3800 est une version améliorée du Morane-Saulnier 406 de conception française. Le succès fulgurant du Blitzkrieg en Pologne confirme par ailleurs la nécessité de disposer d’un chasseur-bombardier capable de s’attaquer avec succès aux blindés.

Ce rôle incombera à l’EKW C-36, un avion pourtant initialement rejeté par les dirigeants suisses. Le C-36 a été conçu dès 1934 par M. Thouret, ingénieur chez EKW. À la même époque, une autre équipe d’EKW dresse les plans du C-35, un biplan semblable au Fokker C.V, mais aux performances supérieures à l’avion allemand. Le gouvernement suisse privilégie le C-35 en 1936, car considérée l’option la moins risquée face au concept innovateur du C-36. Lle projet C-36 est toutefois relancé en 1938 et le prototype s’envole dès 1939.

Dès les vols initiaux du premier prototype C-3601, reconnaissable à ses extrémités de voilures arrondies et au train d’atterrissage fixe, le nouvel avion démontre la justesse des performances prévues par son concepteur, mais les pilotes déplorent le manque de puissance du moteur Hispano-Suiza 12 YCrs (860 CH). En août 1939, l’appareil est livré à l’armée de l’air suisse pour d’autres essais. Lors d’un de ces vols, l’aile se met à vibrer et l’appareil s’écrase au sol après que le pilote ait sauté en parachute. Propulsé par un Hispano-Suiza 12 Y-51 de 1000 CH et avec une voilure renforcée, le second prototype C-3602 sort des ateliers en 1940. Satisfaite de l’appareil, la Force Aérienne Suisse commande une dizaine d’exemplaires qui entrent en service à compter de 1942.

La première version du C-3603 produite en série est équipée du moteur-canon Hispano-Suiza12 Y-51 muni d’un canon Oerlikon de 20mm tirant à travers le moyeu de l’hélice. Elle est dotée d’un train d’atterrissage rétractable ainsi que de deux mitrailleuses de 7,5mm dans les ailes et de deux autres mitrailleuses de 7,5mm actionnées par l’observateur-mitrailleur situé à l’arrière du pilote. Mis à part la bi-dérive, qui laisse un champ de visée plus nette pour le mitrailleur, l’EKW C-3603 est d’apparence similaire au célèbre appareil soviétique Ilyushin Il-2 et il reçoit conséquemment le surnom de «Sturmovik helvète». Caractérisée par une envergure plus faible, des extrémités d’ailes carrées et autres modifications pour améliorer les performances, la version C-3603-1, sera fabriquée à 148 exemplaires qui sont livrés en 1943 et 1944. En 1948, six nouveaux C-3603-1 sont fabriqués avec les pièces inutilisées de rechange gardées pour réparer les appareils endommagés durant le conflit.

Comme le C-3603-1 est un avion facile à piloter, il est rapidement utilisé pour de multiples tâches. Dès 1945, un C-3603 est mis à l’essai comme remorqueur de cible pour l’artillerie anti-aérienne. Il est muni d’un treuil électrique, manipulé par l’observateur assis sur le siège arrière, qui permet d’éloigner ou de rapprocher une manche-à-air fixé au bout d’un filin en acier. L’expérience est concluante et 20 autres appareils, dénommés Schlepp (remorqueur en allemand) sont mis en service.

Les C-3603-1 patrouillent les frontières suisses jusqu’en 1952, quand ils sont graduellement remplacés par le DH 100 Vampire. Le Vampire est toutefois mal adapté au rôle de «tueur de blindés»et une alternative s’avère nécessaire. Muni du moteur Saurer YS-2 de 1250 CH, et de deux canons additionnels de 20 mm dans la voilure, le C-3604 s’envole pour une première fois en 1954. Il est construit à 12 exemplaires, mais son emploi est limité dû à des problèmes de fiabilité du moteur. Le programme C-3604 est finalement abandonné en 1956, soit la même année que le premier vol de l’avion à réaction d’attaque au sol FFA P-16, également de conception suisse.

