Junkers Ju 86

Junkers Ju 86


Fiche descriptive

Appareil : Junkers Ju 86
Constructeur : Junkers Flugzeug Motorenwerke AG
Désignation : Ju 86
Nom / Surnom :
Code allié / OTAN :
Variante :
Mise en service : 1936
Pays d'origine : Allemagne (IIIe Reich)
Catégorie : Bombardiers avant 1950
Rôle et missions : Bombardier moyen, avion de transport.

Histoire

Junkers Ju 86 :
Un bombardier champion à l'exportation

Au début des années 30 alors que l’Allemagne nazie était en plein réarmement, de nombreux avionneurs se lancèrent dans des programmes visant à doter la toute jeune Luftwaffe de machines de combat, en faisant passer ces dernières pour des aéronefs à vocation civile. Toutefois il est un avionneur, Junkers, qui réussit le véritable tour de force de produire un bombardier qui était également un véritable avion de ligne : le Ju-86.

Les équipes d’Hugo Junkers savaient pertinemment que l’Allemagne avait un grand besoin en bombardiers moyens afin d’asseoir sa souveraineté nationale et de conforter Hitler dans ses ambitions expansionnistes. En effet la Luftwaffe faisait reposer une partie de sa doctrine d’emploi sur l’utilisation intensive des bombardiers moyens afin de neutraliser en profondeur les défenses et infrastructures ennemies, et ce après le passage des bombardiers en piqué, principaux vecteurs de la Blitzkrieg, la fameuse guerre-éclair. Les ingénieurs et designers allemands se concentrèrent donc sur un nouveau type de bimoteurs de grande qualité.

Afin d’éviter de trop éveiller les soupçons de la part des observateurs de la SDN, Junkers lança son programme sous la forme d’un avion de ligne moyen-courrier, d’une capacité similaire au Douglas DC-2 américain de l’époque. Rapidement les équipes de l’avionneur allemand se rendirent compte qu’elles pouvaient tout à fait concevoir un bombardier qui servirait également de base à un avion de ligne.

Le nouvel avion fut désigné Ju-86. Il se présentait sous la forme d’un bimoteur multiplace monoplan à ailes basses cantilever disposant d’un empennage double dérive, et d’un train d’atterrissage classique escamotable. En outre, afin d’économiser au maximum sur les crédits alloués par le RLM, le ministère allemand de l’air, il fut décidé d’ajouter à l’avion certaines pièces provenant de l’avion de transport Ju-52, comme par exemple les volets de voilure, une partie du cockpit, ou encore les hublots sur la version civile. Le prototype du bombardier reçu la désignation de Ju-86V1 tandis que celui dévolu au transport civil recevait celle de Ju-86V2. Le premier vol du prototype militaire eut lieu en juin 1934.

Les premiers bombardiers entrèrent en service au sein de la Luftwaffe sous la désignation de Ju-86A en janvier 1936. Rapidement, les équipages se rendirent compte que l’appareil était inférieur au Heinkel He-111, lui aussi bimoteur de bombardement moyen. Toutefois près de 200 de ces bombardiers entrèrent en service actif. Par la suite, c’est un demi-millier de plus qui servirent au sein de la Luftwaffe jusqu’en 1943. Les dernières versions, désignés Ju-86P et R étaient en fait des avions de reconnaissance à haute altitude, bi et triplace.

Les Ju-86 allemands participèrent à l’invasion de la Pologne, où la chasse locale, qui reposait sur d’obsolètes PZL P.11 et P.24, ne réussit pas à intercepter les avions conçus par Junkers. Par la suite les Ju-86 ont participé aux opérations en Grèce, en Afrique du Nord, et au-dessus des Pays-Bas. La Luftwaffe refusa pourtant de les engager en France, de crainte qu’ils subissent les foudres des chasseurs de l’Armée de l’Air.

