Focke-Wulf Fw 58 Weihe

Focke-Wulf Fw 58 Weihe


Fiche descriptive

Appareil : Focke-Wulf Fw 58 Weihe
Constructeur : Focke-Wulf Flugzeugbau GmbH
Désignation : Fw 58
Nom / Surnom : Weihe
Code allié / OTAN :
Variante :
Mise en service : 1937
Pays d'origine : Allemagne (IIIe Reich)
Catégorie : Avions de transport
Rôle et missions : Avion de transport léger, avion d'entraînement avancé, avion de reconnaissance côtière, avion d'évacuation sanitaire, chasseur de nuit.

Histoire

Focke-Wulf Fw 58 Weihe :
Le busard de la Luftwaffe

Alors que les grandes puissances laissent Adolf Hitler réarmer son pays, les avionneurs allemands vont faire naitre ça et là des projets très ambitieux, de chasseurs, de bombardiers, mais aussi d’appareils de transport ou d’entrainement. Si l’Histoire a surtout retenu les avions les plus offensifs, il ne faut pas oublier que les plus grands avionneurs allemands ont également conçus et construits des appareils de soutien, des appareils secondaires. L’un des exemples types de ces avions est le Weihe, un petit bimoteur de transport léger et d’entrainement conçu par l’un des plus célèbres avionneurs allemands, Focke-Wulf, sous la désignation de Fw 58.

En janvier 1935, le RLM (ministère nazi de l’air) charge l’avionneur Focke-Wulf d’étudier un petit bimoteur capable de missions de transport léger, de liaisons, mais aussi d’entraînement pour les équipages de multimoteurs. Les ingénieurs allemands vont alors se tourner vers le monoplan alors même que les britanniques s’orientent vers des biplans comme le De Havilland Dominie.

Focke-Wulf crée donc un monoplan à aile basse dotée de haubans, construit sur une structure de tubes d’acier, recouverts de plaques d’acier et de toile. L’empennage classique dispose lui aussi de haubans au niveau de son plan horizontale. Le nouvel avion est doté de deux moteurs en V inversé dans les nacelles où rentrait le train d’atterrissage. Celui-ci dispose également d’une roulette de queue orientable. Dès le départ l’appareil est prévu pour emporter une mitrailleuse sur un poste de tir mobile dorsal. Focke-Wulf désigne son avion Fw 58 et le baptise Weihe, busard en allemand. Il effectue son premier vol en juillet 1935.

La toute jeune Luftwaffe passe commande pour une centaine de Weihe pour des missions de transport léger, de transport d’état-major, et de liaison à moyenne distance sous la désignation de Fw 58B1. Alors que les livraisons ont commencé, l’avionneur se lançe dans le développement du deuxième prototype, celui relatif à l’avion d’entraînement multimoteur. En lieu et place de l’unique poste de tir dorsal, Focke-Wulf en installe un second dans le nez, mobile lui aussi, mais vitré. Les avions de série issus de ce prototype portent la désignation de Fw 58B2. La Luftwaffe commençe à s’en doter également en 1937. Arrivés trop tardivement pour servir réellement pendant la Guerre d’Espagne, les Fw 58 deviennent prioritaires pour l’avionneur, d’autant qu’Arado annonçe alors sa volonté de construire une machine similaire. En 1938, apparue une nouvelle version, mieux renforcée, et plus polyvalente car capable de remplir des missions d’entrainement radio, d’évacuation sanitaire, de transport de haute personnalité, ou encore de reconnaissance côtière. Cette version fut désignée Fw 58C.

Plus de 200 Weihe ont été vendus à des clients étrangers entre 1938 et 1942. En effet, l’Argentine, mais aussi la Chine, les Pays-Bas ou la Suède achètent des Fw 58 pour des missions aussi divers que le transport léger, l’entrainement au tir, ou encore l’évacuation sanitaire. Début 1939, le Brésil obtient même une licence de fabrication pour 25 avions de ce type construits par la Fabrica de Galleao. L’ironie de l’Histoire a voulu que les futurs pilotes brésiliens ont appris à voler sur multimoteurs dans leur pays sur Weihe, avant de passer sur North American B-25 Mitchell en Europe. En effet, en 1941 le Brésil a rejoint les Alliés.

