Hiller H-23 Raven

Hiller H-23 Raven


Fiche descriptive

Appareil : Hiller H-23 Raven
Constructeur :
Désignation : H-23
Nom / Surnom : Raven
Code allié / OTAN :
Variante :
Mise en service : 1950
Pays d'origine : Etats-Unis
Catégorie : Hélicoptères
Rôle et missions : Hélicoptère d'observation, utilitaire, entraînement, évacuation sanitaire, soutien aux essais d'armements.

Histoire

Hiller H-23 Raven :
Un hélicoptère léger très polyvalent

S’ils ont été sporadiquement utilisés durant la Seconde Guerre mondiale, c’est vraiment durant les conflits de la première moitié des années 50 que les hélicoptères ont fait leur apparition sur les champs de bataille. C’est donc en Indochine et en Corée, respectivement sous les cocardes françaises et américaines que ces appareils ont défricher leur domaine de vol. Parmi ceux qui eurent à remplir cette tâche de précurseur figure un petit monomoteur construit aux États-Unis et qui fut un des plus grands succès de son constructeur, le Hiller H-23 Raven.

Après l’échec de son XH-44 à double rotor contrarotatif, Stanley Hiller se lança sur fonds propres dans le développement d’un hélicoptère plus conventionnel dérivé de son UH-5 Commuter. En effet, si ce dernier avait largement démontré ses capacités à voler il n’en demeurait pas pour autant un appareil abouti. La configuration de l’hélicoptère monoplace était encore très hasardeuse. Pour son nouvel appareil Hiller décida de conserver le système de transmissions et l’architecture générale tout en y ajoutant un cockpit inspiré de celui du Bell 47. D’abord désigné Model 360 il fut finalement simplifié. Dans sa nouvel version on le nommait UH-12.

Dans la nomenclature du constructeur les lettres UH ne signifiaient pas Utility Helicopter comme dans les forces armées américaines mais Universal Helicopter. Le Hiller UH-12 se présentait donc sous la forme d’un hélicoptère monomoteur construit intégralement en métal. Son moteur Franklin 6V4-B33 à six cylindres à plat d’une puissance de 178 chevaux entraînait un rotor principale bipale et un rotor anticouple, lui aussi bipale. Le cockpit fermé permettait l’accueil d’un pilote et d’un passager côte à côte. L’appareil disposait d’un atterrisseur type patins. C’est dans cette configuration que le prototype du UH-12 vola pour la première fois en octobre 1948.

Assez rapidement l’appareil attira plusieurs clients civils. En 1950 l’US Army décida d’étudier l’appareil et un premier appareil fut testé sous la désignation de YH-23. Dans le même temps l’US Navy s’intéressait aussi à lui, mais cette fois ci avec une mission bien définie, l’entraînement de ses futurs pilotes.  Ainsi le Hiller UH-12 devint HTE-1 dans la marine américaine. Rapidement l’armée américaine fit l’acquisition de cent appareils  pour des missions d’observation sous la désignation de OH-23A Raven. La Navy quant à elle acheta une version dérivée du HTE-1, le HTE-2 à hauteur de soixante exemplaires.

Dès 1952 c’est l’US Air Force qui s’intéressa à ce petit hélicoptère facile d’emploi et d’entretien. Cinq premiers appareils furent commandés sous la désignation de UH-23A. Destinés à des missions de soutien opérationnel, ils ne servirent jamais en dehors des États-Unis.

L’US Army quand à elle fit un emploi massif de ses OH-23 Raven en Corée aussi bien comme appareils d’observation, que pour l’évacuation sanitaire de ses fantassins (la fameuse mission MASH immortalisée au cinéma et à la télévision)  ou encore comme appareil de transport d’état-major. Plusieurs Raven furent également transformés en UH-23B et UH-23D de soutien opérationnels. L’US Army utilisa aussi 22 UH-23F quadriplaces pour des missions de liaisons et de communication.
Après la Corée les Hiller OH-23/UH-23 de l’US Army eurent pour rôle d’être parmi les premiers hélicoptères américains déployés au Vietnam. Ils y demeurèrent jusqu’en 1967 avant d’être remplacés par le Hughes OH-6 nettement plus moderne et polyvalent. Pendant quelques temps l’US Army utilisa également des Hiller TH-23B pour l’entraînement primaire de ses pilotes. Ces hélicoptères servirent de « bouche-trous » entre la fin de carrières de Bell TH-13 Sioux et l’arrivée en unité des premiers Hughes TH-55 Osage. Les TH-23B étaient des UH-12 civils modifiés.