Les C-3603-1 transformés en remorqueur de cibles continuent à servir au-delà des années 1950, mais les moteurs Hispano-Suiza commencent à se faire vieux. Les cellules des C-3603-1 étant encore en très bon état, l’avionneur EKW propose alors de les doter d’un turbopropulseur Lycoming T53-L-7 de 1 100 CH. Ces derniers étant plus légers que les moteurs d’origine, le nez de l’appareil est allongé de 1,8 mètre, afin de ne pas décaler le centre de gravité. L’empennage est muni d’un troisième stabilisateur vertical et un système hydraulique remplace l’ancien treuil. Le premier vol du C-3605 a lieu en 1968. Le prototype démontrant des performances satisfaisantes, 23 autres C-3603-1 sont transformés en C-3605 Schlepp. Devant servir jusqu’en 1980, ce n’est qu’à compter de 1987 qu’ils sont finalement remplacés par d’autres appareils.  Le long nez de l’EKW C-3605, plus tard nommé F+W C-3605 (EKW devenant Farner-Werke à compter de 1972) lui a valu les sobriquets de «fourmilier alpin» et de «zèbre» dû à sa livrée voyante de lignes jaunes et noires.

Lors du secondconflit mondial, la Suisse s’est doté d’un impressionnant système de défense antiaérien afin de protéger son territoire contre toute intrusion des pays belligérants. À la fin du conflit, la Force aérienne suisse alignait, en première ligne, 10 escadrilles d’EKW C-3603, 20 munies de Morane-Saulnier D-3800 et 9 dotées de Bf109. Répondant avec fermeté à toute violation de son espace aérien dès 1940, les chasseurs helvètes abattent 11 avions allemands au prix de trois des leurs. Un autre pilote suisse est tué en 1944 par le mitrailleur d’un bombardier américain. En tout, 244 avions étrangers sont contraints de se poser ou sont abattus par les intercepteurs de la Force aérienne suisse et la DCA durant le conflit. Bien que l’EKW C-36 n’ait pas eu à s’attaquer aux blindés nazis et alliés, le «Sturmovik helvète» a tout de même largement contribué à la protection de l’espace aérien suisse et, dans un autre rôle moins glorieux mais tout de même essentiel, poursuivi sa carrière pendant près d’un demi- siècle.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : EKW C-3603
Envergure : 13.70 m
Longueur : 10.30 m
Hauteur : 3.30 m
Motorisation : 1 moteur Hispano-Suiza 12Y-51
Puissance totale : 1 x 1085 ch.
Armement : 1 canon de 20 mm
4 mitrailleuses de 7,5 mm
400 kg de bombes
Charge utile :
Poids en charge : 4085 kg
Vitesse max. : 446 km/h
Plafond pratique : 8700 m
Distance max. : 680 Km
Equipage : 2
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du EKW (K+W) C-36 Schlepp

Profil Couleur

Profil couleur du EKW (K+W) C-36 Schlepp

Vidéo

F+W C-3605 Schlepp en meeting

A voir également

0
Dans l'intention de donner un remplaçant à son bombardier en piqué biplace SBD Dauntless, en service depuis 1940, la firme Douglas étudia à la...

0
Lorsque les troupes allemandes entrèrent en France au printemps 1940, elles étaient loin de se douter qu'elles allaient trouver des dizaines d'avions appelés à...

0
Mis en service en 1941, ce bombardier léger bimoteur fut construit en grand nombre jusqu'en 1944. Le DB-7 était un puissant avion d'attaque, agréable...
Marcel
Fils d’un militaire de l’armée de l’air canadienne (il est tombé dedans quand il était petit…) et biologiste qui adore voler en avion de brousse, ce rédacteur du Québec apprécie partager sa passion de l'aéronautique avec la fraternité francophone d’Avions Légendaires.