KAI KT-1/KA-1 Woongbee

KAI KT-1/KA-1 Woongbee


Fiche descriptive

Appareil : KAI KT-1/KA-1 Woongbee
Constructeur : Korea Aerospace Industries
Désignation : KT-1/KA-1
Nom / Surnom : Woongbee
Code allié / OTAN :
Variante : Hurkus
Mise en service : 2000
Pays d'origine : Corée du Sud
Catégorie : Avions d'entraînement
Rôle et missions : Avion d'entraînement intermédiaire et d'appui-feu

Histoire

KAI KT-1/KA-1 Woongbee :
le premier avion coréen

La République de Corée (Corée du Sud) initia en 1988 le programme KTX destiné à fournir un avion de conception nationale afin remplacer les Cessna T-37 du Republic of Korea Air Force (ROKAF). Les études de l’appareil furent menées conjointement par la division aéronautique de l’entreprise Daewoo et l’agence coréenne de développement de la défense. Il est le premier avion de sa catégorie à être conçu entièrement avec CATIA (Conception Assistée Tridimensionnelle Interactive Appliquée), un logiciel de conception assistée par ordinateur développé initialement par la société Dassault Aviation pour ses propres besoins. Neuf prototypes furent fabriqués en 1991, dont trois destinés aux essais statiques. Le premier vol du KTX eut lieu en novembre 1991 et en 1995 l’avion fut surnommé Woong-Bee, signifiant «excellent vol». Les essais s’effectuèrent avec diverses motorisations et le turbopropulseur Pratt & Whitney Canada PT6A-62 fut finalement retenu pour la version de série.

À compter 1997, une crise financière secoua toutefois l’économie coréenne. Afin de consolider le secteur de l’aéronautique coréenne, le conglomérat Korea Aerospace Industries (KAI) naquit en 1999 d’un partenariat entre Daewoo Heavy Industries (Aerospace Division), Hyundai Space and Aircraft Company (HYSA) et Samsung Aerospace. KAI reçoit aussitôt une commande du ROKAF pour 85 KT-1 et 20 KA-1 qui seront livrés de novembre 2000 jusqu’en 2002.

De fonction et d’apparence similaires aux PilatusPC-9 et EMB Tucano, le KT-1 est le premier appareil de conception coréenne, mais avec une certaine filiation canadienne. En effet,tant son turbopropulseur Pratt& Whitney Canada PT6A-62 ainsi que son avionique principalement fabriquée par CMC Électronique, proviennent de la région de Montréal. L’avion peut rester en l’air jusqu’à cinq heures en mode patrouille grâce notamment au système de transmission avec train épicycloïdal intégré au moteur qui permet de réduire le bruit de l’hélice quadripale Hartzell, tout en optimisant la vitesse. Il est équipé de sièges à éjection Martin-Baker Mk.KR16LF afin d’assurer la sécurité de l’équipage en cas d’avarie. Avant de passer au KT-1, la formation initiale des futurs pilotes du ROKAF s’effectue sur l’avion école Ilyushin Il-103.

Version armée du KT-1, le KA-1 est doté de capacités d’attaque au sol grâce à 5 points d’emport, dont un ventral. Il dispose d’un système de visualisation tête haute (HUD – Head Up Display) et d’écrans multifonctions. Il peut emporter une variété d’armes dont des paniers à roquettes, des nacelles de mitrailleuses ou même des missiles AIM-9 Sidewinder. Il est aussi utilisé pour le contrôle aérien avancé.

L’Indonésie fut le premier client étranger du KAI Woongbee avec la livraison de sept  KT-1B (version d’exportation pouvant être légèrement armée) à l’armée de l’air indonésienne en 2003 et de cinq autres en 2005. Des appareils supplémentaires furent commandés en 2008. Les KT-1B indonésiens servent au sein du Skadron Pendidikan 102 et du Jupiter Aerobatic Team, une patrouille de démonstration. La première perte d’un Woongbee fut un KT-1B indonésien s’étant écrasé à Bali en juin 2010. Son pilote s’en est tiré avec de légères blessures, suite à son éjection.

En juin 2007, c’est la Turquie qui a commandé 40 appareils, plus 15 en option. Les cinq premiers furent construits en Corée, l’entreprise Turkish Aerospace Industries (TAI) devant fabriquer les autres. Désignés KT-1T Hurkus en l’honneur de Vecihi Hurkus qui fut le premier aviateur turc, la version construite par TAI est adaptée aux spécifications du Turkish Air Force Command (TAF). Doté d’un turbopropulseur Pratt & Whitney Canada PT6A-68T plus puissant, le premier KT-1T sortit d’usine en octobre 2009. Les livraisons au Türk Hava Kuvvetleri doivent s’échelonnent jusqu’en 2014. L’entreprise TAI souhaite également vendre des KT-1T à l’étranger. Une version civile de l’appareil est également envisagée.

De son côté, KAI offre le KT-1C,une version améliorée pour l’export. Il est équipé d’un système d’imagerie infrarouge frontale et peut être armé d’une combinaison de nacelles de mitrailleuses de 12,7 mm, de roquettes, de bombes lisses, de leurres et de missiles d’entraînement. KAI espère en exporter plus de 150, particulièrement en Asie du Sud-Est et en Amérique latine où il a fait une percée au Pérou. Le marché de l’Inde est particulièrement convoité avec une soixantaine d’appareils.

Le KAI Wongbee marque l’entrée de la République de Corée dans le cercle des pays concevant et fabriquant leurs propres avions militaires. Grâce au Wongbee et au KAI T-50 Golden Eagle, un avion d’entraînement supersonique, le «Pays du matin frais» ambitionne de se tailler une place de choix sur le marché international des avions militaires.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : KAI KT-1 Woongbee
Envergure : 10.59 m
Longueur : 10.26 m
Hauteur : 3.68 m
Motorisation : 1 turbopropulseur Pratt & Whitney of Canada PT6A-62
Puissance totale : 1 x 950 ch.
Armement : -
Charge utile :
Poids en charge : 2540 kg
Vitesse max. : 648 km/h
Plafond pratique : 11580 m
Distance max. : 1688 Km
Equipage : 2
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du KAI KT-1/KA-1 Woongbee

Profil Couleur

Profil couleur du KAI KT-1/KA-1 Woongbee

Vidéo

Présentation du KT-1 Woongbee

A voir également

0
Quand la firme Cessna fit voler son Model 172 en juin 1955, elle était loin de se douter que non seulement cet avion allait...

0
En 1990, le haut état-major russe émis un appel d'offre afin de trouver un avion d'entrainement avancé susceptible de venir prendre le relais des...

0
En 1975, Yakovlev annonça la sortie d?un nouvel avion d?entraînement et d?acrobatie basé sur le sur le Yakovlev Yak-18. Baptisé Yak-50, il fit son...
Marcel
Fils d’un militaire de l’armée de l’air canadienne (il est tombé dedans quand il était petit…) et biologiste qui adore voler en avion de brousse, ce rédacteur du Québec apprécie partager sa passion de l'aéronautique avec la fraternité francophone d’Avions Légendaires.

CONTENUS SIMILAIRES