M.B.B. Bö 105

M.B.B. Bö 105


Fiche descriptive

Appareil : M.B.B. Bö 105
Constructeur : Messerschmitt-Bölkow-Blohm GmbH
Désignation : Bö 105
Nom / Surnom :
Code allié / OTAN :
Variante :
Mise en service : 1973
Pays d'origine : Allemagne
Catégorie : Hélicoptères
Rôle et missions : Hélicoptère léger multirôle, d'appui tactique, de lutte antichar

Histoire

M.B.B. Bö 105 :
Le renouveau de l'industrie aéronautique allemande.

Née en 1969 de la fusion de plusieurs groupes industriels allemands, dont certains très prestigieux, la société M.B.B. (Messerschmitt Bölkow Blohm) visait très clairement le retour de l’Allemagne de l’Ouest parmi les grandes puissances aéronautiques européennes. Outre un avion de tourisme et d’entraînement, divers travaux de sous-traitance, notamment pour Lockheed dans le cadre de la fourniture du F-104 Starfighter à la Luftwaffe, le gros de l’activité de M.B.B. tournait autour des hélicoptères. C’était la société Bölkow qui, après des début chaotiques, avait amené avec elle le concept d’un appareil léger capable de servir tant les civils que les militaires, et qui allait devenir le plus célèbre hélicoptère allemand de tous les temps : le Bö 105.

Quand les ingénieurs de Bölkow se mirent en tête de développer un tel appareil, ils visaient très naturellement la concurrence de l’Alouette III française et du Bell 206 américain. Mais surtout, ils savaient que leur hélicoptère devrait affronter les critiques politiques, l’Allemagne n’ayant pas conçu seule le moindre appareil potentiellement militaire depuis 1945.

Aussi des accords industriels avaient été signés avec Sud Aviation dès 1966 par Bölkow. La société française était en charge d’environ 15% de la sous-traitance et de la fourniture d’équipements pour le Bö 105. Cela devait permettre de calmer les ardeurs des opposants les plus farouches à un tel appareil conçu et réalisé en Allemagne. Le spectre du réarmement allemand restait dans beaucoup de tête comme omniprésent.

Extérieurement, cet appareil se présentait comme un hélicoptère très classique pour son époque avec sa motorisation composée d’un turbomoteur Allison T63 d’une puissance nominale de 317 chevaux entraînant un rotor principal quadripale et un rotor anticouple classique. Son train d’atterrissage faisait appel à deux patins horizontaux, et son cockpit largement vitré rappelait étrangement celui des appareils de la famille Alouette.

Le prototype du Bö 105 réalisa son premier vol le 16 février 1967. Si rapidement l’appareil démontra de bonnes qualités de vol, il s’avéra très vite aussi largement sous-motorisé. C’est pourquoi plusieurs autres possibilités de propulsions furent étudiées par Bölkow, y compris une turbine allemande de 375 chevaux, conçu par M.A.N. et initialement destinée à l’industrie navale. Finalement l’hélicoptériste revint vers Allison et fit le choix de son modèle 250, un turbomoteur très polyvalent dont la puissance pouvait atteindre 550 chevaux sur certaines séries.

Le Bö 105 ne tarda pas à éveiller la curiosité des militaires allemands, et notamment de la Heeresflieger qui demanda en 1972 à M.B.B. de développer une version spécifiquement militaire de l’appareil. Désignée Bö 105C, celle ci disposait d’un turbomoteur Allison 250-C20B de 400 chevaux. Destinée initialement à des missions d’entraînement, de liaisons, de communication, et de soutien logistique en remplacement progressif des Alouette II, le Bö 105C donna naissance à une version plus musclée, le Bö 105CB apte au tir de missiles antichars Hot. Quatre à six de ces armes franco-allemandes pouvaient être emportés par le Bö 105. Désormais M.B.B. ne pouvait plus du tout cacher le potentiel militaire de son hélicoptère. Une partie de la commande allemande fut même subventionnée par l’OTAN. Une version spécifiquement allemande du Bö 105CB fut construite à plus de deux cents exemplaires en tant que Bö 105P. L’Allemagne fédérale avait désormais son propre hélicoptère antichar, à même de s’opposer aux hordes de chars soviétiques massées de l’autre côté du Rideau de Fer. Une centaine de Bö 105C entrèrent en service comme Bö 105M pour la reconnaissance diurne et l’observation du champs de bataille.

