Hanriot H-232

Hanriot H-232


Fiche descriptive

Appareil : Hanriot H-232
Constructeur : Aeroplanes Hanriot et Cie
Désignation : H-232
Nom / Surnom :
Code allié / OTAN :
Variante : H-230
Mise en service : 1937
Pays d'origine : France
Catégorie : Avions d'entraînement
Rôle et missions : Avion d'entraînement avancé

Histoire

Hanriot H-232 :
Un bimoteur d'entraînement révolutionnaire

Dans la seconde moitié des années 30, l’Armée de l’Air entama une vaste campagne de modernisation de son parc aérien. Suite aux informations collectées par les services de renseignement concernant le réarmement allemand, il devint rapidement évident que la France était sous-équipée pour affronter ce potentiel ennemi. Outre les classiques bombardiers, chasseurs, et avions de reconnaissance, le programme de modernisation concernait également les appareils de servitude, et notamment machines d’entraînement et d’instruction. Parmi celles-ci on trouvait un appareil très novateur, malheureusement assemblés en petite quantité : le Hanriot H-232.

C’est à la fin de l’année 1936 que le Ministère de l’Air lança un programme classe T2, c’est à dire biplace de travail. Sous cette dénomination se cachait en réalité une petite révolution dans la manière de former en France les futurs pilotes militaires. En effet, le nouveau T2 était destiné à la formation des pilotes de multi-moteurs. Cinq constructeurs répondirent à l’appel d’offre : Bloch, Caudron, Hanriot, Potez, et Romano. Rapidement deux appareils se détachèrent du lot et un prototype de chacun de ces derniers fut commandé, le Bloch MB-500 et le Hanriot H-230.

Si le premier ressemblait à un très classique avion de transport léger, le second quant à lui avait vraiment tout d’un avion militaire, tant il ressemblait à un bombardier rapide ou à un chasseur lourd. Assez logiquement, c’est l’appareil de Hanriot qui fut donc sélectionné. Après plusieurs atermoiements sur la motorisation, l’équipement interne, et quelques autres détails Hanriot proposa enfin la version finale de son avion, le H-232.

Cet avion se présentait sous la forme d’un biplace bimoteur monoplan à aile médiane. Doté d’un train d’atterrissage tricycle classique escamotable et d’un empennage double dérive, le Hanriot H-232 était construit en bois entoilé et métal. Sa propulsion était assurée par deux moteurs en ligne Renault 6Q de 220 chevaux de puissance unitaire entraînant chacun une hélice bipale en métal. L’une des nouveautés était son cockpit biplace en tandem sur lequel l’instructeur prenait place à l’arrière sur un siège rehaussé lui donnant un meilleur champ de vision que l’élève. Bien que clairement destiné aux futurs pilotes d’avions d’armes, le H-232 ne disposait d’aucune mitrailleuse.

Le prototype réalisa son premier vol le 22 juillet 1937.

Devant l’innovation du programme, l’Armée de l’Air décida d’acquérir un total de quarante exemplaires pour la formation avancée et la transformation opérationnelle des futurs pilotes. Afin de renforcer le côté opérationnel des H-232, ils furent camouflés à la manière de certains avions de combat tels les Potez 63-11.

A l’export le bimoteur de Hanriot fut commandé à 22 exemplaires par la Finlande. Toutefois l’invasion allemande de la France au printemps 1940 changea radicalement la donne. Si 35 exemplaires avaient été livrés à l’Armée de l’Air, l’aviation finlandaise n’en avait reçut que deux. Rapidement la Luftwaffe comprenant le potentiel de cet avion décida de saisir quinze appareils et de les repeindre à ses couleurs. Ils furent affectés à une école de pilotage en France installée à Istres, là même où servaient auparavant la majorité des H-232. En somme, ils changeait de propriétaire, pas de base.

Par ailleurs, trois H-232 furent convoyés jusqu’en Finlande, alors alliée aux nazis. Si les deux premiers y servirent réellement, le dernier fut conservé comme pièce de rechange pour cannibalisation. Les bimoteurs Hanriot servir en Finlande jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Appareil méconnu et pourtant important dans l’histoire aéronautique française, le Hanriot H-232 fut le premier véritable bimoteur d’entraînement avancé de l’Armée de l’Air. Sa conception très novatrice et son utilisation en firent un auxiliaire précieux pour les Français qui en réutilisèrent quelques uns entre 1945 et 1948. Les Hanriot français furent désignés H-232-2 et les deux premiers appareils finlandais H-232-3.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : Hanriot H-232-2
Envergure : 12.76 m
Longueur : 8.55 m
Hauteur : 2.86 m
Motorisation : 2 moteurs en ligne Renault 6Q
Puissance totale : 2 x 260 ch.
Armement : Aucun
Charge utile :
Poids en charge : 2185 kg
Vitesse max. : 335 km/h à 3200 m
Plafond pratique : 5400 m
Distance max. : 1000 Km à charge maximale
Equipage : 2
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Hanriot H-232

Profil Couleur

Profil couleur du Hanriot H-232

Vidéo

Actuellement aucune vidéo n'est disponible dans nos bases de données

A voir également

0
Puissance aéronautique majeure durant la Seconde Guerre mondiale le Japon perdit en 1945, à l'instar de l'Allemagne, toute possibilité de développer des avions militaires....

0
Si aujourd'hui les jeunes élèves pilotes s'entraînent le plus souvent au tir air-air sur simulateurs ou dans des polygones ultra sécurisés contre des cibles...

0
A la fin des années 70, la firme SIAI-Marchetti lança sur fonds propres l'étude et le développement d'un nouvel avion à réaction censé pouvoir...
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.