Mais c’est à l’export que l’avion connut le plus de succès. Le premier client fut l’Autriche qui passa commande dès 1936 pour une trentaine de Ju-86K, la version export, pour des missions de bombardement et de patrouille au-dessus de ses frontières orientales. Lors de l’Anschluss, les Ju-86 autrichiens intégrèrent la Luftwaffe, et participèrent aux opérations dans les Sudètes.

Parmi les autres utilisateurs importants du monoplan Junkers, figurait la Suède, qui bien que neutre, tenait à préserver une certaine puissance militaire, par sa Flygvapen. Les Ju-86 suédois volèrent au sein d’unités de bombardement en compagnie du SAAB B18 de construction locale. La Flygvapen utilisa également quelques Ju-86B de transport. Les derniers bombardiers Junkers suédois furent retirés du service en 1958 soit vingt ans après leur entrée en service, et alors qu’ils étaient totalement obsolètes. Un autre état neutre, le Portugal, utilisa jusqu’en 1949 des Ju-86 pour des missions de bombardement.

Mais l’utilisateur le plus surprenant fut sans conteste la South African Air Force, une des principales forces aériennes du Commonwealth, donc des Alliés, qui fit voler au sein de son Squadron 12 une trentaine de bombardiers Ju-86 jusqu’en 1944 où ils furent remplacés par des Bristol Beaufighter britanniques. Les Ju-86 sud-africains participèrent notamment aux opérations contre l’Afrika Korps de Rommel, et aux combats contre les troupes fachistes en Lybie et en Egypte.

Le Ju-86 a aussi été vendu à la Fuerza Aerea de Chile qui recherchait un bombardier moyen susceptible de frapper les positions militaires argentines, brésiliennes, et colombiennes. Dans les années 30, ces trois pays lorgnaient jalousement sur les ports et infrastructures maritimes chiliennes dans le Pacifique. Une flotte de bombardiers comme le Ju-86 représentait donc une certaine garantie de stabilité pour le Chili. Les Ju-86 sud-américains restèrent en service jusqu’en 1950, mais trois d’entre eux furent revendus en 1956 à la Bolivie pour des missions de servitude. Ils participèrent à la formation de cette jeune aviation et furent retirés du service en 1960, soit plus de 25 ans après le premier vol du prototype. La Hongrie, l’Espagne franquiste, et la Suisse ont également utilisé des bombardiers Ju-86.

S’il n’a jamais eu l’aura du He-111, le Ju-86 permit au moins à la Luftwaffe de consolider sa politique offensive, et à l’Allemagne de fixer son assise sur l’Europe. En outre, le Ju-86 a réussit à servir aussi bien dans le monde militaire que civil, ce qui est loin d’être évident pour un avion conçu au départ comme bombardier.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : Junkers Ju 86E
Envergure : 20.45 m
Longueur : 16.46 m
Hauteur : 4.70 m
Motorisation : 2 moteurs BMW 132F
Puissance totale : 2 x 800 ch.
Armement : 3 mitrailleuses de 12.7mm
1 050kg de bombes
Charge utile :
Poids en charge : 11510 kg
Vitesse max. : 420 km/h à 3500 m
Plafond pratique : 7800 m
Distance max. : 1100 Km à charge maximale
Equipage : 4
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Junkers Ju 86

Profil Couleur

Profil couleur du Junkers Ju 86

Vidéo

Junkers Ju 86 en images d'époque

A voir également

0
Le Dornier Do 17 fut à l'origine conçu pour servir d'avion postal rapide, mais la Lufthansa le refusa à cause du manque d'espace commercial...

0
Le très célèbre biplan de reconnaissance Breguet 14 a vu le jour le 21 novembre 1916, lors du premier vol accompli entre les mains...

0
A l'instar de ce qui se passait en Grande Bretagne avec l'Air Ministry, les Australiens émettaient des Specifications lorsqu'ils cherchaient à acquérir des avions...
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

CONTENUS SIMILAIRES

3