Fouga CM.88 Gémeaux

Fouga CM.88 Gémeaux


Fiche descriptive

Appareil : Fouga CM.88 Gémeaux
Constructeur : Potez Air Fouga
Désignation : CM.88
Nom / Surnom : Gémeaux
Code allié / OTAN :
Variante :
Mise en service : 1951
Pays d'origine : France
Catégorie : Avions expérimentaux
Rôle et missions : Avion expérimental, banc d'essais volant

Histoire

Fouga CM.88 Gémeaux :
L'étonnant jet double fuselage français

Apparu au lendemain de la Seconde Guerre mondiale avec le surprenant chasseur North American F-82 Twin Mustang de l’US Air Force le concept du double fuselage n’a connu qu’un succès très limité. Il faut dire que mis à par ce bimoteur américain on ne lui connait qu’un seul véritable proche parent, un petit jet conçu en France au début des années 50 pour servir de banc d’essais volant à une nouvelle génération de réacteurs légers : le Fouga CM.88 Gémeaux.

En fait cet avion s’inscrit directement dans la droite lignée du monoréacteur CM.8 Cyclone conçu quelques mois auparavant. En effet celui avait volé avec de réacteurs légers, mais n’avait pas convaincu les responsables, à la fois de Fouga, du motoriste Turboméca, et de l’Armée de l’Air pour servir de banc d’essais au futur Marboré, un turboréacteur de nouvelle génération censé propulsé le futur avion d’entraînement standard français, le CM.170 Magister alors en cours de développement.

Afin de faire des économies le CM.88 Gémeaux fut assemblé à partir de deux CM.8 collés l’un à l’autre par un plan d’aile central et par l’empennage. De ce fait ce dernier avait une forme de W assez surprenante. Si le pilote prenait place dans le cockpit de droite, celui de gauche était occupé par un ingénieur d’essais qui faisait aussi office de copilote. Pour communiquer entre eux les deux hommes disposaient d’un téléphone interne et non d’une radio comme cela se faisait alors.

Pour des raisons de sécurité, vis à vis de son nouveau réacteur, Turboméca demanda que le premier vol du Gémeaux se fasse aux moyens des deux réacteurs Piméné d’origine. Le premier vol du CM.88R Gémeaux intervint le 6 mars 1951.

Si celui si ce déroula relativement bien, à partir du centre d’essais de Melun Villaroche, il en fut autrement de l’atterrissage, assez chaotique, de par l’architecture même de l’avion. C’est la raison pour laquelle le Centre d’Essais en Vol envoya deux de ses pilotes d’essais au États-Unis pour apprendre à voler sur un avion à double fuselage, et donc bien évidemment sur F-82 Twin Mustang. Pourtant l’expérience ne fut pas concluante car celui-ci était mû par des moteurs à pistons tandis que le CM.88R était un jet. À leur retour l’avion avait quelque peu changé.

En effet les deux Piméné avaient été démontés et remplacés par un unique Marboré Mk-I de 360kg de poussée. De ce fait le CM.88R était devenu Gémeaux II. Le réacteur était installé entre les deux fuselages, et sa tuyère était orientée vers la partie centrale de l’empennage en W. C’est dans cette configuration qu’il repris ses essais en vol le 16 juin 1951. Si l’avion était plus stable, la poussée semblait encore un peu faible pour les militaires qui demandèrent à Turboméca de booster un peu le réacteur. C’est ainsi que naquirent quasi conjointement le Marboré Mk-II et le Gémeaux III. La nouvelle motorisation faisait gagner un peu plus de 10% de puissance au CM-88R qui revola ainsi à partir d’août 1951.

Là les essais furent considérés comme satisfaisant pour les militaires qui passèrent commande de ce nouveau propulseur pour les besoins du Magister. Dès lors il semblait bien que le sort de ce petit biplace soit scellé.

Mais c’était compter sans Turboméca qui comptait bien exploiter le Fouga CM.88 jusqu’au bout. En effet le motoriste avait développé une version civile du Marboré, sous la désignation d’Aspen I et II d’une puissance respective de 200 et 360kg de poussée. Ces deux réacteurs furent donc montés sur le jet double fuselage de Fouga qui changea de nouveau de désignation pour devenir Gémeaux IV et Gémeaux V. Ces essais civils furent menés avec là encore l’aide du CEV entre novembre 1951 et juillet 1952.

Finalement le Fouga CM.88 Gémeaux fut arrêté de vol, et stocké par les équipes du Centre d’Essais en Vol, avant de rejoindre une école de mécanicien de l’Armée de l’Air où il servit de plastron technique au sol jusqu’au début des années 1960. Ensuite il semble bien que cet étonnant prototype ai été ferraillé purement et simplement.

Appareil surprenant à bien des égards, discret pour ne pas dire secret, le CM.88 Gémeaux fut l’un des artisans de la réussite à la fois du Magister mais aussi de Turboméca. Et pourtant au départ ce biplace avait tout d’un bricolage de fond de hangar.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : Fouga CM.88R Gémeaux III
Envergure : 10.76 m
Longueur : 6.66 m
Hauteur : 1.93 m
Motorisation : 1 réacteur Turboméca Marboré Mk-II
Puissance totale : 1 x 400 kgp. sans post-combustion.
Armement : Aucun.
Charge utile :
Poids en charge : 1170 kg
Vitesse max. : 400 km/h à 5500 m
Plafond pratique : 10000 m
Distance max. : 850 Km à charge maximale.
Equipage : 2
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Fouga CM.88 Gémeaux

Profil Couleur

Profil couleur du Fouga CM.88 Gémeaux

Vidéo

Actuellement aucune vidéo n'est disponible dans nos bases de données

A voir également

0
En 1951, le Ministère de l'Air annonça son intention d'acquérir un avion de chasse et d'attaque au sol avec des capacités accrues de décollage...

0
A partir de 1943, les bombardiers lourds américains faisaient peser une menace permanente sur le Japon, et notamment du fait de la relative incapacité...

0
Le Pulqui I permit à l'Argentine de joindre, en 1947, le cercle restreint des pays ayant alors développé et fait voler un avion à...
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.