FICHE DESCRIPTIVE

Appareil : Fokker S-11 Instructor
Constructeur : NV Koninklijke Nederlandse Vliegtuigenfabriek Fokker
Désignation : S-11
Nom / Surnom : Instructor
Code allié / OTAN :
Variante : Fokker Brazil T-21, Aermacchi M416.
Mise en service : 1949
Pays d'origine : Pays-Bas
Catégorie : Avions d'entraînement
Rôle et missions : Avion d'entrainement primaire, sélection en vol, voltige aérienne.

HISTOIRE

Fokker S-11 Instructor :
Une belle réussite de l'industrie aéronautique néerlandaise”

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale l’industrie aéronautique néerlandaise était, à l’instar de son homologue française, totalement réduit à plus grand chose. Hormis travailler au profit des occupants allemands les usines de Fokker et des autres avionneurs hollandais n’avaient pas de rôle précis. Mais une fois la paix revenue ingénieurs et ouvriers se remirent au travail et l’une des premières créations de ce pays fut un très réussi petit avion d’entraînement primaire : le Fokker S-11 Instructor.

En 1945 quand les Pays-Bas retrouvèrent la pleine possession de leurs droits les industries se relancèrent. Fokker fut une des premières. Une constatation sautait alors aux yeux de nombreux ingénieurs : malgré les progrès technologique de la guerre l’enseignement de base reposait encore trop fréquemment sur des biplans ou des monoplans à cockpit ouvert, c’est à dire des avions d’un autre temps. L’avancée technologique n’avait pas été la même dans l’aviation d’entraînement que dans celle de la chasse.

De ce fait plusieurs constructeurs lancèrent des programmes visant à fournir de tels avions modernes. Pour Fokker cela prit la forme d’un petit monoplan radicalement nouveau : le S-11. Les premiers travaux débutèrent début 1946 et le prototype fut assemblé moins d’un an et demi plus tard.
Extérieurement le Fokker S-11 était un monoplan d’entraînement à aile basse cantilever et train d’atterrissage classique fixe de construction majoritairement métallique. Sa propulsion était assurée par un moteur à six cylindres à plat Lycoming O-435A d’une puissance de 193 chevaux entraînant une hélice bipale en métal. Désarmé l’avion était prévu pour un équipage de deux membres : élève et instructeur.
C’est dans cette configuration que le prototype réalisa son premier vol le 18 décembre 1947.

Rapidement une première commande arriva de la force aérienne des Pays-Bas pour trente-six exemplaires de la version S-11-1. Les aviateurs néerlandais lui octroyèrent le patronyme d’Instructor. Ils furent imités en 1949 par l’aéronavale néerlandais qui acheta de son côté douze exemplaires supplémentaires.
Dès lors les S-11-1 néerlandais devinrent les principaux avions d’entraînement de base, de sélection en vol, et d’entraînement à la voltige aérienne jusqu’à la fin des années 1970. A cette époque devenus obsolètes ces avions furent remplacés par des Pilatus PC-7 Turbo Trainer plus évolués.

Mais les aviateurs hollandais ne furent pas les seuls à voler sur Fokker S-11 Instructor.
En 1950 la jeune Heyl Ha’Avir cherche un avion d’entraînement pas trop onéreux afin de former ses futurs pilotes mais aussi de rationaliser sa flotte. Celle-ci consiste en effet à l’époque en plusieurs modèles différents dont Beechcraft Bonanza, trois De Havilland DH.82 Tiger Moth, deux RWD type 8, et deux RWD type 13 hérités de feue Sherut Avir. L’aviation israélienne comptait également en profiter pour se débarrasser d’avions qui lui avaient été offert et dont elle n’avait pas besoin à l’image de son unique De Havilland Canada DHC-1 Chipmunk ou encore de ses deux Vultee BT-13 offerts par un homme d’affaire américain. Des avions d’entraînement qui ne permettaient pas aux Israéliens de disposer d’une école de pilotage conforme à leurs aspirations. Ce fut finalement chose faite avec la commande de quarante exemplaires désignés S-11-2 et livrés entre 1951 et 1954.
Pour la petite histoire le donateur des deux BT-13 offrit en 1953 un 41ème S-11-2 acheté avec ses propres deniers. Il ne vola jamais mais servit de plastron au sol pour les élèves mécaniciens.
Heyl Ha’Avir ne vola pas longtemps sur ces avions puisqu’ils furent retirés du service en 1957. Il semble qu’ils n’étaient pas adapté au climat du Proche-Orient.

Après la commande israélienne il devint évident que le S-11 Instructor était taillé également pour l’export.
En 1953 les dirigeants de Fokker signèrent deux contrats d’export pour des versions désignées S-11-3 et S-11-4 respectivement destinées à l’Italie et au Brésil. Et tous demandèrent que les avions soient construits sous licence dans ces pays.
Seul souci pour le Brésil il ne possédait pas d’ateliers dignes de ce nom. Du coup l’avionneur néerlandais créa une branche sud-américaine sous la raison sociale de Fokker Brazil. Cette entreprise assembla, à partir de lots de pièces envoyés par bateau depuis les Pays-Bas, un total de 95 exemplaires sur les 99 commandés. Dans la nomenclature brésilienne les S-11-4 devinrent des Fokker T-21. Ils resteront en dotation jusqu’au début des années 1970 et leur remplacement par les Neiva T-25 de facture indigène.

Le cas des Fokker S-11-3 Instructor italiens est sensiblement différent. En effet l’Aeronautica Militare qui avait acheté 180 exemplaires l’avait fait en deux commandes distinctes. Une première pour 70 exemplaires assemblés par Meridionali à partir de pièces envoyés par rail depuis les Pays-Bas et une seconde pour des avions construit intégralement en Italie. C’est Aermacchi qui se chargea de cette partie et donna à l’avion la désignation de M416.
Des avions qui formèrent les futurs pilotes italiens des années 1950 à la fin des années 1960 laissant ensuite la place aux SIAI-Marchetti SF.260 bien plus évolués.

Il est à signaler qu’au début des années 1970 le gouvernement brésilien revendit sur le marché de seconde main deux lots de Fokker S-11 Instructor. Huit allèrent à la Bolivie et et huit autre au Paraguay et le point intéressant c’est que ces deux pays les remplacèrent par le même modèle d’avion : l’Aerotec T-23 de facture brésilienne.

Si aujourd’hui plus aucun Fokker S-11 Instructor militaire ne vole dans le monde une bonne soixantaine existe dans les registres civils. Ils se présentent fréquemment lors de meetings aériens en Europe et aux États-Unis où ils sont particulièrement prisés pour leurs capacités de voltige et leur pilotage aisé.
Le Fokker S-11 a donné naissance au S-12 plus moderne mais construit en plus petite série.

PHOTOS

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES

Modèle : Fokker S-11-2 Instructor
Envergure : 11.00 m
Longueur : 8.17 m
Hauteur : 2.40 m
Motorisation : 1 moteur à plat Lycoming O-435A
Puissance totale : 1 x 193 ch.
Armement : Aucun
Charge utile :
Poids en charge : 1100 kg
Vitesse max. : 210 km/h au niveau de la mer
Plafond pratique : 3850 m
Distance max. : 600 Km à masse maximale.
Equipage : 2
[...] Passez dans le comparateur...

PLAN 3 VUES

Plan 3 vues du Fokker S-11 Instructor

PROFIL COULEUR

Profil couleur du Fokker S-11 Instructor


Publicité

VIDÉO

Vidéo d'archives du Fokker S-11 Instructor