Aussi l’hélicoptère devint très vite très compétitif vis à vis de ses concurrents, notamment américains et français. De ce fait, il enleva plusieurs jolis contrats. Aux Pays-Bas notamment il fut l’un des principaux hélicoptères de reconnaissance et de liaisons en service entre les années 70 et la fin des années 90. Quelques Bö 105CB néerlandais participèrent même aux opérations de maintien de la paix en ex-Yougoslavie.

L’Espagne, par le biais de son FAMET, l’ALAT locale, a été un des principaux utilisateurs militaires du Bö 105, dont plusieurs machines furent employés comme hélicoptères d’escorte armée, au moyen d’un canon de calibre 20 mm. Cet armement leur donnait une capacité limitée mais réelle de lutte contre les aéronefs légers. A l’instar des Bö 105P allemands les appareils espagnols avaient également la capacité de tirs de missiles antichars .Une partie des Bö 105 espagnols furent assemblés sous licence par Casa.

Mais l’un des utilisateurs les plus surprenants du Bö 105 demeure le Canada. En effet, sa garde côtière a fait l’acquisition dans les années 80 de seize appareils destinés à des missions de soutien logistique et de sauvetage en mer. Ces hélicoptères ont été gréés de manière à permettre leur embarquement sur les bâtiments canadiens. Revêtus d’une livrée à dominante rouge, ils sont devenus familier des Canadiens. Les appareils canadiens sont au standard Bö 105CBS.

Outre les pays précités, des Bö 105 servent ou ont servi à titre militaire ou paramilitaires dans les pays suivants : Albanie, Chili, Colombie, Corée du Sud, Emirats Arabes Unis, Indonésie, Irak, Iran, Jordanie, Lesotho, Macédoine, Nigéria, Pérou, Philippines, Suède, Suisse, et la Trinité. Certains ont également volé, ou volent encore, au sein de diverses forces de police, notamment aux Etats-Unis et au Royaume Uni. La liste des utilisateurs suffit largement à démontrer le poids de cette machine dans l’histoire récente des voilures tournantes.

En 1990, lorsque M.B.B. fusionna avec Aérospatiale pour devenir Eurocopter, c’est cette dernière société qui fut en charge de la commercialisation du Bö 105. Finalement la chaîne d’assemblage de l’hélicoptère s’arrêta en 2001. Le Bö 105 est à l’origine de deux machines plutôt réussies, l’EC-135, et le BK-117 germano-japonais. La production globale du Bö 105 a dépassé les 1500 exemplaires de série.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : M.B.B. Bö 105P
Envergure : 9.84 m (Diamètre du rotor principal)
Longueur : 11.86 m
Hauteur : 3.00 m
Motorisation : 2 turbomoteurs Allison 250-C20B
Puissance totale : 2 x 420 ch.
Armement : Quatre à six missiles antichars HOT.
Charge utile :
Poids en charge : 2500 kg
Vitesse max. : 270 km/h à 2500 m
Plafond pratique : 5150 m
Distance max. : 575 Km à charge maximale
Equipage : 2
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du M.B.B. Bö 105

Profil Couleur

Profil couleur du M.B.B. Bö 105

Vidéo

Atterrissage d'un Bö 105

A voir également

0
Le Mil Mi-1 est le premier hélicoptère soviétique à avoir été produit et utilisé en nombre. Son étude remonte à l’année 1947 où il...

0
Parmi les nombreuse missions remplies aujourd'hui par les hélicoptères militaires dans le monde, il en est une à laquelle les civils restent très attachés,...

0
Depuis l'avènement de l'hélicoptère, dans les années 50, une des principales missions dévolues à ces machine est la lutte anti-sous-marine. Si le monde des...
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.