Dans la marine américaine les Hiller HTE-2 Raven furent employés en parallèle des Bell HTL-1 Sioux. Et là encore le premier était fréquemment confondu avec le second. A tel point même que de nombreux élèves pilotes se trompaient en remplissant leurs carnets de vol quand à la nature de l’hélicoptère employé. Finalement ils furent retirés du service en 1963, avant le Sioux.

Mais l’hélicoptère de Hiller fut aussi un succès confirmé à l’export avec des achats réalisés par une quinzaine de pays étrangers : Argentine, Canada, Chili, Colombie, Corée du sud, Dominique, France, Guatemala, Indonésie, Israël, Mexique, Paraguay, Pays-Bas, Pérou, Royaume-Uni, et Thaïlande.

En France notamment, il fut utilisé par l’Aviation Navale et l’Armée de Terre en Indochine comme appareil de réglage des tirs d’artillerie, puis pour des évacuations sanitaire, voire des missions de sauvetage. Volant là encore aux côtés des Bell 47 ils y furent largement utilisés. Cependant la Marine les abandonna vite au profit du Sikorsky S-51 plus polyvalent mais aussi plus gros. L’ALAT de son côté conserva les siens jusqu’en Algérie où ces appareils servirent jusqu’en 1958, laissant peu à peu la place aux Alouette II nettement plus modernes. Au moins deux Hiller UH-12 français ont servi à des essais d’armement, tirant notamment des missiles antichars SS-11.

Au Royaume-Uni c’est la Fleet Air Arm qui utilisa l’appareil sous la désignation de Hiller HT-1 et HT-2 pour des missions d’entraînement. Quand aux aviateurs canadiens ils utilisèrent une vingtaine d’appareils sous la désignation de Hiller CH-112 Nomad.

Même si le Hiller H-23 Raven ne peut pas vraiment être considéré comme un hélicoptère majeur de l’histoire de l’aviation il faut remarquer qu’il aura marqué en profondeur les conflits dans lesquels il fut engagé. Malgré tout il demeura souvent dans l’ombre du Bell 47 et de ses versions militaires. Aujourd’hui un magnifique exemplaire est préservé dans le hall des hélicoptères du Musée de l’Air et de l’Espace.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : Hiller OH-23D
Envergure : 10.67 m (diamètre du rotor principal)
Longueur : 8.46 m
Hauteur : 2.98 m
Motorisation : 1 moteur Lycoming O-540-23B
Puissance totale : 1 x 250 ch.
Armement : aucun
Charge utile : Possibilité d'emporter un passager sur strapontin central.
Poids en charge : 1225 kg
Vitesse max. : 155 km/h à 900 m
Plafond pratique : 4200 m
Distance max. : 330 Km à charge maximale
Equipage : 2
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Hiller H-23 Raven

Profil Couleur

Profil couleur du Hiller H-23 Raven

Vidéo

Atterrissage d'un Hiller H-23 du MASH

A voir également

0
En 1974, la société Aérospatiale décida de lancer une version améliorée de son hélicoptère de transport moyen SA.330 Puma. Cet appareil se vendait alors...

0
Possédant de très grandes capacités offensives, le " Hind " dispose d'un armement redoutable constitué d'une mitrailleuse en tourelle, de paniers à roquettes montés...

0
Conçu par l’ingénieur Paul Morain, qui dirigeait alors le bureau d’études de la SNCASO, le SO-1220 Djinn répondait aux spécifications d’un programme des services...
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.