FICHE DESCRIPTIVE

Appareil : Martin AM Mauler
Constructeur : Glenn L. Martin Company
Désignation : AM
Nom / Surnom : Mauler
Code allié / OTAN :
Variante : Model 210, BTM
Mise en service : 1948
Pays d'origine : Etats-Unis
Catégorie : Avions d'attaque
Rôle et missions : Avion d'attaque au sol, torpilleur, guerre électronique et entraînement à la guerre électronique.

HISTOIRE

Martin AM Mauler :
L'avion d'attaque embarqué mal aimé”

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale les États-Unis se retrouvèrent avec un des arsenaux aériens les plus hétéroclites de tous les temps. L’aéronavale n’y faisait pas exception. Entre les machines héritées du conflits et celles issues de programmes décidés durant les hostilités elle disposait d’une puissance aérienne incomparable avec celle actuelle. Parmi les appareils pensés durant la guerre figurait un avion d’attaque au sol qui ne sut jamais prouver ses qualités aux pilotes qui lui préférèrent son concurrent direct : le Martin AM Mauler.

C’est à l’été 1943 que l’US Navy se lança dans la recherche d’un nouveau bombardier torpilleur destiné à servir aussi bien à bord de ses porte-avions que depuis des bases terrestres. Quatre avionneurs répondirent à son appel : Curtiss, Douglas,Kayser-Fleetwing, et Martin. Chacun proposait un avion très différent les uns des autres.

L’avion de Curtiss reçut la désignation de XBTC, celui de Douglas devint le XBT2D, le Kayser-Fleetwing fut le XBTK, tandis que l’avion de Martin devenait le XBTM. Ce dernier était en fait connu sous la désignation de Model 210 dans la nomenclature du constructeur. Il s’articulait autour d’un moteur en étoile Pratt & Whitney R-4360-4 Wasp Major d’une puissance de 2975 chevaux entraînant une hélice métallique à quatre pales.
De facture assez classique il possédait une voilure basse cantilever et un train d’atterrissage tricycle escamotable. Le Martin Model 210 avait été pensé pour emporter quatre canons de calibre 20mm dans les ailes ainsi qu’une charge offensive externe pouvant monter à 4850kg.

Finalement devant les qualités des propositions de Douglas et de Martin la marine américaine décida de sélectionner les deux avions. La commande officielle du Martin XBTM fut passé en janvier 1944 pour deux prototypes dont le premier vola le 26 août 1944. Les essais en vol purent commencer, en parallèle de ceux du Douglas XBT2D.
L’avion de Martin fut baptisé Mauler.

Bien que considéré comme très puissant mais fort peu maniable à basse altitude l’avion fut officiellement commandé en janvier 1945 à hauteur de 750 exemplaires de la version BTM-1. Cependant la tournure de la guerre, d’abord en Europe puis dans le Pacifique amena l’US Department of War à réduire drastiquement la majorité des contrats d’armement. Le Martin BTM Mauler ne fit pas exception. Sa commande fut réduite à 99 exemplaires de série.

En 1946 il fut décidé de changer la missions principale, et donc la désignation des Mauler. De BTM ils devinrent des AM. Dans la même veine les BT2D furent redésignés AD. Il fallut attendre mars 1948 pour que les premiers Martin AM-1 entrent en service au sein du Squadron VA-17. Finalement à l’été 1948 il fut décidé de commander trente-deux exemplaires supplémentaires destinés à servir dans des unités de réserve.

À l’apogée de leur carrière en 1949, les Martin AM Mauler servaient dans neuf escadrilles dont trois de réserve. Ils étaient embarqués aussi bien sur les porte-avions d’escorte qu’ils servaient sur les bases aéronavales. Cependant ces avions avaient mauvaise publicité auprès des pilotes américains qui leur reprochaient une fâcheuse tendance à se cabrer à l’atterrissage. Le Mauler avait même la réputation d’être plus adapté aux ponts d’envol qu’aux tarmacs.

En 1951 il fut décidé de ne plus déployer les Martin AM qu’au sein des unités de réserve les missions d’active étant à la charge prioritairement des Douglas AD et des Grumman AF alors ultramodernes.

Deux ans plus tôt un lot de dix-huit avions fut spécialement construit par Martin. Ces avions désignés AM-1Q conservaient les quatre canons de 20mm mais voyaient leur armement offensif remplacé par des équipements de guerre électronique. En outre ils devenaient biplaces. Ils permirent notamment de réaliser des exercices de brouillage au profit des navires de l’US Navy et des marines alliées. Encore plus instables que les versions d’attaque au sol ils ne demeurèrent en service que durant 18 mois avant d’être retirés du service.

Il est à noter qu’une version de transport embarquée, ou Carrier Onboard Delivery dans la langue de Shakespeare fut envisagée sous la désignation JR2M Mercury sans que celle-ci ne dépasse le stade de la planche à dessins. Cet avion aurait du remplacer les General Motors TBM-3R en service depuis la deuxième moitié de la Seconde Guerre mondiale.

Avion mal aimé le Martin AM Mauler fut pourtant un des monomoteurs à hélice parmi les plus puissants de tous les temps. Avec une charge offensive allant de 2700 à 4850kg il pouvait rivaliser avec la majorité des bombardiers terrestres moyens de son époque, tous alors des bimoteurs. Au moins trois d’entre-eux sont aujourd’hui préservés aux États-Unis.

PHOTOS

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES

Modèle : Martin AM-1 Mauler
Envergure : 15.24 m (ou 7.32m, ailes repliées)
Longueur : 12.56 m
Hauteur : 3.60 m
Motorisation : 1 moteur en étoile Pratt & Whitney R-4360-4W Wasp Major
Puissance totale : 1 x 3000 ch.
Armement : 4 canons de 20mm
un maximum de 4850kg de bombes, roquettes, et torpilles
Charge utile :
Poids en charge : 9108 kg
Vitesse max. : 590 km/h à 5000 m
Plafond pratique : 8150 m
Distance max. : 1900 Km avec charge offensive de 2800kg et réservoir central.
Equipage : 1
[...] Passez dans le comparateur...

PLAN 3 VUES

Plan 3 vues du Martin AM Mauler

PROFIL COULEUR

Profil couleur du Martin AM Mauler


Publicité

VIDÉO

Actuellement aucune vidéo n'est disponible dans nos bases de données

PARTAGER
Article précédentBombardier Learjet 35 (C-21)
Article suivantGulfstream Aerospace VC-11 / C-20 / C-37
Arnaud

Passionné d’aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j’essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d’accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.