Heinkel He 176

Heinkel He 176


Fiche descriptive

Appareil : Heinkel He 176
Constructeur : Ernst Heinkel Flugzeugwerke A.G.
Désignation : He 176
Nom / Surnom :
Code allié / OTAN :
Variante :
Mise en service : 1939
Pays d'origine : Allemagne (IIIe Reich)
Catégorie : Avions expérimentaux
Rôle et missions : Prototype d'avion à réaction

Histoire

Heinkel He 176 :
le premier jet

Ernest Heinkel était passionné par les records de vitesse, aussi étudia-t-il les performances que pourrait obtenir un avion propulsé par un moteur fusée. C’est dans cet esprit que fut conçu le Heinkel He 176. Durant de nombreuses années, l’histoire du He 176 est restée mystérieuse et ponctuée de fausses informations. Récemment, la découverte de documents, de la deuxième moitié des années 30, a permis de rétablir quelques vérités. Avant le He 176, d’autres avions avaient déjà volé en utilisant une propulsion par fusée, notamment, le Lippisch « Ente ». Cependant ces appareils avaient tous utilisé des fusées à carburant solide. Le He 176 fut le premier avion au monde à voler au moyen, uniquement, d’une fusée à carburants liquides.

La conception de l’appareil débuta à la fin de 1936. En juillet de l’année suivante, les plans, les croquis détaillés étaient achevés et la construction du prototype put débuter. Celle-ci se déroula dans le Sonderentwicklung I, un atelier isolé de l’usine Heinkel à Rostock-Marienehe. L’équipe Künzel dessina un avion optimisé pour la poussée du moteur. Le résultat ressembla d’ailleurs davantage à un moteur enveloppé par un fuselage qu’à un avion ! Il était de très petite taille : le fuselage avait 5,40 mètres de longueur et 74 cm de large. L’habitacle faisait tout juste 1 mètre de profondeur et il était très étroit. Le pilote devait se tenir recroquevillé sur son siège avec les genoux à la hauteur des épaules ; cependant, il offrait une très bonne visibilité.

Le prototype fut équipé d’un train d’atterrissage escamotable classique avec une roulette arrière. Les concepteurs savaient que les hautes vitesses qui devaient être atteintes par le He 176 poseraient un problème pour le pilote, du fait de sa position, en cas d’évacuation d’urgence. L’avant de l’avion fut redessiné : désormais, l’habitacle pouvait être largué grâce à des charges explosives, ensuite, un parachute se déployait afin de ralentir la chute de la cabine, ce qui donnait davantage de temps au pilote pour évacuer de manière plus conventionnelle. Les ailes étaient semi-elliptiques avec un bord d’attaque droit, elles présentaient un dièdre positif.

Pourtant,au cours de 1937,les autorités abandonnairent le projet.Cependant, Heinkel avec l’accord du RLM, poursuivit le développement du He 176 sur ses fonds propres. Dans la première quinzaine de juillet 1938, le He 176 fut testé avec succès dans la soufflerie de Göttingen. Le prototype fut alors transféré à Peenemünde, sur la petite île de Usedom dans la mer Baltique. Cette base était réservée aux essais des nouvelles armes développées par l’Allemagne nazie, où les conditions de sécurité et de secret militaire étaient bien meilleures qu’ailleurs.

Les premiers essais en vol propulsé par fusée eurent lieu en mars 1939. Ils se limitèrent tout d’abord à des sauts de puce du fait de la très faible quantité de carburant embarquée. Début juin, le He 176 était prêt à effectuer ses premiers véritables tests en vol ; le Flugkapitän Erich Warsitz alluma le moteur fusée et le petit avion bondit hors de la piste à pleine vitesse. Le moteur n’était pas directement en cause, cela tenait au fait que la poussée n’était pas réglable, elle était soit à zéro, soit maximale ! Si Warsitz n’avait pas eu le réflexe de couper immédiatement l’alimentation, le Heinkel serait sûrement parti en tonneaux. Le moteur fut alors remplacé par un Walter HWK R.I-203 dont la poussée de 300 kg pouvait être contrôlée. Les carburants alors utilisés étaient le T-Stoff, peroxyde d’hydrogène, et le Z-Stoff, permanganate de calcium ou de potassium.

Par la suite, le He 176 fut incapable de décoller, du fait de son envergure insuffisante. Les ailes furent alors allongées. Le premier vol officiel fut prévu pour le 20 juin 1939. Ce 20 juin 1939, après de nouvelles modifications, et après l’allongement de la piste, le He 176 décolla grâce à la seule poussée de sa fusée avec Warsitz aux commandes. Le vol ne dura pas plus de 50 secondes et le Heinkel atteignit la vitesse maximale de 346 km/h seulement ! On peut penser, aujourd’hui qu’avec davantage de carburant, donc avec une poussée plus longue, il aurait pu atteindre environ 750 km/h. Cependant, en 1939, le He 176 rencontra un tel scepticisme que tout intérêt pour cette formule disparut bien vite. Les conséquences furent désastreuses : Udet interdit tout développement ultérieur.

Par deux fois l’interdiction fut levée afin de permettre une démonstration à Roggentin à laquelle assista Adolf Hitler et les plus hauts dignitaires du IIIème Reich. Bien que ces démonstrations se fussent mieux déroulées, la dangerosité des propergols employés éveilla la méfiance des officiels. En conséquence, un ordre daté du 12 septembre 1939 interdit tout autre développement de ce projet. Le He 176 fut tout d’abord conservé à l’usine Heinkel de Rostock-Marienehe. Puis il fut exposé au Musée de l’Air de Berlin, où il fut détruit lors d’un bombardement allié en 1944.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : Heinkel He 176
Envergure : 5.00 m
Longueur : 6.20 m
Hauteur : 1.44 m
Motorisation : 1 réacteur Walter HWK R.I-203
Puissance totale : 1 x 300 kgp.
Armement : -
Charge utile : 290 kg de charge utile
Poids en charge : 1620 kg
Vitesse max. : 750 km/h à 4000 m
Plafond pratique : 9000 m
Distance max. : 110 Km
Equipage : 1
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Heinkel He 176

Profil Couleur

Profil couleur du Heinkel He 176

Vidéo

Actuellement aucune vidéo n'est disponible dans nos bases de données

A voir également

0
L'attaché naval japonais en poste à Berlin, qui avait assisté à des vols de démonstration du biréacteur Messerschmitt Me-262 A Schwalbe, transmit un rapport...

0
Conçu dans le seul but d'endiguer l'avance américaine par les airs et par mer en direction du Japon, le Ki. 93 fut le dernier...

0
Que ce soit pour motoriser les avions de transport régionaux qui chaque jour sillonnent les cieux du monde entier pour transporter leurs passagers sur...
Passionné d'aéronautique et formateur en Web et PAO, il est le fondateur, en 1999, de l'encyclopédie de l'aviation militaire www.avionslegendaires.net. Administrateur et rédacteur en chef du blog, il vous fait partager ses avis et coups de coeur (ou de gueule) sur l'actualité aéronautique.