HESA Azarakhsh / Saeqeh

HESA Azarakhsh / Saeqeh


Fiche descriptive

Appareil : HESA Azarakhsh / Saeqeh
Constructeur : Iran Aircraft Manufacturing Industrial Company
Désignation :
Nom / Surnom : Azarakhsh
Code allié / OTAN :
Variante : Saeqeh
Mise en service : 2004
Pays d'origine : Iran
Catégorie : Chasseurs modernes et actuels
Rôle et missions : Chasseur multirôle

Histoire

HESA Azarakhsh / Saeqeh :
Mythe ou réalité au pays des mollahs

De tous temps, les puissances politiques nationales ont su tirer parties des programmes de développement d’armement pour tenter de bluffer leurs ennemis. On se souvient bien sûr de la Luftwaffe et de ses supposées hordes de chasseurs Heinkel He-100 prêts à partir à l’assaut des cieux britanniques. Dans la réalité, le IIIème Reich ne disposait que d’une petite poignée de ces monomoteurs. Plus près de nous, à la fin de la Guerre Froide, il est bon de se souvenir du chasseur furtif F-19 Dark-Knight et de l’avion d’attaque (lui aussi furtif) A-12 Avenger II destinés à asseoir la domination des États-Unis par rapport à l’empire soviétique. La seule domination que ces avions ont connu vient en fait des spécialistes de l’intox confortablement installés dans leurs bureaux climatisés de Langley et des fabricants de maquettes qui s’en sont donnés à cœur joie avec le F-19. C’est donc avec une certaine méfiance qu’il faut aborder le cas de l’Azarakhsh, et de son dérivé le Saeqeh, que la République Islamique d’Iran semble vouloir présenter comme le dernier cri en matière de chasseur multirôle conçu par un état sous embargo.

Parce qu’au niveau de la désinformation l’Iran en connaît semble t’il un sacré beau rayon. Spécialiste depuis la fin des années 90 du petit jeu de « j’enrichis de l’uranium » puis de « je n’enrichis pas d’uranium » ; ou encore de celui qui consiste à dire que l’on a un vecteur de frappe à longue portée capable de détruire Jérusalem, Tel Aviv, voire Rome ou Marseille, puis d’affirmer que l’on est tout juste capable de construire de banales roquettes. En somme, l’Iran, nouvel ennemi de Washington depuis la fin du communisme, n’a pas grand chose à envier des experts de la CIA ou de la NSA. Toutefois, il ne faut pas oublier que le pays a su conjuguer un relatif isolement technologique, les Chinois et les Français n’étant jamais bien loin, avec l’expérience acquise par ses ingénieurs au cours des années du Shah.

On sait que depuis les années 80 l’Iran s’est lancé dans un vaste programme aéronautique qui va de la copie localement assemblée de Bell 206 et d’AH-1 Cobra, deux hélicoptères que le pays avait acheté du temps ou l’Amérique n’était pas encore le grand Satan. Plus récemment, des accords ont été passé avec l’avionneur Antonov pour produire localement le biturbopropulseur An-140.

Avec ce genre d’argument, il peut sembler cohérent que Téhéran dispose de ses propres chasseurs indigènes. D’accord mais à quelle échelle ? Deux ou trois avions comme le crient les Américains ou près d’une centaine comme le disent les Iraniens ? Peut être en fait entre les deux. Quoiqu’il en soit tout ce qui concerne cet avion relève plus des suppositions que d’un solide argumentaire technologique. Une chose est sûre, l’Iran a un véritable besoin en avions de combat modernes, surtout depuis que Washington dispose de base aériennes dans les états du Golfe et en Asie Mineure.

De ce qu’on en sait, l’Azarakhsh (étincelle en perse) est un avion de combat monoplace biréacteur dérivé du Northrop F-5E Tiger II américain, acquis dans les années 70, légèrement rallongé, avec un empennage quant à lui totalement revu et qui n’est pas sans rappeler celui du McDonnell Douglas F/A-18 Hornet. Au niveau de l’armement interne le chasseur indigène iranien conserverait les canons de 20mm installés dans le nez de l’avion. Mais il aurait la possibilité de tirer des missiles air-air type AIM-7 Sparrow et PL-12 d’origine chinoise. L’Iran a toujours affirmé que l’Azarakhsh était apte au tir de bombes à guidée laser et de missiles de croisière. Dans ce dernier cas, il semble que l’intox ai pris le pas sur la réalité du terrain. L’appareil est fabriqué par l’Iran Aircraft Manufacturing Industrial Company (HESA) installé à Ispahan, la seconde ville du pays. Le premier vol de l’avion serait intervenu en avril 1997.

Du fait de son isolement politique et diplomatique, mais également des gènes occasionnées par les séismes, fréquents dans cette partie de l’Asie, le programme Azarakhsh a prit un retard certains. Si bien que selon Téhéran les premiers appareils ne seraient entrés en service qu’en 2004. Trois ans plus tard, l’état-major iranien annonçait que la production en série était complètement lancée. Téhéran affirme avoir commandé près de 200 exemplaires.

Le 22 septembre 2007, l’Iran a fait voler une version améliorée de son Azarakhsh, le Saeqeh, du nom d’un héros de la mythologie perse, et qui selon le constructeur disposerait d’une avionique proche de celle des chasseurs occidentaux. Réalité ou simple volonté de bluffer l’Occident ? Quoi qu’il en soit le Saeqeh pourrait représenter une alternative intéressante aux chasseurs américains ou européens pour les pays en voie de développement ou pour ceux placer sous embargo par Washington.

L’Azarakhsh, et ce qui semble être sa version export le Saeqeh, seraient ils une vraie menace pour les chasseurs actuels comme le Rafale, le F-16E, ou encore le Typhoon ? C’est peu probable. Toutefois, il ne faut pas sous-estimer le talent des Iraniens, qui ne l’oublions pas réussiraient à maintenir en état de vol une poignée de F-14 Tomcat, et ce sans le moindre appui technique des États-Unis. Alors le chasseur indigène iranien existe-t-il ? Oui visiblement. Est-il une menace sérieuse pour l’équilibre de cette poudrière qu’est le Moyen Orient ? Ça, ça reste à démontrer.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : HESA Azarakhsh de série
Envergure : 8.13 m
Longueur : 14.65 m
Hauteur : 4.12 m
Motorisation : 2 réacteurs General Electric J85-GE-11
Puissance totale : 2 x 2270 kgp.
Armement : 2 canons de 20mm
4 missiles air-air AIM-7 Sparrow, PL-9, PL-12
2400kg de charge offensive (bombes lisses ou roquettes)
Charge utile :
Poids en charge : 8800 kg
Vitesse max. : 1550 km/h à 7500 m
Plafond pratique : 12000 m
Distance max. : 1500 Km
Equipage : 1
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du HESA Azarakhsh / Saeqeh

Profil Couleur

Profil couleur du HESA Azarakhsh / Saeqeh

Vidéo

Vidéo de propagande du Saeqeh

A voir également

0
Au début des années 1980, l'industrie aéronautique chinoise s'est lancée dans une profonde réforme qui devait déboucher sur la mise en chantier de nouveaux...

0
Extrapolé du Northrop YF-17, rival malheureux du General Dynamics F-16 Fighting Falcon, le F/A-18 Hornet fut conçu en vue d'assurer la reléve du F-4...

0
L’ère des intercepteurs, chasseurs de supériorité aérienne, avions d'attaque au sol purs, et chasseurs de reconnaissance dans leur rôle réservé, semble révolu. En effet...
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.