Le IIIème Reich a livré également des Fw 58 à ses principaux alliés ou « états satellites » comme l’Autriche, la Bulgarie, ou la Hongrie. À l’époque, l’Autriche utilise notamment ses Weihe pour des missions de bombardement léger, mais jamais au combat, face aux Alliés. En 1939, les Weihe autrichiens sont intégrés dans la Luftwaffe.

Durant la Seconde Guerre mondiale, les Fw 58 de transport ont sillonné tous les champs de bataille, les territoires occupés, et bien entendu l’Allemagne. En 1940, la Kriegsmarine fit savoir son intention d’acquérir des Weihe en version hydravion, c’est la raison pour laquelle une vingtaine de Fw-58C furent dotés de flotteurs en lieu et place du train d’atterrissage. Malgré la rapidité d’éxecution des usines Focke-Wulf, le contrat fut annulé et les appareils, désignés Fw-58W ont tous reversé à une unité de transport et de sauvetage sur hydravion de la Luftwaffe. Trois d’entre eux au moins ont servit depuis l’étang de Biscarrosse en France pour les liaisons rapides et l’entraînement des pilotes d’hydravions.

Mais l’un des rôles les plus surprenants pour le petit bimoteur apparu début 1942 quand la Luftwaffe exigea la transformation d’une trentaine de Fw-58C en chasseurs de nuit pour servir sur le Front de l’Est. En effet, ces Weihe, désignés Fw-58N, étaient chargés de poursuivre les avions de harcèlement soviétique, notamment les lents mais redoutables biplans Polikarpov U-2. Les Weihe de chasse nocturne sont biplaces, le nez de l’avion renfermant le radar, et son armement se limitant à deux canons de 20mm tirant obliquement depuis l’extrados du fuselage, à la manière des Do-217N. Ils servirent sur le Front de l’Est jusqu’en décembre 1944, jusqu’à leur remplacement complet par les Heinkel He-219. Quelques Focke-Wulf Fw 189 spécialement modifiés comme plate-forme radar de chasse nocturne ont été adoptés fin 1943 par les unités de l’Est. Mais devant la fragilité du Fw-189, l’aviation allemande a préféré conserver ses Weihe jusqu’à l’arrivée des bimoteurs Heinkel.

Le Fw 58 est souvent considéré comme l’équivalent allemand de l’Avro Anson britannique, mais bien moins célèbre que son homologue allié. Quelques 1350 Weihe ont pourtant été construit entre 1935 et 1943, et il est un des rares avions de la Luftwaffe conçu avant guerre, à n’avoir quasiment pas évolué, malgré son utilisation durant tout le conflit. Les Fw 58 de l’aviation allemande n’ont jamais enflammé l’inconscient collectif mais ils ont su remplir leurs missions, tout en se taillant une réputation d’aéronefs faciles à entretenir et agréables à piloter, notamment à basse altitude. De nos jours, le Tecknik Museum allemand dispose toujours d’un Weihe, tandis qu’un avion similaire est exposé au National Air & Space Museum américain dans une superbe livrée grise.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : Focke-Wul Fw 58C Weihe
Envergure : 21.10 m
Longueur : 14.00 m
Hauteur : 3.90 m
Motorisation : 2 moteurs en V inversé Hirth HM508D
Puissance totale : 2 x 260 ch.
Armement : Une mitrailleuse MG15 de calibre 7.92mm
Charge utile : Six passagers ou 750 kg de fret léger.
Poids en charge : 3600 kg
Vitesse max. : 270 km/h à 3000 m
Plafond pratique : 5600 m
Distance max. : 800 Km à charge maximale.
Equipage : 2
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Focke-Wulf Fw 58 Weihe

Profil Couleur

Profil couleur du Focke-Wulf Fw 58 Weihe

Vidéo

Diaporama sur le Fw 58

A voir également

0
Cet appareil est issu du souhait de Jean Stampe de construire un biplan d’entraînement comportant un accès aisé vers le siège avant, le cahier...

0
Si, au cours de son histoire de l'aviation, la Finlande n'a conçu et réalisé qu'un seul chasseur, le Myrsky II, elle a cependant produit...

0
En 1931, l'état major de l'Armée de l'Air émit un cahier des charges relatif à un avion d'entraînement intermédiaire biplace sous la désignation d'E2....
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.